Pierre Hurmic dévoile son équipe aux commandes de la mairie de Bordeaux
Politique 

Pierre Hurmic dévoile son équipe aux commandes de la mairie de Bordeaux

Une semaine après sa prise de fonction, le nouveau maire de Bordeaux Pierre Hurmic préside une séance du Conseil municipal ce vendredi. Il y révèlera l’identité, les délégations et les feuilles de route de ses 25 adjointes et adjoints. Infos, réactions et analyses en direct par la rédaction de Rue89 Bordeaux.

Les autres adjoints thématiques de Pierre Hurmic

Sandrine Jacotot, Adjointe en charge des commerces, des marchés et des animations de proximité

Sandrine Jacotot obtient le poste d’adjointe en charge des commerces, des marchés et des animations de proximité. À la vie civile, elle est caviste. Il y a plusieurs années, elle a fondé « Entre deux vins » pour mettre en valeur les vignerons respectueux de l’environnement. Avant ça, Sandrine Jacotot était dirigeante d’un restaurant sur le Bassin et régisseuse dans un château du Médoc. Elle préside l’association « Ô cœurs de Fondau », qui veut défendre et améliorer la qualité de vie dans la capitale girondine.

Fannie Le Boulanger, Adjointe en charge de la Petite enfance, et adjointe de quartier Nansouty Saint-Genès

Engagée chez Europe-Ecologie Les Verts, Fannie Le Boulanger est juriste de formation, spécialisée en droit public. Elle hérite de la délégation « Petite Enfance » et devient aussi déléguée au quartier Nansouty Saint-Genès. À 34 ans, cette maman de deux enfants s’est engagée car elle a « ressenti l’urgence », comme elle le déclarait à nos confrères de France Bleu Gironde, et parce qu’elle croit puissamment en l’échelon local pour initier le changement.

Olivier Escots, Adjoint en charge du handicap et de la lutte contre toutes les discriminations

Il était en neuvième position sur la liste de Pierre Hurmic. À 42 ans, l’encarté PCF prend donc du galon en devenant adjoint au handicap et à la lutte contre toutes les discriminations. Une délégation importance pour cet inspecteur du travail. Il s’était reconverti en 2014, lorsqu’il s’est engagé au Parti Communiste. Avant cela, Olivier Escots a été journaliste pour le quotidien régional Sud Ouest pendant plusieurs années, lors desquelles il a plus particulièrement travaillé sur le secteur de Langon.

Laurent Guillemin, Adjoint en charge de la sobriété dans la gestion des ressources

Laurent Frédéric Guillemin est donc le 24ème adjoint de Pierre Hurmic, délégué à la sobriété dans la gestion des ressources. Issu de la société civile, il est ingénieur depuis une quinzaine d’années, et gérant du bureau d’études BéTyle.

Voici les adjoints de quartier désignés ce vendredi

On connaît désormais la liste des adjoints de quartier choisis par Pierre Hurmic.

  • Quartier La Bastide : Françoise Frémy
  • Quartier Saint-Augustin, Tauzin, Alphonse Dupeux : Dominique Bouisson
  • Quartier Caudéran : Pascale Bousquet-Pitt
  • Bordeaux Maritime : Vincent Maurin
  • Bordeaux Sud : Olivier Cazaux
  • Quartier Nansouty-Saint Genès : Fannie Le Boulanger
  • Quartier Chartrons, Grand Parc, Jardin Public : Bernard Blanc
  • Quartier Bordeaux Centre : Amine Smihi

Le maire écologiste a précisé que de nouveaux quartiers "aux découpages moins électoralistes et plus conformes aux réalités géographiques de terrain" pourraient voir le jour pendant la mandature. Cela avait été un des points de débat de la campagne : pour assurer une plus grande proximité, Thomas Cazenave proposait ainsi de redessiner 16 quartiers.

Françoise Frémy

À 61 ans, Françoise Frémy, militante socialiste, devient adjointe à la mairie de Bordeaux. Elle sera maire de quartier pour La Bastide. Engagée dans la vie du quartier La Bastide, elle préside le Club de sport La Bastidienne, club de foot féminin et masculin de La Bastide.

Pascale Bousquet-Pitt

Cette militante PS et féministe très engagée écope de la mairie de Caudéran. À 43 ans, Pascale Bousquet-Pitt dirige une agence de logement social. Ancienne présidente de l’antenne girondine d’Osez le féminisme, elle dirige désormais l'association "Féministes en action". Elle est aussi en charge des questions de laïcité au sein des instances nationales du Parti Socialiste. Elle est la dix-septième adjointe du maire écologiste.  

