Les auditeurs bordelais et les Fipettes lèvent la voix pour Radio France
Culture 

Les auditeurs bordelais et les Fipettes lèvent la voix pour Radio France

Suite au plan d’économies annoncé le 15 novembre dernier à Radio France, un mouvement de grève national a impacté les antennes locales ce lundi. Les auditeurs se sont rassemblés à Bordeaux devant la station de FIP dont la fermeture est annoncée pour le 30 juin prochain.

Après l’annonce d’un plan de départs volontaires visant 299 postes, Radio France a connu ce lundi une journée de grève qui a perturbé les antennes. Au lieu de leurs programmes habituels, France Inter et France Culture diffusent des playlists. FIP, la plus musicale du groupe, est elle encore moins bavarde que d’habitude. Les animatrices qui abreuvent l’antenne d’informations culturelles sont remplacées chaque quart d’heure par un message pré-enregistré :

« En raison d’un appel à la grève porté par les organisations syndicales… »

Plus d’informations culturelles, d’idées de sorties ou de jeux concours pour remporter leurs entrées, préfigurant ce qui va advenir à partir du 30 juin 2020 : la suppression de la locale de FIP Bordeaux-Arcachon, dans le cadre du plan d’économies de Radio France. Ses cinq salariées en CDI se voient proposer un reclassement dans le réseau France Bleu. Ses deux intermittentes resteront sur le carreau.

Ce lundi allée Serr, où France Bleu Gironde et FIP Bordeaux-Arcachon partagent des locaux, les auditeurs sont venus soutenir les « Fipettes » grévistes, qui comme à Nantes et Strasbourg, réclament le maintien de leurs postes.

« 50 ans de travail détruit »

Elles affirment « détenir le meilleur ratio coût-audience de Radio France ». Et elles dénoncent « la destruction de 50 ans de travail de terrain aux côtés des artistes et des opérateurs culturels partenaires » qui y trouvent « un formidable relais pour [leurs] actualités ».

Philippe Poutou présent à la mobilisation des salariés et auditeurs de FIP (Rue89 Bordeaux)

Parmi leurs soutiens, on comptait ce lundi un membre du chœur de l’Opéra de Bordeaux, un musicien de l’ensemble Proxima Centauri, d’autres musiciens locaux diffusés à l’antenne de FIP, les fidèles Action Jazz et Jazz&Wine, etc.

En tout, une soixantaine d’auditeurs, acteurs culturels et artistes étaient rassemblés devant les néons roses de la radio. Côté politique, le porte parole du NPA Philippe Poutou était présent. La Ville de Bordeaux et le Département de la Gironde, qui déplorent également « une grande perte pour la valorisation de [leurs] territoires » ont assuré de leur soutien à la mobilisation en cours par courrier.

Les auditeurs du collectif Sauver Fip Bordeaux Arcachon regrettent « un abandon du service public ».

« Je paie plus d’impôts mais j’ai moins de services au quotidien », commente l’un d’entre-eux. 

« L’État demande des coupes budgétaires à un grand nombre de structures publiques, il faut qu’il y ait une véritable prise de conscience » ajoute un autre.

Conquête terrestre

Ils envisagent de se mobiliser sur le terrain, dans les salles de concert, de diffuser une pétition et d’envoyer des cartes à la Présidente Sibyle Veil contre la fermeture des micros en région.

Mobilisation devant Radio France (SB/Rue89 Bordeaux)

A Paris, la directrice de FIP Bérénice Ravache justifie un besoin d’évolution de la radio avec le déploiement de la Radio Numérique Terrestre sur le DAB+ (le système intégré à tous les nouveaux récepteurs) dès l’an prochain. Elle y voit « un potentiel de conquête extraordinaire [pour FIP qui a] toutes les raisons de nourrir une ambition nationale ».

Envoyez la musique

Muriel Chedotal, déléguée syndicale CGT Radio France, affirme que « le numérique n’empêche pas un travail en région ni la diffusion de FIP Bordeaux-Arcachon sur le réseau DAB+ ».

Les équipes des trois locales de FIP ont proposé de restructurer le réseau en cinq grandes régions pour couvrir le territoire national avec les équipes actuelles ; ce projet a été refusé par la Présidence.

Elle leur a annoncé la suppression de leurs postes mais la possibilité d’évoluer sur les antennes de France Bleu et de disposer de formations pour s’y adapter. La création de quatre postes de « délégués musicaux » est également en projet dans les trois villes ainsi qu’à Lyon pour maintenir le lien avec les acteurs locaux.

« Mais quel relais radiophonique sera proposé aux artistes et lieux de diffusion des art contemporain, théâtre ou cirque ? » se demandent les Fipettes.

La question reste en suspens.

France Bleu un peu moins dans le rouge

Ce lundi, au premier étage du bâtiment, France Bleu a assuré sa matinale comme d’habitude ou presque, alors que 21 stations Bleu l’ont annulé leur matinales ce lundi. Ici, un seul poste d’agent de gestion sera supprimé selon le plan d’économie détaillé au même moment par la Présidente du groupe aux élus au Comité social et économique central à la Maison de la Radio à Paris.

Quelques salariés de France Bleu sont tout de même présents ce midi sur le trottoir de l’allée Serr pour soutenir leurs collègues de FIP. Deux élus s’échappent un peu avant la fin de la mobilisation :

« Nous passons devant le Tribunal de Grande Instance suite à l’assignation d’un secrétaire du Comité Social et Economique par la direction de Radio France ; parce que nous avons demandé une expertise sur les risques psycho-sociaux sur le réseau Bleu. »

L’audience a finalement été reportée.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Les informations auxquelles participent plusieurs journalistes de l'équipe.

En BREF

Tram vers l’aéroport : le recours de TransCub rejeté

par La Rédaction. 838 visites. 1 commentaire.

Vendredi 29 novembre, bloquez ou boycottez le Black Friday et Amazon

par La Rédaction. 601 visites. 2 commentaires.

Des féministes s’opposent à la projection du film de Roman Polanski à l’Utopia

par Antoine Cariou. 1 510 visites. Aucun commentaire pour l'instant.