Dépôt pétrolier de Bassens : des manifestants sous haute surveillance
Brèves  Société 

Dépôt pétrolier de Bassens : des manifestants sous haute surveillance

En marge du mouvement de grève dans les raffineries, une centaine de Gilets jaunes et de syndicalistes organisait une nouvelle opération « barrage filtrant » dans la zone industrielle de Bassens ce mardi matin. L’opération s’est déroulée sous contrôle policier comme l’avait annoncé plus tôt le premier ministre.

Dès 4h30, des girophares clignotent dans la nuit. Ce mardi matin, alors que sept des huit raffineries françaises sont en grève, un important dispositif de forces de l’ordre avait l’œil sur les ronds-points menant au dépôt de carburant d’Ambès.

Cela n’a pas empêché une centaine de militants, Gilets jaunes (dont certains venus de Marmande), ou syndicalistes de FO transports et SUD rail, de réitérer dès 5h50, leur désormais habituelle action de blocage du fret à quelques kilomètres, sur la zone industrielle de Bassens.

Pour cette neuvième action depuis le début de la protestation, les manifestants ont confirmé la méthode élaborée au cours des dernières semaines. En occupant les axes routiers stratégiques qui mènent, entre autre, au dépôt pétrolier d’Ambès, ils ont provoqué ce matin l’arrêt de dizaines de camions et d’importants embouteillages. Mais sous la surveillance de gros renforts policiers cette fois.

Sur le rond-point, les échanges portaient sur le gouvernement bien plus que sur la reprise des négociations sur la réforme (EB/Rue89 Bordeaux)

Photos et plaques d’immatriculation

Immédiatement sur place, plusieurs véhicules de la police nationale ont surveillé le barrage filtrant toute la matinée. Une surveillance qui fait écho aux propos du premier ministre, Édouard Philippe, invité de RTL dans la matinée.

« J’ai demandé aux préfets de mobiliser les forces de l’ordre pour faire en sorte qu’il n’y ai pas de blocage de dépôts » considérant que « le droit de blocage est parfaitement illégal ».

Plusieurs fourgons de la police nationale sont venus en renfort des forces de l’ordre déjà sur place en fin de matinée. (EB/Rue89 Bordeaux)

Et s’il n’y a pas eu d’interpellation ce matin, des agents en tenues, lanceur de balles de défense au poing, ont alors déambulé au milieu des feux de palettes. Comme ce fut le cas lors des deux précédents blocages à La Brède et Bassens, les policiers ont photographié les manifestants et les plaques d’immatriculation des véhicules stationnés sur les bas côtés.

Par cette action de « blocage indirect », les manifestants tentent donc de prendre des risques mesurés. La Fédération CGT de la Chimie ayant appelé à un blocage de l’ensemble des installations pétrolières, raffineries, terminaux pétroliers et dépôts, du 7 au 10 janvier, la situation risque de se répéter.

L'AUTEUR
Eloïse Bajou
Journaliste formée à l’École de journalisme de l'IUT de Tours (EPJT), passée par l'AFP et RFI, photojournaliste au sein du collectif Macadam Press et ex-professionelle de santé dans le social.

En BREF

Revue Far Ouest en quête de 1000 souscriptions pour « continuer à exister »

par La Rédaction. 255 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Mort de Daniel Cordier, Bordelais, grand résistant et secrétaire de Jean Moulin

par Simon Barthélémy. 350 visites. 3 commentaires.

Vers la mise en examen de quatre ados pour apologie du terrorisme après les tags au Bouscat

par Simon Barthélémy. 1 264 visites. 1 commentaire.