Vincent Maurin

On l’attendait plutôt sur les questions d’éducation. Finalement, Vincent Maurin, 59 ans, est nommé adjoint de quartier Bordeaux maritime, qui regroupe Bordeaux Lac, Bacalan et les Bassins à flot. Militant PCF, il a déjà siégé dans l’opposition à l’équipe Juppé entre 2001 et 2014. Il est directeur de l’école Charles-Martin à Bacalan. Syndicaliste, c’est un grand défenseur du logement social et transports publics gratuits. Il a également eu des fonctions au sein de plusieurs associations éducatives ou culturelles.

Fannie Le Boulanger

Engagée chez Europe-Ecologie Les Verts, Fannie Le Boulanger est juriste de formation, spécialisée en droit public. Elle hérite de la délégation « Petite Enfance » et devient aussi déléguée au quartier Nansouty Saint-Genès. À 34 ans, cette maman de deux enfants s’est engagée car elle a « ressenti l’urgence », comme elle le déclarait à nos confrères de France Bleu Gironde, et parce qu’elle croit puissamment en l’échelon local pour initier le changement.

Olivier Cazaux

Agé de 59 ans, marié et père de deux enfants, il est l'initiateur en 2006 du projet de navettes fluviales comme alternative au pont Chaban-Delmas, qualifié d' "aspirateur à voitures supplémentaire" par l'élu. Il est également porte-parole de l’association Tchernoblaye qui milite pour la fermeture de la centrale de Braud et Saint-Louis.

Cet habitant du quartier qu'il va administrer est vert depuis la création du mouvement dans les années 1980. Il s'est présenté aux élections cantonales de 2011, aux départementales de 2015, et aux législatives de 2017.

Dominique Bouisson

Issu de la société civile, ce natif du Bas-Médoc où il a "grandi entre les ports de l’estuaire et les dunes de l’océan", est devenu bordelais pour y suivre des études supérieures, avant d’y installer avocat au Barreau de Bordeaux depuis 1991.

Père de deux enfants, il regrette une "ville devenue vitrine". "Je ne peux me satisfaire d’une politique d’exclusion, de servitudes et de contraintes, conduite depuis de nombreuses années" déclare ce "témoin de la transformation de la ville".

Bernard Blanc

Chef de service des Finances Publiques, Bernard Blanc a 60 ans. Il est né à Bordeaux et y est revenu depuis 17 ans après avoir vécu à Paris et au Mans où il a été responsable des sections PS. Ce proche de Michèle Delaunay est aujourd'hui chef de section PS de Bordeaux centre.

Nommé maire de quartier Chartrons-Grand Parc-Jardin Public, il dit "ne pas vouloir faire les choses tout seul" : "Je veux rencontrer l'ensemble des associations. Il y a beaucoup de choses à faire pour réunir les quartiers. Je veux être le coordinateur des activités des associations et essayer d'impulser une dynamique pour faire un quartier encore plus agréable qu'il l'est".

Habitant le quartier, il reconnaît "des investissements assez intéressants comme la Salle des fêtes du Grand parc, particulièrement emblématique". Il dit avoir "conscience qu'il y a des problèmes d'incivilités" et compte entamer "un diagnostic dès cet été avec les habitants qui se sentent probablement abandonnés".

Sylvie Justome, en charge de la sécurité sanitaire, de la santé et des séniors

Sylvie Justome (Facebook)

Par les temps qui courent, c’est un poste clé de l’organigramme de la ville qu’occupe la doyenne du conseil, Sylvie Justome. Désormais adjointe à la sécurité sanitaire, à la santé et aux séniors, on imagine que son été sera particulièrement chargé entre la gestion de la crise sanitaire et celle de la canicule.

À 66 ans, cette inspectrice académique à la retraite est particulièrement engagée dans la lutte écologiste. Membre d’Urgence Écologie et de Génération Écologie, elle est aussi engagée dans l’association sportive du quartier Saint-Bruno.

Didier Jeanjean a sa mission : apaiser les quartiers

Didier Jeanjean (TU/Rue89 Bordeaux)

C'est un parcours atypique que celui de Didier Jeanjean : après avoir travaillé dans l’hôtellerie de luxe à Londres, Paris et Bordeaux, dirigé la restauration d’un palace parisien et l’exploitation d’une PME bordelaise, il est aujourd'hui enseignant de l’éducation nationale, et s'occupe de la section sommellerie d’un lycée hôtelier de Talence. Par ailleurs, il est comédien, et dirige une compagnie de théâtre d'impro, enunseulmot.

