Les gilets jaunes de Gironde choisiront leurs revendications par un vote en ligne
Société 

Les gilets jaunes de Gironde choisiront leurs revendications par un vote en ligne

Les représentants d’une dizaine de groupes girondins des gilets jaunes ont annoncé ce lundi soir l’organisation d’un sondage en ligne pour permettre aux sympathisants du mouvement d’arrêter leurs revendications.

Il fait nuit, les lieux sont déserts. On se croirait presque à une conférence de presse clandestine du FLN. Sauf qu’on n’est pas dans le maquis corse mais sous la halle vortex de Darwin, et que les militants devant la caméra ne portent pas des cagoules noires mais des gilets jaunes. Surtout, les visages sont découverts – ils se savent de toutes façons déjà surveillés de près – et les discours, pacifiques.

Ces gilets jaunes veulent arrêter le « durcissement des manifestations » dû selon eux « à l’absence de réponse » du gouvernement. Pour éviter les « provocations » et les débordements tels que l’incendie du péage de Virsac, il faut selon eux remédier à la « désorganisation générale » du mouvement. Une dizaine de groupes girondins ont ainsi décidé de « coordonner les actions, et de synthétiser les revendications ».

En crypté

Ce lundi, leurs porte-paroles présents à Darwin affirment représenter des groupes de Sainte-Eulalie, Langon, Saint-André-de-Cubzac ou encore Bordeaux, regroupant ensemble 20 000 gilets jaunes. Margot, membre d’un groupe bordelais, a été tirée au sort pour lire un texte commun devant la presse.

Cette étudiante infirmière de 21 ans annonce que les propositions des manifestants, collectées sur le terrain, seront soumises au vote dans les prochains jours, sur le site internet gilets-jaunes-gironde.fr. Tous les sympathisants du mouvement pourront s’exprimer, via un système crypté, en s’identifiant au préalable.

Pour éviter qu’ils ne votent plusieurs fois, le numéro de sécurité sociale et un mail seront exigés, précise un des porte-parole, assurant que l’autorisation sera demandée à la CNIL.

A l’issue de ce sondage en ligne, les gilets jaunes girondins réclament la tenue d’un débat public avec un parlementaire local représentant la majorité.

Conférence de presse des Gilets jaunes à Darwin (SB/Rue89 Bordeaux)

Constituante

« La revendication principale sera la mise en place d’une démocratie plus directe », indique le texte lu par Margot,  devant des journalistes conviés à Darwin.

« Nous avons interrogé les gens à Sainte-Eulalie et listé 4 revendications, qu’on diffuse par tracts depuis quelques jours afin d’expliquer que le mouvement n’est pas aussi vague que ça, poursuit Christine, 48 ans. Quand on s’est réuni avec les autres groupes, on a constaté qu’on avait une revendication commune  : une assemblée citoyenne constituante. »

Ils n’attendent rien de la prise de parole du président Macron, ce mardi. Et s’ils font aussi le constat d’un problème d’organisation des gilets jaunes, leurs porte-paroles girondins ne se reconnaissent pas non plus dans la « délégation » de huit « communicants officiels » auto-proclamés. Après une consultation sur Facebook, celle-ci a adressé lundi « deux propositions principales » au gouvernement : « revoir à la baisse toutes les taxes » et créer « une assemblée citoyenne » pour débattre de la transition écologique.

Prenant leurs distances avec des « initiatives personnelles de Pierre, Paul ou Jacques », les gilets jaunes de la Gironde espèrent que leur sondage, plus « bottom-up », sera relayé partout en France.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

La manif des lycéens passe du calme rive gauche à la tempête rive droite

par La Rédaction. 1 500 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Policiers et lycéens ont rejoué le siège de Stalingrad

par Baptiste Giraud. 3 187 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Cagnotte pour le gilet jaune bordelais défiguré par un tir de flashball

par Walid Salem. 8 427 visites. Aucun commentaire pour l'instant.