Alain Juppé liquide la vaisselle et les barquettes en plastique des cantines
Brèves 

Alain Juppé liquide la vaisselle et les barquettes en plastique des cantines

Le maire de Bordeaux a confirmé ce lundi que les restaurants scolaires de la Ville abandonneront les très controversées assiettes en plastique, pour les remplacer par de la vaisselle en verre trempé, sans doute à partir de la rentrée de septembre 2018.

« Les risques sont quasiment nuls, on est en dessous de toutes les normes fixées mais le principe de précaution a prévalu, a indiqué Alain Juppé lors d’un point presse. Nous avons trouvé une solution intermédiaire, les assiettes en verre trempé, moins lourdes que les assiettes céramiques mais plus que le copolyester. »

Plus chère – sans que le montant du matériel ait été indiqué –, cette vaisselle devrait être mise à la disposition des cantines d’ici 6 mois, le temps nécessaire au lancement d’un nouveau marché public. Pendant ce temps, les restaurants scolaires continueront à utiliser les assiettes en plastique.

« D’ici là les enfants ne courent aucun risque, surtout sur une période aussi courte », ajoute le maire, un peu acerbe contre ces parents « qui réchauffent peut-être chez eux des plats préparés dans des barquettes plastique ».

Barquettes en cellulose

Comme l’indiquait Rue89 Bordeaux, la piste du verre trempé était la plus sérieuse suivie par le personnel et le collectif bordelais Cantine sans plastique. Le maire précise que cette solution a été validée par le comité technique mis en place suite au mouvement social des agents de la mairie, et composé de représentants du personnel et des parents d’élèves, ainsi que de l’agence régionale de la santé.

Elle s’accompagne d’une autre, également annoncée ce lundi et sans doute plus significative en terme de santé publique : le remplacement des barquettes en plastique dans lesquelles sont livrés aux cantines puis réchauffés les repas préparés par le Sivu (la cuisine centrale de Bordeaux et de Mérignac) par des barquettes en cellulose, biodégradables et compostables.

Celles-ci ne comportent en effet pas de perturbateurs endocriniens susceptibles d’être libérés lors du passage au four micro-onde (ce qui n’est pas le cas des assiettes en copolyester), puis relargués dans la nourriture.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

En rejoignant LREM, la sénatrice Françoise Cartron vire à droite selon le PS

par Xavier Ridon. 395 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux lance les classes artistiques sur le modèle des classes vertes

par Sébastien Rouet. 441 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La vigne et l’agriculture en Gironde, encore dévastées par la grêle

par Walid Salem. 972 visites. Aucun commentaire pour l'instant.