Suffisant pour s'improviser adjoint en charge de la nature en ville et des quartiers apaisés, un des points essentiels du programme de Bordeaux Respire ?

"On n'a pas systématiquement cherché à faire correspondre compétence professionnelle et activité d'élu, justifie-t-il. Il n'est pas question d'hommes providentiels, nous sommes tous légitimes à avoir des idées et à vouloir les appliquer."

Didier Jeanjean, qui a abordé Pierre Hurmic pendant les manifestations pour le climat, l'a rejoint pour la capacité du futur maire à faire l'union des écologistes et de la gauche. Aujourd'hui, il se dit déterminé à appliquer le concept d'urbanisme tactique, pour végétaliser les rues en concertation avec les habitants, et réduire ainsi progressivement la place de la voiture en ville.

"Avant les quais de Bordeaux étaient un parking géant. Aujourd'hui, le jeunes y font du sport, les familles vont au miroir d'eau, les couples y dansent le tango, et personne n'imaginerait y remettre une voiture. Rue Kléber, les gens sont dans la rue et laissent leurs portes ouvertes. Si on y va petit à petit, avec écoute et pédagogie, en essayant des choses, personne ne voudra revenir en arrière."

Mathieu Hazouard, un marathonien adjoint aux sports

Mathieu Hazouard (TU/Rue89 Bordeaux)

Ex joueur et entraîneur de basket "reconverti dans la course à pied et le marathon", Mathieu Hazouard tient désormais le haut du panier dans la majorité municipale bordelaise.

Ce conseiller régional délégué au numérique avait déjà manifesté son intérêt pour le sport à Alain Rousset. Désireux d'explorer d'autres terrains que l'économie à Bordeaux, il s'est donc vu proposer le remplacement d'Arielle Piazza, adjointe sortante dans les équipes de Juppé et Florian.

"Avec plein de choses à faire sur la ville", pointe l'élu de 46 ans. Il pointe le déficit d'équipements sportifs de proximité dans certains quartiers, sa volonté d'encourager les pratiques fédérales "en souffrance" et d'épauler les clubs de hand et de basket, aux portes de l'élite professionnelle.

Un dossier brûlant l'attend sur son bureau, celui de l'avenir des Girondins de Bordeaux. Si les clubs pros ont taclé le maire pour son intervention dans les affaires, Mathieu Hazouard veut tout faire pour "trouver une issue positive" à la crise qui secoue le FCGB.

"On ne peut pas se résoudre à ce que les supporters et la direction ne se parlent plus, à ce que le stade soit au trois quart vide et à ce que les Girondins se coupent des relations avec les clubs amateurs de la ville. Ils font partie de l'attractivité, et tous les jeunes joueurs de la ville doivent pouvoir s'identifier au club."

Delphine Jamet va piloter l'administration de la Ville

Delphine Jamet (TU/Rue89 Bordeaux)

Ils étaient deux élus écologistes dans le conseil municipal sortant de Bordeaux. Et si Pierre Hurmic est élu maire de Bordeaux et que les Verts y occupent désormais une place prépondérante, ils le doivent beaucoup à l'engagement de cet archiviste de 44 ans. Delphine Jamet était à la manœuvre dans la constitution de la liste Bordeaux Respire ! comme dans la constitution de son programme, si bien que certains la voyaient propulsée première adjointe.

Elle aura néanmoins une place déterminante dans la majorité municipale, en tant qu'adjointe en charge de l’administration générale, de l’évaluation des politiques publiques et de la stratégie de la donnée. Le libre accès et la transparence des données lui parait ainsi indispensable tant pour que l'opposition ou le grand public puissent juger de l'action publique, qu'à la majorité pour élaborer sa stratégie. Des cabinets extérieurs devrait ainsi accompagner la mairie pour bâtir des indicateurs fiables en terme de budget climat.

Du côté de l'administration, la majorité ne compte pas faire de purges ou de révolution de palais, mais plutôt de "changer les méthodes de travail en décloisonnant les services". Et en associant les salariés aux décisions publiques :

"Sur le modèle de la convention citoyenne sur le climat, on aimerait monter une conférence avec des spécialistes du dérèglement climatique pour expliquer le sens de notre action à tous les agents de la Ville, pour être sûrs que tout le monde soit au même niveau en termes d'informations, et qu'on comprenne que notre démarche n'est pas idéologique."

