Municipales 2020 : Vincent Feltesse veut lancer le débat d’idées
Brèves 

Municipales 2020 : Vincent Feltesse veut lancer le débat d’idées

« Bordeaux, la métropole des quartiers », est le premier des trois ouvrages que l’association éponyme, présidée par Vincent Feltesse, compte publier en vue des municipales. L’ancien président de la communauté urbaine entend ainsi mettre au cœur de sa stratégie un projet fondé sur la proximité.

« Tout le monde est fier de l’évolution de la ville depuis 25 ans, et tout le monde reconnaît que bilan d’Alain Juppé est plutôt positif, mais tout le monde s’interroge sur la suite ».

La suite, Vincent Feltesse veut l’écrire. L’ancien conseiller de François Hollande a jeté ce mercredi au Club de la presse la première pierre d’un projet avec un livre, « Bordeaux, la métropole des quartiers » (éditions Mobilibook, 15 €). Alors qu’Alain Juppé ne devrait pas faire connaître avant 2019 ses intentions pour les municipales, son rival défait en 2014 estime que la confiance envers le maire de Bordeaux s’effiloche.

Il en veut pour preuve deux sondages sortis ces derniers jours : l’un réalisé par l’Ifop montre que si 82% des Bordelais se disent satisfaits  du travail du maire, c’est 8 points de moins qu’en 2013 ; l’autre, commandé par l’association Esprit Bordeaux, formée de soutiens d’Alain Juppé, donne celui-ci élu au premier tour des municipales avec 51 % des voix, contre 9% pour Vincent Feltesse (le même score attribué à l’écologiste Pierre Hurmic et à la députée macroniste Catherine Fabre, quand la France Insoumise serait à 10% et le socialiste Matthieu Rouveyre à 11%).

Pour le candidat PS battu aux dernières municipales, « il faut se méfier des sondages réalisés deux ans avant une élection, d’autant qu’il se fonde sur une évidence, une nouvelle candidature d’Alain Juppé ; or j’ai cru entendre de sa propre bouche que ce n’était pas aussi évident. »

Promesse bordelaise

Et selon Vincent Feltesse, ce sondage montre à ses yeux « une espèce d’effritement relatif », quand  le maire de Bordeaux l’avait emporté avec plus de 60% des voix :

« Nous sommes à un moment particulier de l’histoire de Bordeaux et de sa métropole, après une phase d’embellissement, de rénovation (…) et une seconde dans laquelle j’ai été fortement impliqué en tant que président de la communauté urbaine de Bordeaux, où la ville a changé de division, s’est dotée de grands équipements, de la LGV, a aménagé de nouveaux quartiers comme Euratlantique. Mais est-ce qu’on veut devenir toujours plus gros avec le sentiment de perdre un peu la promesse bordelaise autour de la qualité de vie, de la tolérance, de l’humanisme ? »

Alors que la métropole donne selon Vincent Feltesse des signes de « surchauffe » sur le prix des logements ou les problèmes de mobilité et de stationnement, il faut « revenir à échelle plus fine, de proximité », avec un ancrage dans les quartiers. Hors de question par exemple de lancer de nouvelles grandes opérations de plusieurs milliers de logements. Le conseiller municipal PS dénonce ainsi la volonté de la mairie d’urbaniser la Jallère, zone humide proche du grand stade.

Vincent Feltesse sur le balcon du Club de la Presse (SB/Rue89 Bordeaux)

Mais outre cette attaque contre un projet de la municipalité, ou encore le regret qu’Alain Juppé ait tardé à rallier l’établissement public foncier pour contrôler la spéculation immobilière, ou fasse « du stop and go sur le stationnement », l’ex président de la CUB charge son successeur à fleuret moucheté.

« Je ne suis pas dans une posture d’opposition mais de proposition pour les deux années qui viennent, justifie-t-il. On peut se faire piller nos idées, mais si c’est pour le bien commun, ce n’est pas une mauvaise chose. A l’été 2019, chacun verra bien qui est où, et où en sont les étiquettes politiques. »

Carte et quartiers

Vincent Feltesse, qui a « toujours sa carte au Parti socialiste », revendique avant tout son action au sein d’une « association citoyenne de 250 membres où la plupart des gens sont de gauche ». 11 personnes, pour l’instant anonyme, ont participé à la réalisation de ce livre, qui sera suivi d’un ouvrage sur la métropole.

Celui-ci est donc consacré aux quartiers de Bordeaux, dont il brosse un état des lieux plutôt fin. Les chapitres s’articulent autour de témoignages d’habitants, de chiffres éclairants et d’idées nouvelles. On y apprend par exemple que Nansouty/Saint-Genès a le plus faible taux de HLM de Bordeaux (3%, contre 17% pour la ville) ; que la Bastide ne compte aucune poissonnerie et passera de 16000 habitants actuellement à 38000 en 2030 ; ou encore que Caudéran n’a pas de réparateur de vélo, et le taux de chômage le plus faible de la commune (11% contre 17% en moyenne). L’intérêt de ce travail, c’est d’anticiper le futur de ces quartiers, souligne le conseiller municipal et régional :

« Caudéran, c’est 45000 habitants, trois fois la Bastide, et une population vieillissante avec 57% de propriétaires occupants,. On doit faire attention car il y a là des parcelles importantes de 500 à 1500 m2 qui pourraient entraîner des constructions de nombreux petits immeubles si ce n’est pas maîtrisé. Les cours de la Marne ou de l’Yser peuvent aussi bouger et finir par se gentrifier comme le centre. Si on veut préserver le côté village de ces quartiers, cela demandera de l’argent public pour réguler. »

Avec pour le conseiller à la Cour des comptes un enjeu : garder une ville abordable et « confortable pour tout le monde ».

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Foodora quitte la course et cherche un repreneur

par Walid Salem. 1 198 visites. 1 commentaire.

Des axolotls, « monstres d’eau », aperçus au Jardin botanique de Bordeaux

par Walid Salem. 7 818 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les locomotives diesel BB 67400 quittent Bordeaux pour un aller simple

par Walid Salem. 2 527 visites. Aucun commentaire pour l'instant.