Opération « collège mort » dans 24 établissements de Gironde
Brèves  Société 

Opération « collège mort » dans 24 établissements de Gironde

Mobilisés contre la réforme des retraites et de l’éducation nationale (baccalauréat, Parcoursup…), les enseignants manifesteront jeudi et vendredi devant 24 collèges, et tenteront de fermer symboliquement l’accès à certains d’entre eux.

Les parents d’élèves ont été incités à ne pas envoyer leurs enfants au collège pour s’associer à l’action. Celle-ci concernera notamment 8 collèges de la métropole bordelaise (dont le Grand Parc et Aliénor d’Aquitaine à Bordeaux), et cinq des six établissements de Haute Gironde, dont ceux de Blaye et Bourg-sur-Gironde, qui sont avec Sainte-Foy-la-Grande à l’origine de cette opération « collège mort ».

La fermeture sera en effet totale pour quelques collèges, dont Aliénor d’Aquitaine où le mouvement est suivi par la quasi totalité de son personnel enseignant et administratif. Professeurs et parents dénoncent l’annulation par le Rectorat de la création d’un établissement temporaire censé accueillir la surcharge d’élèves dans les classes.

Un sureffectif de 100 personnes

« Prévu pour un maximum de 800 élèves il en accueille plus de 830 cette année, et près de 900 sont annoncés pour la rentrée prochaine, indique Karim Ghanmi enseignant d’histoire-géographie et élu des personnels enseignants au conseil d’administration. Un nouveau collège est prévu sur le secteur en 2022, et en attendant un structure temporaire devait accueillir les élèves à partir de la rentrée 2020. »

Des préfabriqués auraient dû être construits sur un terrain distant de plusieurs kilomètres du collège actuel. Ils auraient hébergé trois classes de 6e et une de 5e, avec des enfants de familles volontaires. Mais pour des raisons d’économie budgétaire, l’académie, que Rue89 Bordeaux n’a pu joindre, aurait mis ce projet en stand bye.

L’an dernier, parents d’élèves et enseignants s’étaient déjà mobilisés contre la saturation de ce collège, inauguré en 2017, et qui pâtit du boom démographique dans le sud de l’agglomération bordelaise.

« On reçoit de nouveaux élèves mais pas de moyens humains en plus, notamment d’effectifs de surveillance , souffle Karim Ghanmi. C’est l’investissement des personnels qui pallie au manque de moyens de l’Etat. »

Un ras-le-bol qu’enseignants et parents d’élèves comptent donc exprimer ce jeudi, mais aussi vendredi lors de la nouvelle journée de mobilisation nationale de grève et de manifestation contre la réforme des retraites.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

« Le poison de votre mandat » : les candidats girondins interpellés sur les pesticides

par Walid Salem. 472 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La justice ne stoppe pas la déviation du Taillan

par Simon Barthélémy. 1 845 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole valide un ambitieux plan pour le logement étudiant

par Simon Barthélémy. 1 432 visites. Aucun commentaire pour l'instant.