Retoqué au conseil municipal, l’encadrement des loyers à Bordeaux passe par une pétition
Société 

Retoqué au conseil municipal, l’encadrement des loyers à Bordeaux passe par une pétition

Pour le dernier conseil municipal avant la trêve estivale, Vincent Feltesse a présenté un vœu sur l’encadrement des loyers à Bordeaux qui a été balayé d’un revers de la main par la majorité, fidèle à la ligne d’Alain Juppé. Via un collectif, une pétition est lancée. 

Nouvelle tentative pour encadrer les loyers au conseil municipal de la ville de Bordeaux. Ce lundi 8 juillet, Vincent Feltesse a proposé un vœu pour son expérimentation.

« Depuis 2000, les prix des logements a augmenté de 60% sur Bordeaux. En 19 ans, le pouvoir d’achat a augmenté de 10%. Bordeaux est la 5e ville la plus chère de France à la location, la 2e ville à l’achat. […] On ne peut plus vivre en ville à part si on a accès à des logements sociaux ou d’importants moyens pour y vivre. »

L’ex-socialiste a également évoqué « les premiers résultats concluants » que « la loi Alur de mars 2014 avait permis lors des phases de test notamment à Paris et à Lille ». Il a rappelé que « la loi Elan, votée sous la mandature Macron, peut permettre une expérimentation sur 5 ans. Paris l’a déjà demandée. Aix et Marseille y réfléchissent ».

Ce sera encore une fois non pour la majorité à Bordeaux, fidèle à la position d’Alain Juppé en 2017. Voté par les élus écologistes, socialistes et apparentés, le vœu a été rapidement rejeté après un bref débat.

« Je ne suis pas certain qu’il faille agir sur les résidence principales », avait répondu Nicolas Florian, le maire de Bordeaux précisant vouloir « attendre la rentrée pour réfléchir ».

Une pétition après « une déception »

Pour remédier à cette « occasion ratée », un « Collectif pour l’encadrement des loyers de Bordeaux » s’est aussitôt créé et vient de lancer une pétition. Des chiffres y sont détaillés :

« Dans l’agglomération bordelaise, le loyer moyen est passé de 9.1€/m2 avant 2011 à 11.5€ en 2016-2017 (Données de l’observatoire des logements de Gironde). Puis Bordeaux a connu une hausse sans précédent de 15%, notamment lié à l’arrivée de la LGV. En moins de 10 ans, les loyers ont ainsi augmenté d’environ 40%, avec un pouvoir d’achat qui, lui, n’évolue pas. A titre d’exemple, un logement de 25 m2 initialement valorisé à 400€ par mois aura donc subi une augmentation mensuelle de 175 €. »

Dans un communiqué, la socialiste Emmanuelle Ajon rappelle que « la ville de Bordeaux répond en tous point aux critères requis (de la loi Elan) » et que la municipalité « pourrait dès septembre présenter son projet, et déposer sa candidature afin que le dispositif soit mis en place au 1er janvier 2020″.

Engagée « avec des citoyens et des militants socialistes » a-t-elle précisé, la conseillère municipale explique que ce collectif était « en gestation depuis quelques mois et le dernier refus du conseil municipal l’a fait sortir du bois ». « Un nouveau maire, une nouvelle génération, ainsi que la problématique du logement qui s’est accrue » ont laissé poindre un espoir. Finalement, « c’est une déception pour beaucoup. »

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication

En BREF

Des expulsés des squats occupent la Bourse du travail à Bordeaux

par Walid Salem. 2 463 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

ANV-Cop21 Gironde décroche trois portraits de Macron dans le Médoc

par Walid Salem. 486 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le groupe Sud Ouest veut supprimer 132 postes dont 18 journalistes

par La Rédaction. 457 visites. 2 commentaires.