Brèves 

Les Coursiers Bordelais, une coopérative locale de livreurs à vélo se lance

Après avoir connu les déboires de l’ubérisation dans leur profession, quatre cyclistes viennent de lancer une coopérative de livraison de repas. Les coursiers ont le choix d’avoir le statut salarié ou indépendant.

Depuis plusieurs mois, une poignée de Bordelais planchait sur la question : comment sortir par le haut des livraisons à vélo ubérisées ? Quatre coursiers ont peut-être trouvé la réponse. Ils ont donné du temps et de la sueur aux plateformes de livraisons, sont sortis de ce système et viennent d’en créer un nouveau qu’ils veulent « éthique et coopératif ».

Ils partent d’un constat : Deliveroo, Stuart et Take Eat Easy conduisent leurs coursiers à être auto-entrepreneurs. Résultat, pas de charges sociales pour les patrons qui gardent les cartes en main pour faire augmenter et (surtout) baisser les rétributions.

« l’entreprise appartient à ses travailleurs »

Les livreurs, eux, ne cotisent ni pour leur chômage ni pour leur retraite. Sous ce régime des indépendants (qui pour certains d’entre eux n’est rien d’autre que du « salariat déguisé »), ils peuvent être radiés par un simple courriel.

Ce système « injuste », les quatre Bordelais n’en veulent plus. Les combats menés par les collectifs de coursiers ou par le syndicat CGT ont certes offert une forte médiatisation mais pas de grande victoire. La solution proposée par les Coursiers Bordelais est donc d’apporter un autre modèle où « l’entreprise appartient à ses travailleurs ». Ils pourront choisir d’être salariés ou indépendants décrivent les fondateurs, qui poursuivent :

« Un modèle démocratique qui donne une voix à chaque personne, indépendamment du capital qu’elle possède. Un modèle local, rationnel et humain qui préfère la confiance à quelques travailleurs fidèles que l’anonymat de la grande masse. »

L’objectif est d’établir dans la métropole bordelaise des relations durables avec les commerces et clients pouvant acheminer des livraisons jusqu’à 70 kilos. Les Coursiers Bordelais se glissent ainsi dans le sillage de CoopCycle, logiciel de plateforme numérique et open source de livraison, et sont déjà opérationnels du lundi au samedi, de 8h30 à 19h. Quelques premiers coups de pédale de modèles coopératifs qui espèrent doubler les ubérisés du dernier kilomètre.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

Une centaine de soignants de Pellegrin et Saint-André font front commun

par Xavier Ridon. 273 visites. 1 commentaire.

Alain Juppé liquide la vaisselle et les barquettes en plastique des cantines

par Simon Barthélémy. 988 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vinci paiera plus de 200000 euros par an pour exploiter le parking des Grands Hommes

par La Rédaction. 583 visites. 2 commentaires.