Nadia Saadi en charge de l’accompagnement des mutations économiques

Nadia Saadi (WS/Rue89 Bordeaux)

C’est une nouvelle délégation qui reprend et revisite une partie des fonctions qu’occupait Virginie Calmels, adjointe d’Alain Juppé chargée de l’emploi, des relations avec les entreprises et du développement économique et durable (que Stéphane Pfeiffer assume également au poste d’Adjoint en charge de l'Emploi, de l'économie sociale et solidaire et des formes économiques innovantes).

Issue de la société civile et âgée de 59 ans, elle est directrice d’agences bancaires du Crédit industriel et commercial Sud Ouest, responsable du marché des professionnels et plus récemment en charge de la RSE (Responsabilité Sociétale des entreprises). Mère de trois enfants, elle est bordelaise depuis une quinzaine d’année et investie dans des associations citoyennes, culturelles, et de parents d’élèves.

Sylvie Schmitt en charge de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse

Sylvie Schmitt (WS/Rue89 Bordeaux)

Issue de la société civile, Sylvie Schmitt remplace Emmanuelle Cuny, adjointe à l'éducation de la majorité sortante. Maman de 3 garçons, elle habite Bordeaux depuis 25 ans où elle travaille comme formatrice auprès des artisans girondins.

Militante au sein d’une fédération de parents d’élèves, elle s’engage pour défendre les valeurs de gratuité, laïcité, d’égalité des chances à l’éducation sur le territoire et d’égalité filles-garçons notamment.

Céline Papin en charge des coopérations territoriales, européennes et internationales

Céline Papin (WS/Rue89 Bordeaux)

A 38 ans, Bordelaise depuis 20 ans, cette native de la Vendée issue d’une famille d’ouvriers travaillait au sein du groupe EELV de la métropole bordelaise après un passage par l’Institut d’études politiques de Bordeaux. Elle aura en charge une délégation revisitée que tenait Didier Cazabonne, adjoint aux affaires internationales d’Alain Juppé, d'un coté, et celle de Pierre de Gaétan Njikam pour la coopération avec l'Afrique, d'un autre côté.

A ce poste, Céline Papin aura à mettre à profit son expérience de plusieurs années à l’étranger (Finlande, Espagne). La tête tournée vers l’international, elle se dit aussi "très impliquée dans [son] quartier, Ginko", où elle est notamment déléguée des parents d’élèves.

Amine Smihi, en charge de la tranquillité publique, de la sécurité et de la médiation, et adjoint de quartier Bordeaux Centre

Amine Smihi (WS/Rue89 Bordeaux)

Cette nouvelle délégation remplace celle qu’occupait Jean-Louis David, adjoint en charge chargé de la vie urbaine et de la proximité, sous Alain Juppé et Nicolas Florian.

Professeur de mathématiques, Amine Smihi a 47 ans. Il a récemment rejoint EELV et dit soutenir depuis un certain temps les actions d’associations comme Greenpeace ou L214. Bordelais depuis 15 ans et père de deux filles de 17 et 20 ans, il est né à Paris de parents réfugiés politiques marocains exilés en France. Syndicaliste, il s’intéresse rapidement à politique à travers son engagement militant et associatif.

Amine Smihi assume d’être un novice mais il sait "l’urgence du sujet" et promet qu’il est "complètement mobilisé". "L’actualité dans certains quartiers ne fait que confirmer la nécessité de prendre en main la thématique", ajoute-t-il. 

Il assure par ailleurs que les engagements de campagne n’ont pas changé, notamment en termes de recrutement de policiers municipaux. Pour répondre aux critiques entendues pendant la campagne sur ce thème, il qualifie "d’indissociables" les quatre aspects de sa délégation : la tranquillité, la sécurité, la médiation et la prévention. Il défend l’idée d’une "police de proximité et de quartier" pour mieux répondre aux enjeux sécuritaires du territoire.

Des noms et contours de délégations changeants

Outre les noms des adjointes et adjoints, l'intitulé des délégations qui leur sont attribuées et les compétences qu'elles recoupent on fait débat ce vendredi au conseil municipal.

Pierre Hurmic a justifié d'accoler le "défi climatique" à la délégation aux finances, signe "d'acharnement à placer ces critères climatiques dans toutes nos politiques publiques".

De nombreux adjectifs viennent ainsi compléter les délégations classiques : l'urbanisme devient résilient, la démocratie est désormais permanente et le logement devient le service public du logement (lire nos précédents posts sur le sujet).

Parmi les créations, Harmonie Lecerf (neuvième adjointe) sera en charge de l'accès aux droits et les solidarités. Cela résulte de l'éclatement de l'action sociale désormais répartie entre le logement, l'économie sociale et solidaire et ce nouveau portefeuille.

