Inquiets par la taxation américaine sur les vins, les élus locaux demandent une audience à Trump
Brèves  Economie 

Inquiets par la taxation américaine sur les vins, les élus locaux demandent une audience à Trump

OMG! Le député de Gironde Benoît Simian (ex République en marche, désormais encarté au Mouvement Radical) vient d’adresser une lettre à Donald Trump pour lui demander audience « afin de [lui] présenter les conséquences de [sa] politique douanière contre les vins français ».

L’ancien maire de Ludon se dit « très attachés aux liens d’amitié entre [les] deux pays » et rappelle que « le Médoc est une terre qui témoigne de l’amitié franco-américaine » et que « Lafayette est parti du Médoc pour l’Amérique ».

Grand cru

Le maire de Bordeaux a lui aussi demandé ce jeudi à l’ambassadrice des Etats-Unis en France, Jamie D. MacCourt, un rendez-vous avec le président américain. Nicolas Florian entend ainsi « défendre la cause de la filière viti-vinicole, fondamentale pour notre région et notre pays », et dont la situation « est devenue extrêmement fragile en raison de certaines mesures coercitives de taxation prises par le Président des Etats-Unis, au mois d’octobre 2019. »

Après avoir offert une bouteille de grand cru au président Trump venu dans la région en août 2019 pour le G7, le maire de Bordeaux proposera l’adoption de cette motion spéciale lors du prochain conseil municipal de Bordeaux :

« L’Etat ne doit pas abandonner les vins et spiritueux, second poste excédentaire de sa balance commerciale. Il doit entendre le besoin de compensation de la filière sans lequel elle ne pourra pas survivre à une taxation inique et pour des conflits commerciaux qui ne la concernent pas. Une situation d’autant plus grave que Donald Trump menace de passer cette taxe à 100% pour tous les vins et spiritueux. »

Nicolas Florian a proposé de créer un groupe avec les maires de communes viticoles pour répondre à ces menaces.

Perte de 300 millions d’euros par an

Inquiet par ces mesures de rétorsion américaines sur certains produits français comme les vins du Bordelais, Benoît Simian déclare à Rue89 Bordeaux :

« Si la situation reste dans l’état, la viticulture française pourrait perdre 300 millions d’euros par an. […] Surtout qu’aujourd’hui, on brandit la menace d’une taxation de 100%. »

Qui ne demande rien n’a rien. Et Benoît Simian assure qu’ « il préfère le dialogue aux déclarations » :

« En tant que député sur la patrie de Montesquieu et parlementaire animé par l’amitié franco-américaine, j’espère naturellement que mon courrier va interpeller le président américain. »

Contacté par Rue89 Bordeaux (si si !), Donald Trump n’a toujours pas répondu à nos sollicitations.

Abonnez-vous avant le 31 janvier 2020 pour permettre à Rue89 Bordeaux de continuer, cliquez >>> ici <<<

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 285 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le conseil d’État n’interdit pas certaines chasses traditionnelles

par Céline Belliard. 3 585 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Khuzama, Syrienne d’Alep, en cuisine au Garage Moderne

par Walid Salem. 776 visites. Aucun commentaire pour l'instant.