Fabienne Buccio, la préfète de Nouvelle-Aquitaine, promet d’ « être à l’écoute »
Politique 

Fabienne Buccio, la préfète de Nouvelle-Aquitaine, promet d’ « être à l’écoute »

Gilets jaunes, migrants, environnement… elle annonce des décisions qui seront prises avec « bon sens, clairvoyance et honnêteté », tout en rappelant que « décider, ce n’est pas faire l’unanimité ».

Faut pas lui demander une réaction sur le fait d’être la première femme à ce poste. Mais si elle dit avoir conscience de « représenter les femmes dans ce métier », elle précise :

« Ce que je trouverais génial, c’est le jour où on ne me posera plus la question. »

Préfète de la région Nouvelle-Aquitaine, préfète de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest, préfète de la Gironde, Fabienne Buccio a pris ses fonctions ce lundi 15 avril et promet d’ « être à l’écoute ». Pour son « sixième poste », la haute-fonctionnaire originaire des Hautes-Alpes succède à Didier Lallement, appelé à la préfecture de police de Paris après le limogeage de Michel Delpuech.

Gilets jaunes, migrants…

Attendue sur le sujet des Gilets jaunes, Fabienne Buccio dit ne pas avoir « un plan en avance » :

« Il n’y a pas de raison que j’annule l’interdiction de manifestation des gilets jaunes. Chaque samedi, il faudra faire en fonction des attitudes des uns et des autres. Je ferai le point sur les remontées des services et j’adapterai nos dispositifs selon les décisions de l’Etat. »

L’autre dossier qui attend la préfète, c’est celui des migrants et des demandeurs d’asile. Celle qui a été à la tête de la préfecture du Pas-de-Calais, en charge de la fameuse « jungle de Calais » précise :

« Durant les deux ans que j’y ai passés [de 2015 à 2017, NDLR], 80 % de mon temps était consacré à la question migratoire. Ce que nous avons fait à Calais, on n’a pas à en rougir. […] On s’est vite rendu compte, étant critiqués par ceux qui disaient qu’on ne faisait pas assez et également par ceux qui disaient qu’on en faisait trop, que nous étions là où il fallait être. »

Si elle a rappelé que « les demandeurs d’asile doivent bénéficier d’un logement fourni par l’Etat », elle a insisté sur le fait que, une fois l’asile accordé, ils doivent « à tout prix réussir leur intégration ». Elle a cependant souligné que si des réfugiés demandaient l’asile, « la responsabilité des associations est de ne pas les laisser penser qu’ils vont être régularisés ».

Avec le lac de Caussade, le Signal, les mineurs isolés étrangers… beaucoup de dossiers sensibles que la préfète promet de traiter avec « bon sens, clairvoyance et honnêteté ».

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication

En BREF

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

par Simon Barthélémy. 570 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

#StopExpulsions : le hashtag qui veut faire plier la préfète de la Gironde

par Walid Salem. 3 758 visites. 3 commentaires.

Un hommage à Steve rassemble 250 personnes devant le miroir d’eau

par Walid Salem. 512 visites. 1 commentaire.