La sobriété dans la gestion des ressources, l'économie sociale et solidaire, l'accompagnement des mutations économiques, ou encore l'évaluation des politiques publiques sont autant de nouvelles délégations.

Les conseillers municipaux de l'opposition, au premier rang desquels Nicolas Florian ont déploré que les mobilités, dont le vélo, le tourisme, et l'attractivité économique n'aient pas d'adjoints attitrés. Pierre Hurmic leur a répondu qu'il ne s'agissait pas là "d'une liste de courses".

Mais ces domaines quoique de compétences métropolitaines, seront attribués rapidement à un conseiller municipal délégué, promet le maire de Bordeaux, tout comme le patrimoine. Ce dernier sera, avec l'archéologie et la mémoire, géré par un-e élu-e placé-e sous l'autorité de l'adjoint aux expressions culturelles.

Dimitri Boutleux, à la création et les expressions culturelles

Dimitri Boutleux (WS/Rue89 Bordeaux)

Plus de patrimoine, et plus de culture dans l'intitulé de la délégation. "On aurait pu se contenter d'une délégation culture, mais on a voulu préciser l’orientation de ce mandat", précise Pierre Hurmic.

Cette nouvelle délégation se tourne donc vers la création et la diversité de ses expressions. Peu connu des milieux culturels, ce paysagiste remplace Fabien Robert, adjoint sous Alain Juppé devenu premier adjoint avec Nicolas Florian.

A bientôt 40 ans, Dimitri Boutleux est installé à Bordeaux depuis 2017, arrivé pour prendre ses fonctions à l’a'urba, agence d'urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine, après diverses expériences professionnelles à l’étranger.

Cet ingénieur est très attendu sur la question de la culture à Bordeaux, un secteur dont les acteurs se sont manifestés à travers plusieurs tribunes à la veille des élections municipales.

Camille Choplin, l'"écolo girl" à la "démocratie permanente"

Camille Choplin (TU/Rue89 Bordeaux)

Elle a finalement refusé le poste de première adjointe que voulait lui confier Pierre Hurmic. La bloggeuse et auteure bordelaise (de "Tout le monde ne raffole pas des brocolis", notamment) a considéré que son entrée en politique était déjà "un grand changement", et que cette responsabilité devait incomber au titulaire d'une délégation plus stratégique.

La sienne sera toutefois capitale, selon le maire de Bordeaux :

"Nous ne réussirons pas la transition écologique si nous ne la faisons pas avec les Bordelaises et Bordelais, d’où cette nouvelle gouvernance par l’intelligence collective et son importance dans la hiérarchie municipale. Le taux d’abstention trop important nous conforte davantage dans le fait qu'il faut passer d’une démocratie intermittente à la démocratie permanente si on veut restaurer la légitimité démocratique."

Camille Choplin se dit également "très attristée par le fort taux d'abstention" aux élections municipales :

"Cela suppose un long travail de reconquête, et de dire aux Bordelaises et aux Bordelais qu'on ne fera rien sans engagement politique, au sens de participation à la vie de la cité."

L'adjointe compte consulter rapidement les services, afin de lancer au plus vite les Assises du pouvoir partagé, qui détermineront la méthode et les outils, par exemple une démocratisation plus poussée des conseils de quartier, dotés de pouvoirs plus importants.

Harmonie Lecerf, en charge de l’accès aux droits et des solidarités

(TU/Rue89 Bordeaux)

C’est une délégation taillée sur mesure pour la benjamine des écolos, qui remplace Alexandra Siarri dans cette fonction d’adjointe en charge de la cohésion sociale et territoriale. Pour Pierre Hurmic, cette délégation est un "impératif".

Âgée de 32 ans, Harmonie Lecerf occupait jusqu'à très récemment un poste d’intervenante sociale auprès des populations précaires au CAIO, l'association charge notamment du 115.

Après avoir été sous-officier de la Marine Nationale pendant 10 ans, "dont plus de la moitié à essayer d’en partir", elle décide d’ "opérer un virage à 180° pour faire des études de droit". Diplômée de l’université de Bordeaux, elle s’engage dans des associations de défense des droits des étrangers et au sein du collectif Mineurs Isolés Étrangers.

A la mairie, elle veut mettre ses compétences au service d’associations qui militent pour l’accès aux droits des personnes vulnérables ainsi que des populations migrantes. Harmonie Lecerf a déjà fait son baptême du feu en recevant ce jeudi en mairie les associations mobilisées à l'occasion de la fin de la trêve hivernale.

