Plusieurs blessés durant l’acte 9 à Bordeaux, une enquête est ouverte
Brèves 

Plusieurs blessés durant l’acte 9 à Bordeaux, une enquête est ouverte

Des tirs de flashball ont fait des blessés graves ce samedi à Bordeaux. Un jeune de 23 ans a perdu l’usage de son œil droit et un homme de 47 ans est placé dans le coma artificiel. Pour le deuxième cas, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie.

L’acte 9 des Gilets jaunes à Bordeaux révèle, depuis 48 heures, son lot de blessés graves par les tirs de flashball (ou lanceurs de balle de défense – LBD) des forces de l’ordre.

Après les vidéos d’un pompier de Bazas touché à la tête aux abords de la rue Sainte-Catherine, une photographie montre un jeune touché à l’œil place Jean-Moulin à côté de la place Pey Berland.

« Là au mauvais moment »

« Il s’appelle Benjamin, 23 ans, de passage à la manif, n’a pas participé ni au défilé, ni à aucun face à face avec les forces de l’ordre ; il se trouvait juste là au mauvais moment », raconte la belle-sœur de la victime au collectif de photographes bordelais, Macadam Press.

Sur la page Facebook du collectif, une photo signée Fab Enero montre le jeune homme assis sur le trottoir. Penché en avant, le sang coule de son œil droit. Selon les informations recueillies par le photographe, il « a passé 6 heures au bloc » et, après un mince espoir annoncé, « il est confirmé que Benjamin à définitivement perdu l’usage de son œil droit ».

Benjamin serait « arrivé sur Bordeaux pour suivre sa compagne qui poursuit des étude de droits ». Ouvrier qualifié en soudure, « sa vie professionnelle est terminée, sa vie ne sera plus jamais la même, son handicap le poursuivra toute sa vie ».

L’IGPN saisie

Olivier, un pompier de 47 ans, a quant à lui été blessé à la tête à l’angle de la rue Saint-Catherine et de la rue de la Maison Daurade, à côté de l’Apple store.

Selon Sud Ouest, « c’était la deuxième fois qu’il venait manifester à Bordeaux ». Une vidéo amateur postée sur les réseaux sociaux montre un policier faire usage de son flashball et, plus tard, un manifestant Gilet jaune au sol sur le ventre. Une autre vidéo de Stéphanie Roy de l’agence Lime Press montre l’homme saignant de la tête et pris en charge par des secouristes.

Opéré en urgence pour une hémorragie cérébrale, Olivier a été placé dans un coma artificiel. Selon son épouse qui a témoigné dans le quotidien local, « les médecins sont rassurants pour la suite ».

Dans un communiqué de presse envoyé ce lundi, Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République, a décidé « de se saisir des faits et d’ouvrir une enquête pénale confiée à l’Inspection générale de la police nationale ».

« Pas de chance »

Samedi soir à Bordeaux, place Jean-Moulin, Mathieu Staub, photographe collaborant à la Revue Far Ouest, est en train de filmer lorsqu’il est touché par un tir de flashball.

Sur la page Facebook de la revue, il a publié un commentaire :

« Voilà ce qui arrive aux personnes qui documentent les manifestations. Pas de chance ? Trop près ? Je ne veux pas rentrer dans le débat pro gilet jaunes ou pro forces de l’ordre. Ce qui est certain, c’est que je ne suis pas armé, que je n’ai pas de gilet jaune, j’ai juste une caméra. »

Mathieu Staub annonce « seulement une fracture de la 10eme côte » et il semble avoir été pris en charge en même temps que Benjamin (voir plus haut).

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication

En BREF

Yann Bubien, directeur adjoint de la ministre de la santé, prend la tête du CHU de Bordeaux

par Eloïse Bajou. 2 032 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

par Simon Barthélémy. 618 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

#StopExpulsions : le hashtag qui veut faire plier la préfète de la Gironde

par Walid Salem. 3 812 visites. 3 commentaires.