A Bordeaux, un Guinéen vient s’inscrire à Pôle emploi et est arrêté à la sortie
Société 

A Bordeaux, un Guinéen vient s’inscrire à Pôle emploi et est arrêté à la sortie

Le jeune homme de 21 ans, suspecté d’être en possession de faux papiers, a été interpellé à la sortie de l’agence Pôle emploi de la Bastide et placé au centre de rétention administrative de Bordeaux, où lui a été notifiée une obligation de quitter le territoire français. Ne souhaitant pas que les agents soient assimilés à des auxiliaires de police, les syndicats de Pôle emploi ont saisi la direction et demandé des éclaircissements.

Il vient s’inscrire chez Pôle emploi et se retrouve directement en prison. C’est peu ou prou ce qui est arrivé à un jeune guinéen de 21 ans, le 14 janvier dernier.

Après avoir travaillé pendant quelques mois, le jeune homme fait sa pré-inscription sur le site de Pôle emploi en début d’année. Selon la procédure habituelle, il reçoit alors une convocation à un entretien. Mais la situation se gâte lorsqu’il se présente à l’accueil de l’agence Pôle emploi de la Bastide. Ses papiers jugés non-conformes, il lui est impossible de s’inscrire.

Il quitte alors l’agence mais est interpellé quelques mètres plus loin par les forces de l’ordre avant d’être transféré au centre de rétention administrative de Bordeaux. Après s’être vu notifié l’obligation de quitter le territoire français, le jeune homme est rapidement relâché. Il aurait depuis fui la région pour se rendre en Espagne.

À la recherche du délateur

Alerté par des associations de défense des réfugiés, les branches emploi et enquêtes et sondages du syndicat Sud exigent d’obtenir une explication, refusant d’être assimilés à des auxiliaires de police et d’appliquer ces méthodes.

« Nous nous ne savons pas si la police a été alertée de manière informatique par le service de prévention des fraudes ou si cela vient de l’agence. Nous avons donc envoyé un courrier à la direction pour savoir ce qu’il s’était passé », explique Samia Bentounes du syndicat Sud emploi.

Faute de réponse, ils ont appelé à un rassemblement soutenu par la CNT, la Ligue des droits de l’Homme et l’union locale CGT de Bordeaux nord, devant l’agence Pôle emploi de la Bastide ce mercredi matin, où une délégation a été reçue.

Rassemblement mercredi devant l’agence Pôle emploi de la Bastide (DR)

Pôle emploi en lien avec la police

« Le directeur de l’agence ne nous a donné aucune réponse et prétend n’être au courant de rien. Mais on sait que c’était la deuxième fois en deux mois que ce demandeur d’emploi essayait de s’inscrire », poursuit la représentante syndicale.

Les salariés craignent donc que l’agence ait participé à l’organisation d’une « embuscade ».

Du côté de la communication de Pôle emploi jointe par Rue89 Bordeaux, on ne souhaite pas commenter ce dossier en particulier mais on explique la procédure. Pour toute inscription, l’identité du demandeur d’emploi est vérifiée, ici en l’occurrence le titre de séjour.

« En cas de doute l’agent qui procède à l’inscription peut saisir le service de prévention de fraudes qui, à son tour, peut saisir la police de l’air et des frontières pour diligenter une enquête. »

Une possibilité, pas une obligation précise-t-on, sans plus de détails. Insuffisant pour les syndicats qui envisagent de porter leurs demandes de clarification devant la direction régionale de Pôle Emploi dans les jours à venir.

L'AUTEUR
Eloïse Bajou
Journaliste formée à l’École de journalisme de l'IUT de Tours (EPJT), passée par l'AFP et RFI, photojournaliste au sein du collectif Macadam Press et ex-professionelle de santé dans le social.

En BREF

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 285 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le conseil d’État n’interdit pas certaines chasses traditionnelles

par Céline Belliard. 3 585 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Khuzama, Syrienne d’Alep, en cuisine au Garage Moderne

par Walid Salem. 777 visites. Aucun commentaire pour l'instant.