Mai 2018 a-t-il besoin de mai 1968 ?
Kiosque abonné  Société 

Mai 2018 a-t-il besoin de mai 1968 ?

Nicolas Patin, maître de conférence à l’Université Bordeaux-Montaigne, revient sur le fantasme d’une réédition d’un mai 68 à l’occasion de la commémoration de ses 50 ans. Observateur du mouvement étudiant, et du blocage du campus Victoire qui s’est achevé ce dimanche, il analyse l’espoir qui « a fleuri dans les milieux protestataires ».

Karl Marx écrivait en 1851, que « tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois, […] la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce » (Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, 1852).

Emil Cioran – le philosophe roumain d’une bien autre tradition politique – ajoute en précisant que « L’histoire de France, dans son ensemble, paraît une histoire sur commande, une histoire jouée : tout y est parfait du point de vue théâtra » (De l’inconvénient d’être né, Gallimard, Paris, 1973, p. 148).

Joli mois de mai

Un espoir a fleuri dans les milieux protestataires depuis le début des mouvements étudiants de lutte contre la loi « Orientation et réussite des étudiants », votée le 15 février, et, avec la grève des cheminots, celui de pouvoir « refaire 1968 ». C’est-à-dire défaire la politique d’Emmanuel Macron comme la grève générale d’il y a cinquante ans avait défait celle du général De Gaulle.

Une photo, retweetée sur le compte de la mobilisation étudiante de l’Université Rennes 2 montre un homme cagoulé et derrière lui, un immense graffiti : « Mai 68. Ils commémorent. On recommence. » Le cadre du débat est posé.

Que peut la référence au « joli mois de mai » ? Dans toutes les discussions que j’ai pu avoir avec mes étudiants, dans tout ce que j’ai pu observer sur les réseaux sociaux ou dans les débats, c’est la même question : doit-on s’inspirer de 68 ? Doit-on viser le même résultat – la grève générale – par la même méthode – la convergence des luttes ? Ou doit-on jeter tout cela dans l’incendie d’une révolte qui doit définir de nouveaux codes ?

En creux, c’est la question de la place de l’histoire et de l’historien qui est soulevée. C’était d’ailleurs le thème d’une conférence de l’historien Nicolas Offenstadt devant la « Commune libre de Tolbiac » – le nom choisi par le mouvement étudiant dans l’Université occupée – le mardi 17 avril : « À quoi sert l’histoire ? »

Capture écran d’un tweet

Comme un espoir de victoire

La Commune, donc, en référence à celle de 1871 ? Quelques références à 1995 émergent, on se souvient du ministre Alain Juppé, de la grève des routiers… Mais clairement, le mantra sur les murs des villes, sur Twitter, c’est « mai 2018 », l’envie de faire du cinquantenaire de mai 1968 plus qu’une commémoration officielle.

Le compte Twitter d’Antigone_75020, proche de la France Insoumise, écrit : « On attend #Mai68 #Mai2018, il est en train de se produire en Italie ! », en faisant référence à des policiers retirant leur casque anti-émeutes. Thomas Guénolé, lui aussi « insoumis », relaie beaucoup ce hashtag #Mai2018.

Ailleurs que sur la toile, dans les campus, la référence se répand. On scrute la situation à l’Université de Nanterre, berceau des événements français la nuit du 22 mars 1968. La répression violente du président Jean-François Balaudé – on l’a bien senti – a attisé la peur d’un dérapage, avec sa réaction d’une grande maladresse symbolique. Dans l’Université, on placarde de nouveau les affiches de 1968, rentrées dans l’imaginaire collectif, telle quelle. « La police vous parle tous les soirs à 20 heures » : le message revient sur les murs de Nanterre.

Un site de l’Université de Bordeaux, place de la Victoire, est occupé depuis tout début mars. Le mardi 6 mars, la police est intervenue et la contestation n’en est ressortie que renforcée. La « Commune libre de Gintrac » – telle qu’elle s’est désignée – a organisé une vie collective, rythmée par de nombreuses assemblées générales, des conférences…

Dans la cour intérieure du bâtiment, un panneau d’exposition photo, lapidaire, est organisé : MAI 68, BDX. Des photos noirs et blancs des événements dans la capitale girondine sont fixées à un panneau de liège.

Panneau Mai 68 à l’université de la Victoire (NP/Rue89 Bordeaux)

Que faire de tout ça ? Faut-il écouter le twitter d’Attac France, qui montre une affiche de Nanterre en 1968, avec comme légende « Souvenirs, souvenirs… » (9 avril). Ou faire confiance à « Arlequin » (coordinateur des Jeunes insoumis d’Amiens), qui écrit « vous le sentez venir le #mai2018 les macronistes ? » (18 avril).