Bernard Blanc, adjoint à "l'urbanisme résilient"

Bernard Louis Blanc (SB/Rue89 Bordeaux)

Lorsqu'il était directeur du bailleur social Aquitanis, en ligne avec les principes de l'architecte Christophe Hutin, Bernard Louis Blanc s'est attaché à démontrer qu'on pouvait "construire la ville sur la ville", à l'image de la rénovation réussie des bâtiments du Grand Parc.

C'est à ce titre que Pierre Hurmic, en quête d'expertise sur ce sujet, a "débauché" son future adjoint. Alors que le nouveau maire entend stopper la bétonisation des espaces naturels sans pour autant aggraver la crise du logement, il reviendra à son adjoint de promouvoir un modèle de densification acceptable par les riverains, et compatible avec le verdissement de la ville.

Un challenge pour lequel il n'a toutefois pas encore toutes les cartes en main, le plan local d'urbanisme étant une compétence métropolitaine. Le maire de Bordeaux souhaite donc que son adjoint prenne également la vice-présidence à l'urbanisme de la métropole. Cela fait partie des négociations en cours sur la gouvernance de l'intercommunalité.

Le dossier clé du logement pour Emmanuelle Ajon

Emmanuelle Ajon (Rue89Bordeaux)

Depuis la retraite de Michèle Delaunay et le départ de Matthieu Rouveyre de la vie politique, Emmanuelle Ajon est la chef de file des socialistes bordelais. En rangeant l'écurie PS derrière Pierre Hurmic, un poste important lui était promis, à dimension plutôt sociale, pour la vice-présidente du conseil départemental de la Gironde en charge de la protection de l'enfance.

Ce sera donc ce nouveau service public du logement et de l'habitat promis pendant la campagne de Bordeaux Respire !. Il lui reviendra notamment de mobiliser le parc de logements vacants, avec réquisition si nécessaire, de lancer l'expérimentation de l'encadrement des loyers, ou encore de ferrailler contre les propriétaires d'apparts Airbnb. Donc de respecter une partie importante des promesses de Pierre Hurmic, volet social et solidaire.

"L'interventionnisme municipal dans la politique du logement est fondamental et nouveau à Bordeaux", a commenté le maire ce vendredi.

Il a par ailleurs précisé que l'élue ira au bout de son mandat au département, soit jusqu'à l'année prochaine, malgré les réticences des écologistes sur le cumul des mandats exécutifs.

Stéphane Pfeiffer, l'emploi comme priorité

Stéphane Pfeiffer (TU/Rue89 Bordeaux)

Rue89 Bordeaux en a récemment dressé un court portrait, soulignant que Stéphane Pfeiffer serait une personnalité à suivre durant cette mandature. Actif dans la dernière ligne droite de la campagne, ce représentant de Génération.s, le parti fondé par Benoît Hamon, martelait qu'écologie et économie ne sont pas incompatibles, au contraire.

En le bombardant N°2 dans la liste des adjoints, en charge de l'emploi, de l'économie sociale et solidaire et des formes économiques innovantes, Pierre Hurmic veut démontrer qu'il fait de ces enjeux une priorité. Stéphane Pfeiffer bénéficie aussi sans doute de la démission pour raison familiale de Benoît Meyer, ancien responsable de Pôle Emploi, et auquel ce poste aurait pu échoir.

A l'issue de la conférence de presse de présentation des adjoints ce vendredi, Stéphane Pfeiffer s'est dit "heureux" de cette nomination. Deuxième adjoint, il est aussi "fier" de voir "ces sujets clés que sont l'emploi et l'économie sociale et solidaire en si haute position. C'est essentiel pour inventer un nouveau modèle social, écologique et solidaire."

Le premier dossier qu'il ouvrira ? Le lancement du projet "Territoire 0 chômeurs de longue durée", qu'il souhaite tester au Grand Parc.

Egalement conseiller métropolitain, Stéphane Pfeiffer pourrait aussi jouer un rôle pivot entre écologistes et socialistes avec son groupe Génération.s, dont fait partie le nouveau maire de Saint-Médard-en-Jalles, Stéphane Delpeyrat.

Claudine Bichet première adjointe, première surprise

Claudine Bichet (SB/Rue89 Bordeaux)

Claudine Bichet première adjointe en charge des finances, du défi climatique et de la prospective, c’est la surprise du chef de Pierre Hurmic. Pendant sa campagne, le futur maire avait annoncé que Camille Choplin serait sa n°2. Celle-ci a préféré décliner pour laisser ce poste à une élue ayant une délégation clé.

