Municipales 2020 : l’appel des écologistes pour une liste « verte et ouverte » à Bordeaux
Politique 

Municipales 2020 : l’appel des écologistes pour une liste « verte et ouverte » à Bordeaux

Après avoir récolté 21,54% des suffrages à Bordeaux lors des élections européennes, les écologistes veulent être « la force propulsive de l’alternance » aux municipales. Ils lancent un « appel de Bordeaux » pour fédérer autour d’eux.

« On n’a pas choisi exprès le jour le plus chaud d’une semaine caniculaire », prévient d’emblée Pierre Hurmic.

Ce mercredi, lors d’une conférence de presse en plein air à Bordeaux, le conseiller municipal et métropolitain EELV (Europe écologie-Les Verts) n’est pas avare de punchlines.

S’il précise que Bordeaux est particulièrement exposée au réchauffement planétaire à cause de ses îlots de chaleur urbains, et pourrait avoir prochainement « le climat de Séville », c’est pour souligner en creux que ces Cassandre d’écolos, qui ont souvent raison avant les autres, peuvent désormais en récolter les fruits.

Planètes alignées

« Le temps de l’écologie municipale est venu », lance l’avocat, qui évoque « le contexte très favorable aux idées écologistes » : succès des marches pour le climat, rapports et appels des scientifiques, et « score exceptionnel des écologistes » à Bordeaux (21,54%, derrière La République en Marche, loin devant le PS et la France insoumise).

Aussi, les écologistes comptent bien être présents aux municipales, mais pas dans le cadre d’un cartel de partis, comme en 2014, lorsque les Verts ont choisi de s’allier avec le Parti socialiste, conduit par Vincent Feltesse. « Additionner les forces politiques est un exercice vain et dangereux », poursuit Pierre Hurmic, qui se refuse de négocier des places sur une liste avec d’autres partis :

« Nous avons la volonté de rassembler et de porter une alliance large, c’est notre responsabilité historique, nous voulons être la force propulsive de l’alternance. Mais nous voulons fédérer les énergies au delà des vieux appareils. Car l’écologie est un vrai paradigme émancipé des autres familles politiques. »

Valeurs incontournables

Pour tenter de rassembler, Vincent Feltesse a créé un think tank (BM2020), Matthieu Rouveyre a fondé une association (Bordeaux Maintenant). Les écologistes lancent eux un « appel de Bordeaux pour le climat, l’écologie, les solidarité ».

« C’est un corpus de valeurs, pas un programme, indique Pierre Hurmic. On fait appel pour enrichir notre démarche. Le programme n’est pas figé, on y réfléchit ».

Mais cet appel quelques principes « incontournables » : « mettre un terme immédiat à toute artificialisation de nos derniers espaces naturels » ; « renoncer aux opérations de prestige et à la course au gigantisme » ; « réduire les déplacements contraints » ; « réguler un marché de l’immobilier débridé, pour plus de logements sociaux, pour des loyers encadrés, et pour une mobilisation des logements vacants »…

L’élu bordelais insiste en outre sur la « nouvelle gouvernance municipale et métropolitaine », plaidant à nouveau pour la fin de la cogestion droite-gauche de l’intercommunalité.

Chance historique

Si ces valeurs résonneront sûrement à gauche, restera tout de même à régler la question des femmes, des hommes et des moyens nécessaires à la conduite d’une campagne – EELV ne peut par exemple s’appuyer que sur une cinquantaine de militants à Bordeaux, même si le nombre d’adhérents a fortement augmenté depuis les élections…

Crédité de 14% dans le sondage Ifop commandé par Esprit Bordeaux, le parti de Nicolas Florian, Pierre Hurmic se dit prêt à être tête de liste, « comme d’autres pourraient l’être ». Il donne rendez-vous en septembre pour lancer la conquête du Palais Rohan, avec un certain optimisme :

« La ville peut prendre le virage de l’alternance. Le Monde annonce aujourd’hui (mercredi) que La République en marche va investir Thomas Cazenave le 1er juillet prochain. Il y aurait deux listes de droite au premier tour », du jamais vu depuis des décennies.

Une chance historique… pour peu que la gauche écologiste ne parte pas dispersée.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Dernier appel des Ford avant la fermeture de l’usine de Blanquefort

par Simon Barthélémy. 543 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

#StopExpulsions : le hashtag qui veut faire plier la préfète de la Gironde

par Walid Salem. 3 734 visites. 3 commentaires.

Un hommage à Steve rassemble 250 personnes devant le miroir d’eau

par Walid Salem. 504 visites. 1 commentaire.