Passé ? Présent ? Incantation rituelle ? Nostalgie incapacitante ? Ce qui se cache derrière la référence, c’est peut-être un espoir. Pour le dire avec les mots des militants : l’espoir qu’un vrai mouvement social se mette en place, converge, explose et montre ainsi le refus des Français face à l’offensive néo-libérale d’Emmanuel Macron, que L’Humanité rapproche de Margaret Thatcher.

Les dangers du grotesque

Marx l’avait dit. 1968 était donc la tragédie – pas au sens moral du terme, mais au sens théâtral. Et l’incantation du « mai 2018 » pourrait bien tourner à la farce. À la parodie. Singer mai 1968 ? Pour quoi faire ?

Mes étudiants m’ont posé la question. Ils m’ont demandé de faire une conférence sur la révolution allemande de 1918, dont je savais qu’elle aurait pour unique résultat de faire plaisir à certains militants déjà bien informés qui connaissent par cœur la triste histoire de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg.

Ils m’ont demandé de parler des années 1968 dans le monde – car la révolte n’a pas grondé qu’en France mais également en Italie, en Allemagne, au Mexique, à Prague, à Tokyo… – tous ces pays qu’on oublie souvent par excès de franchouillardise.

Tout cela me conduisait à un malaise intuitif, celui qu’on me demande d’enfermer dans la science froide les ardeurs d’un conflit. D’expliquer, posément, dans un amphithéâtre : « Le 2 juin 1967 à Berlin, un étudiant allemand, Benno Ohnesorg, est tué lors d’une manifestation contre la venue du Chah d’Iran… » Pour quoi faire ? Pour que certains attendent, de manière cynique, la mort d’un nouveau Rémi Fraisse, d’un nouveau Carlo Giuliani (militant altermondialiste tué par la police lors des manifestations contre le G8 à Gênes, en 2001, NDLR) pour s’insérer dans un répertoire si tristement connu ?

Je l’ai dis à mes étudiants : moi, dont les parents avaient 20 ans en 1968, qu’est-ce que je peux dire de tout ça ? Qu’est-ce que je pouvais bien leur transmettre, mise à part un sinistre répertoire vieux de 50 ans ? J’ai fini par citer, dans une pirouette, un punk rouennais à la renommée plus qu’incertaine – Nono Futur – qui, un jour, avait eu ces jolis vers :

« Les bourgeois assassinent
et puis récupèrent
séchés en vitrine
les héros populaires. »

Dans l’Université de Tolbiac occupée, un grand graffiti semblait répondre à ma question : « Fuck 1968. »

(DR)

Une histoire émancipée

Dans l’amphithéâtre, l’une des réponses est venue d’une collègue, qui face à ma vision relativement pessimiste du rôle de l’historien, me rappelait une chose : non seulement, les années 1968, c’était la Tchécoslovaquie, l’Europe, les États-Unis, mais c’était aussi l’Afrique. Et ces années-là, les rappeler, les documenter tout simplement, les raconter, c’est important. Car elles ont été tout simplement effacées, oubliées. Qui se souvient du « Mai dakarois » ? Parler de tout ça devenait un moyen de montrer les contestations passées.

Un étudiant a renchéri, citant le penseur Walter Benjamin. Pourquoi ne pas considérer, tout simplement, qu’un moment de contestation comme celui de 2018, avec ces cortèges, ces occupations, ces mots d’ordre, était tout à fait le bon moment, justement, pour faire de l’histoire, pour se réapproprier 1968, le relire, le retravailler ?

Utiliser le présent pour réinventer le passé, comme on le fait sans cesse. Et faisant l’histoire des vaincus et des luttes, retrouver le souffle d’émancipation du mois de mai, il y a cinquante ans. Pourquoi pas, même, faire revivre un instant les débats sur l’internationalisme de l’époque, dans notre temps où le « retour de la nation » semble être plus qu’un éphémère effet de mode ? Sortir 1968 de sa célébration officielle – que Emmanuel Macron lui-même avait appelé de ses vœux en octobre dernier ?

« Ils commémorent. On recommence » ?

L'AUTEUR
Nicolas Patin
Nicolas Patin est un historien et maître de conférence à l'Université Bordeaux-Montaigne. Il a publié "Krüger, un bourreau ordinaire" et "La Catastrophe allemande" chez Fayard.

En BREF

Yann Bubien, directeur adjoint de la ministre de la santé, prend la tête du CHU de Bordeaux

par Eloïse Bajou. 2 027 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

par Simon Barthélémy. 618 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

#StopExpulsions : le hashtag qui veut faire plier la préfète de la Gironde

par Walid Salem. 3 812 visites. 3 commentaires.