C'est donc une autre néophyte en politique qui va donc désormais occuper ce fauteuil stratégique, avec la lourde charge de mettre les décisions financières de la Ville au diapason vert.

"Qui mieux que l’adjoint chargé du budget a une vision transversale des dossiers municipaux, a justifié ce vendredi matin le maire de Bordeaux. Or la  réponse au défi climatique devra guider l'orientation de toutes les politiques municipales."

Récemment encartée chez EELV, la jeune femme (40 ans) peut se prévaloir d’un solide CV dans le privé – elle a été notamment directrice du contrôle de gestion chez SFR puis CDiscount. Cette néo-Bordelaise (elle vit depuis deux ans en Gironde) avait aussi fait le choix de changer d'orientation professionnelle pour  porter "des projets à forte utilité écologique et sociale", comme un réseau de magasins "100% bio, local et vrac", ainsi qu'elle l’expliquait lors de la présentation de sa candidature aux côtés de Pierre Hurmic.

Audit

Claudine Bichet estime que son implication dans l'équipe de Bordeaux Respire ! - elle dirigeait la campagne avec Nicolas Mannant - et ses "qualités pour animer un collectif" lui valent également d'être désignée Première adjointe.

A son poste de chargée des finances, où elle succède au maire sortant, Nicolas Florian, sa priorité sera de lancer un audit des finances publiques, "nécessaire après 73 ans de gouvernance de droite et centriste".

A l'instar d'une Virginie Calmels qui l'a précédée dans cette fonction de première adjointe, Claudine Bichet n'a toutefois pas d'expérience dans la gestion d'une collectivité. Mais elle considère que son expérience dans le privé, tout comme "la diversité des profils peut être une bouffée d'oxygène" pour l'équipe municipales. Elle veut aussi mettre l'accent sur l'égalité femme-homme, qui sera dans le domaine de sa délégation.

Le conseil municipal a démarré, délocalisé dans la salle du conseil de Bordeaux Métropole pour respecter les règles de distanciation (WS/Rue89 Bordeaux)

Sur Twitter, l'ancien adjoint à l'emploi félicite Stéphane Pfeiffer, second adjoint en charge de l'emploi et de l'économie sociale et solidaire pour sa nomination.

Quel est le profil des adjoints de Pierre Hurmic ?

Avec 25 adjointes et adjoints, Pierre Hurmic est allé jusqu'au plafond légal. Sur cette liste, on compte 13 femmes et 12 hommes. En comptant l'édile bordelais, l'exécutif municipal est donc d'une parité parfaite. L'âge moyen des adjoints est de 48 ans.

C'est aussi un subtil équilibre entre les sensibilités de sa majorité qu'a composé Pierre Hurmic. La visualisation ci-dessous vous présente les adjoints selon les couleurs politiques de chacun. Vous noterez la prégnance des nouveaux et nouvelles venus, avec 9 personnes issues de la société civile. Le groupe EELV est le groupe politique le plus représenté avec 8 adjoints.

Les adjoints réunis autour de Pierre Hurmic pour la présentation des délégations (WS/Rue89 Bordeaux)

Voici donc la liste complète qui vient d'être dévoilée par le nouveau maire, Pierre Hurmic.

  1. Claudine BICHET : Première adjointe en charge des Finances, du défi climatique et de la prospective
  2. Stéphane PFEIFFER : Adjoint en charge de l’Emploi, de l’économie sociale et solidaire et des formes économiques innovantes
  3. Emmanuelle AJON : Adjointe en charge du Service public du logement et de l’habitat
  4. Bernard Louis BLANC : Adjoint en charge de l’Urbanisme résilient
  5. Camille CHOPLIN : Adjointe en charge de la Démocratie permanente, de la vie associative et de la gouvernance par l’intelligence collective
  6. Didier JEANJEAN : Adjoint en charge de la Nature en ville et des quartiers apaisés
  7. Delphine JAMET : Adjointe en charge de l’Administration générale, de l’évaluation des politiques publiques et de la stratégie de la donnée
  8. Mathieu HAZOUARD : Adjoint en charge des Sports, et des relations avec les associations et les clubs sportifs
  9. Harmonie LECERF : Adjointe en charge de l’accès aux droits et des solidarités
  10. Amine SMIHI : Adjoint en charge de la tranquillité publique, de la sécurité et de la médiation, et adjoint de quartier Bordeaux Centre
  11. Sylvie SCHMITT : Adjointe en charge de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse
  12. Dimitri BOUTLEUX : Adjoint en charge de la création et des expressions culturelles
  13. Nadia SAADI : Adjointe en charge de l’accompagnement des mutations économiques
  14. Bernard BLANC : Adjoint de quartier Chartrons, Grand Parc, Jardin Public
  15. Céline PAPIN : Adjointe en charge des coopérations territoriales, européennes et internationales
  16. Olivier CAZAUX : Adjoint de quartier Bordeaux Sud
  17. Pascale BOUSQUET-PITT : Adjointe de quartier Caudéran
  18. Olivier ESCOTS : Adjoint en charge du handicap et de la lutte contre toutes les discriminations
  19. Fannie LE BOULANGER : Adjointe en charge de la Petite enfance, et adjointe de quartier Nansouty Saint-Genès
  20. Vincent MAURIN : Adjoint de quartier Bordeaux Maritime
  21. Sylvie JUSTOME : Adjointe en charge de la sécurité sanitaire, de la santé et des séniors
  22. Dominique BOUISSON : Adjoint de quartier Saint-Augustin, Tauzin, Alphonse Dupeux
  23. Sandrine JACOTOT : Adjointe en charge des commerces, des marchés et des animations de proximité
  24. Laurent GUILLEMIN : Adjoint en charge de la sobriété dans la gestion des ressources
  25. Françoise FRÉMY : Adjointe de quartier La Bastide

