A Vélo Sans Age vient ébouriffer les cheveux de nos aïeux
Société 

A Vélo Sans Age vient ébouriffer les cheveux de nos aïeux

L’Ehpad Clairière de Lussy de Bordeaux Caudéran est le premier du département à se lancer dans un partenariat avec l’association A Vélo Sans Âge pour redonner le « droit au vent dans les cheveux des personnes âgées », en leur proposant des promenades en triporteur.

L’idée est simple : permettre aux résidents de renouer avec leur environnement grâce à des balades en triporteur électrique qui peut transporter deux personnes à l’avant. Pendant que le bénévole pédale, elles peuvent alors redécouvrir leur quartier, et créer des liens tant avec leur compagnons d’Ehpad qu’avec les jeunes et les passants.

Le concept, créé en 2012 vient directement du Danemark, pays où le vélo est roi. Il est arrivé en France à Capbreton en 2015 grâce à Ditte Jacobsen, une danoise qui voulait exporter le concept. Aujourd’hui, quinze antennes se sont créées en France et 37 pays ont adopté l’idée.

Comme une nouvelle jeunesse

A Bordeaux, l’association comprend désormais une équipe de cinq membres, Sophie Bonnefon, Pascal Derache, Serge Le Carrou, Reidun Mediavilla et une institutrice. Pour Sophie, dirigeante de Vecto, et Pascal et Serge tous deux membres de Vélo Cité, l’idée était une évidence.

Pédaler au grand air est non seulement sain pour les sportifs, mais aussi pour les personnes âgées. L’association le confirme, ces sorties apportent des améliorations au bien-être des résidents, à la fois physique et psychologique qui permettent dans certains cas de réduire la quantité de médicaments.

Le triporteur d’A Vélo Sans Âge qui promène les résidents de l’Ehpad. (JC/Rue89 Bordeaux)

Pour Jeanine Hoogstöel, résidente de l’Ehpad, lorsque l’association gare le triporteur sous le préau, c’est signe d’une belle après-midi.

« Je suis seule, je ne reçois pas de visite et je ne sors presque jamais. Avec eux, je profite de l’extérieur. On prend un bon bol d’air frais, on se sent revivre ! Si ça ne tenait qu’à moi, j’en ferais à chaque fois. Mais il ne faut pas être égoïste et laisser la place à tout le monde», sourit-elle.

Atténuer la solitude

Comme les autres résidents qui ont pu s’assoir sur le triporteur, elle a fait une promenade de dix minutes autour du parc qui jouxte l’Ehpad où la vieille dame a pu « voir et discuter avec les boulistes qui jouaient sous la pluie ». Car la jeunesse se vit dans les sensations mais également dans les liens intergénérationnels qui se créent lors de ces promenades. C’est l’un des objectifs de l’association : recréer du lien social souvent rompu par la maladie ou la vieillesse.

« Ce qu’on souhaite, c’est leur faire redécouvrir leur environnement de proximité, qu’ils puissent rencontrer du monde et atténuer leur solitude avec ces balades », explique Sophie Bonnefon, une des  membres d’À vélo sans âge.

A Vélo Sans Age, Unis Cité, ReSanté-Vous, et le personnel de l’Ehpad qui ont contribué à ce partenariat (JC/Rue89 Bordeaux)

Grâce à Unis Cité, qui propose de nombreux services civiques en Gironde et dont trois d’entre eux, Andreas, Zélie et Jeanne ont appuyé le projet auprès de Mme Debenais, directrice de l’Ehpad, les personnes âgées peuvent aussi recréer un lien avec les jeunes, comme le souligne Jeanine :

« Avec Andreas, j’ai l’impression de revoir mon fils, alors ça me fait plaisir. Il discute avec moi, me montre ce qu’il se passe autour, j’ai un peu l’impression de retrouver une famille. »

Cherche 4000€ pour continuer  à pédaler

L’association, encore toute jeune a toutefois eu besoin d’un appui médical, pour rassurer les Ehpad. Pour cela, ils ont contacté ReSanté-Vous, une entreprise aquitaine spécialisée dans les approches non-médicamenteuses en gérontologie, qui propose de faire le lien entre Ehpad et personnel soignant. Guy de Charpentier, l’un des fondateurs leur a ainsi apporté une assurance au niveau médical mais est également devenu leur plus gros financeur.

« ReSanté-Vous veut vraiment proposer des alternatives aux traitements médicamenteux, et A Vélo Sans Age rentre complètement dans nos valeurs. On a déjà organisé pour notre part un rallye vélo entre Ehpad avec des résidents. Alors quand Pascal nous a contactés, on a trouvé le projet super et on a voulu apporter notre pierre à l’édifice. »

Si l’association a déjà une équipe formée au triporteur, elle est en recherche perpétuelle de financement. Aujourd’hui, le triporteur qu’ils utilisent est gracieusement prêté par le constructeur car seul un tiers des 6000€ nécessaires à l’achat d’un tel engin ont été réunis, malgré le coup de pouce du CCAS et de  la mairie de Bordeaux.

Après avoir toqué aux portes des commerces de quartiers et de leurs entourages, ils ont réussi à acquérir des financements de la part de ReSanté-Vous, Carrefour Market Caudéran et un donateur privé. Le maire adjoint de Caudéran, Pierre Lothaire, promet aussi de réfléchir à des financements. Enfin, une campagne de financement collaboratif est dans les cartons.

L'AUTEUR
Julie Chapman
Julie Chapman
Journaliste, étudiante à Sciences Po Bordeaux. Bordelaise de naissance et de cœur.

En BREF

Contre les pesticides, le mouvement des Coquelicots essaime naturellement en Gironde

par Walid Salem. 1 735 visites. 2 commentaires.

Entre 4000 et 10000 personnes ont marché pour le climat à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 1 883 visites. 2 commentaires.

8 septembre : Une marche pour le climat et une action contre l’avion à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 4 239 visites. Aucun commentaire pour l'instant.