Observatoire de l’agribashing en Gironde : « Il faut arrêter de raconter des salades »
Société 

Observatoire de l’agribashing en Gironde : « Il faut arrêter de raconter des salades »

La préfecture de la Gironde vient de créer un observatoire de l’ « agribashing » censé lutter contre les « actes d’intimidation et de violence » envers les agriculteurs. Initiative « inutile » pour certaines associations potentiellement concernées, volonté de « museler » les critiques envers une politique dictée par la FNSEA, pour d’autres. L’Etat met aussi en cause les collectivités d’agiter le chiffon rouge, au moment où les arrêtés anti-pesticides de Bègles et Parempuyre vont être attaqués en justice.

« On ne prend pas les choses dans le bon sens » s’emporte Dominique Techer, porte parole de la Confédération paysanne Gironde.

« Au lieu de faire des choses significatives et engageantes, on prend des décisions qui ne sont pas de nature à apaiser les relations et rassurer la population. »

C’est pour cette raison que son syndicat, invité à la réunion à la Préfecture ce jeudi 19 décembre, n’approuve pas la création de l’Observatoire de l’agribashing.

Cet observatoire, lancé officiellement ce vendredi par la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio, réunit les services de l’État, la chambre d’agriculture, les syndicats agricoles et professionnels, « avec l’objectif de disposer d’un état des lieux exhaustif des problématiques de sécurité rencontrées par les agriculteurs et d’élaborer des solutions communes efficaces et concertées ». 

En ligne de mire, « la stigmatisation en Gironde des activités agricoles d’élevage et de vente de produits issus de ce secteur communément appelée “agribashing” ».

« Nuire à l’image du monde agricole »

Ce phénomène est relevé par la collectivité suite « à une multiplication des actes d’incivilité, d’intimidation, voire de violence envers les professionnels en lien avec l’agriculture notamment sous l’action de groupuscules parfois radicaux et violents ».

Afin d’illustrer la volonté de ceux qui veulent « nuire à l’image du monde agricole », la Préfecture prend pour exemple « la réalisation et diffusion en novembre dernier de vidéos tournées sans autorisation au sein d’un élevage porcins de Saint-Symphorien par une association de défense de la cause animale  afin de dénoncer la castration (conforme au cadre réglementaire) des porcelets ou encore les actions des associations animalistes qui ont visé l’abattoir de Bazas quelques mois auparavant ».

« Ça ne servira à rien, rétorque William Burkhar, président de Red Pill, nouveau nom de l’association DxE. Nous avons été quatre fois au tribunal et quatre fois on a gagné. On n’avait même pas cité le nom de l’éleveur de Saint-Symphorien, on a cité la ville et la marque pour qui travaille l’éleveur. Le gouvernement veut faire plaisir à la FNSEA mais les lois sont toujours là. »

Même retour chez l’association L214. Sa co-référente locale, Sarah Rivaux, dénonce :

« Ils cherchent à nous museler parce qu’on veut montrer ce qu’ils veulent nous cacher. »

Criminalisation

La Préfecture de la Gironde s’appuie sur « le cadre règlementaire » des usages dans les élevages, mais également sur les produits autorisés en agriculture et en viticulture pour également souligner le « Bordeaux bashing » en référence à l’image détériorée du vin bordelais après les différentes affaires soulevées sur l’utilisation des pesticides.

« La dénonciation […] par un certain nombre de collectivités ou d’associations est considérée par beaucoup comme le point de départ des difficultés rencontrées par les agriculteurs qui cohabitent avec des zones résidentielles » déclare la Préfecture dans un communiqué.

Vers un procès contre Bègles et Parempuyre

Les deux communes de la métropole bordelaise avaient pris des arrêtés anti-pesticides : à Parempuyre pour instaurer une zone de non-traitement de 100 mètres autour des habitations et des lieux accueillant du public, à Bègles afin d’interdire totalement l’utilisation de produits phyto-sanitaires sur le territoire communal.

Sommés par un recours gracieux de la préfecture de Gironde de retirer ces arrêtés, Béatrice de François et Clément Rossignol-Puech, les maires de ces deux villes, ont refusé de s’exécuter. Ils invoquent la « légitimité » de leur action, du fait des « carences » de l’Etat à protéger leurs concitoyens.

La préfecture va prochainement attaquer leurs décisions devant le tribunal administratif, à l’instar des procédures engagées ailleurs en France contre d’autres élus locaux, dont le maire de Langouët.

Valérie Murat, porte-parole de l’association Alerte aux toxiques, prend l’annonce comme « un compliment » et « rigole bien dans [sa] barbe » :

« Nous sommes complètement visés. Ça veut dire que ce que nous faisons vient appuyer là où il faut appuyer. Malheureusement, ça criminalise toutes formes de contestation, tous les lanceurs d’alerte. C’est tout à fait dans l’air du temps. Quand il y a une contestation, il y a une criminalisation. Qu’est ce que ça veut dire agribashing ? La FNSEA a inventé ce terme, c’est un mot valise. On met tout et rien. On dresse les gens contre les autres pour faire croire que la société civile déteste les agriculteurs. »

Prévenir les vols

« Toutes les filières agricoles sont dans une situation catastrophique » reconnaît Dominique Techer. Mais le secrétaire syndical, lui-même viticulteur, prévient surtout de l’imminence d’un « accident industriel à Bordeaux » :

« La filière agricole est dans une situation catastrophique. Les gens sont terrorisés parce qu’ils ne savent pas quoi faire pour survivre. La fin de la récré c’est la sortie des bilans en début d’année. Les banquiers vont suspendre les crédits à court terme. Et donc l’idée est de dire, ce n’est la politique de la FNSEA qui est responsable, c’est l’agribashing. Ils faut arrêter de raconter des salades ! »

L’observatoire entend également lutter contre les atteintes aux biens dans les exploitations agricoles. Le communiqué précise que sur les 10 premiers mois de 2019, 279 faits ont été recensées par le groupement de gendarmerie de la Gironde, « ce qui représente 1,41 % de la délinquance d’appropriation. 137 de ces faits sont des vols commis sur les exploitations (vols de petits matériels, de métaux, de carburants, de produits phytosanitaires voire de récoltes) ».

La cellule nationale de renseignement et de rapprochement judiciaires (DEMETER), créée au mois d’octobre par la gendarmerie nationale, sera sollicitée dans ce cadre.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

Soutien à George Floyd : des colleuses féministes arrêtées par la police à Bordeaux

par Audrey Gleonec. 2 229 visites. 1 commentaire.

Bordeaux livre ses premières aides au monde de la culture

par Walid Salem. 436 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Musées et monuments rouvrent progressivement à Bordeaux et sa région

par Simon Barthélémy. 1 637 visites. Aucun commentaire pour l'instant.