Et enfin, Françoise Frémy est adjointe de quartier La Bastide.

Laurent Guillemin est adjoint en charge de la sobriété dans la gestion des ressources.

Sandrine Jacotot est adjointe en charge des commerces, des marchés et des animations de proximité.

Dominique Bouisson est adjoint de quartier Saint-Augustin, Tauzin, Alphonse Dupeux.

Sylvie Justome est adjointe en charge de la sécurité sanitaire, de la santé et des séniors.

Vincent Maurin est adjoint de quartier Bordeaux Maritime.

Fannie Le Boulanger est nommée adjointe en charge de la Petite enfance, et adjointe de quartier Nansouty Saint-Genès.

Olivier Escots est adjoint en charge du handicap et de la lutte contre toutes les discriminations.

Pascale Bousquet-Pitt est adjointe de quartier Caudéran.

Olivier Cazaux  est adjoint de quartier Bordeaux Sud.

Céline Papin est adjointe en charge des coopérations territoriales, européennes et internationales.

Bernard Blanc est adjoint de quartier Chartrons, Grand Parc, Jardin Public.

Nadia Saadi est adjointe en charge de l’accompagnement des mutations économiques.

Dimitri Boutleux est adjoint en charge de la création et des expressions culturelles.

Sylvie Schmitt est adjointe en charge de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse.

Amine Smihi est adjoint en charge de la tranquillité publique, de la sécurité et de la médiation, et adjoint de quartier Bordeaux Centre.

Harmonie Lecerf est adjointe en charge de l’accès aux droits et des solidarités.

Mathieu Hazouard est adjoint en charge des Sports, et des relations avec les associations et les clubs sportifs.

Delphine Jamet est adjointe en charge de l’Administration générale, de l’évaluation des politiques publiques et de la stratégie de la donnée.

Didier Jeanjean est adjoint en charge de la Nature en ville et des quartiers apaisés.

Camille Choplin est nommée adjointe en charge de la Démocratie permanente, de la vie associative et de la gouvernance par l’intelligence collective.

Bernard Louis Blanc est adjoint en charge de l’Urbanisme résilient.

Emmanuelle Ajon est adjointe en charge du Service public du logement et de l’habitat

Stéphane Pfeiffer est nommé deuxième adjoint en charge de l’Emploi, de l’économie sociale et solidaire et des formes économiques innovantes.

Claudine Bichet, est première adjointe en charge des Finances, du défi climatique et de la prospective.

Bonjour

Merci de rejoindre notre live pour l'attribution des délégations aux adjoints du maire de Bordeaux, fraîchement élu, Pierre Hurmic.

Nos journalistes – Simon Barthélémy, Walid Salem et Théo Uhart – vous accompagnent toute cette matinée avec des commentaires et des réactions.

La conférence de presse a démarré avec Pierre Hurmic qui revient sur sa semaine chargée.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Les informations auxquelles participent plusieurs journalistes de l'équipe.

En BREF

Coronavirus : inquiétude et dépistage aux Chartrons et au Grand Parc à Bordeaux

par Walid Salem. 34 544 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les élus évoquent des « craintes » pour Getrag Ford Transmissions à Blanquefort

par Walid Salem. 751 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des affiches anti-Ceta sur les bureaux des députés Marcheurs à Bordeaux

par Théo Uhart. 657 visites. 2 commentaires.