État d’urgence sanitaire : des associations somment les pouvoirs publics d’agir plus pour les sans-abris
Brèves 

État d’urgence sanitaire : des associations somment les pouvoirs publics d’agir plus pour les sans-abris

Alors que le premier ministre vient d’annoncer la prolongation du confinement jusqu’au 15 avril, plusieurs associations engagées auprès des personnes les plus vulnérables, migrantes ou sans-abris, demandent d’intensifier « de toute urgence » l’intervention de l’action publique pour l’alimentation, la mise à l’abri et l’accès à l’eau.

L’état d’urgence sanitaire

L’état d’urgence sanitaire a été décrété ce 23 mars alors que la France compte désormais plus de 7000 personnes hospitalisées en raison du coronavirus et plus de 1100 décès. Le gouvernement a ainsi décidé de poursuivre le confinement et de restreindre les sorties à une heure par jour dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile. L’urgence sanitaire est censé prendre fin dans deux mois.

Dans un courrier adressé ce vendredi à la Préfète de la Nouvelle-Aquitaine, au président de Bordeaux Métropole, au Président du Conseil Départemental, au Président de la Région, et aux maires des 28 communes de la Métropole, plusieurs associations et bénévoles (liste ci-dessous) ont demandé l’intensification de l’intervention de l’action publique à l’attention des personnes vulnérables, migrantes ou sans-abris, vivant dans des squats, au regard de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire.

Trois priorités

Les associations soulignent en priorité trois domaines d’intervention, à commencer par la distribution dans les squats et les campements des colis alimentaires et des produits d’hygiène. En effet, la raréfaction des lieux habituels d’aide alimentaire, la fermeture des établissements scolaires où était assuré pour les enfants à midi « le seul repas équilibré de la journée », font craindre une sous-alimentation.

Par ailleurs, les associations s’inquiètent de voir disparaître un suivi médical dans certains cas et demandent que tout soit « mis en œuvre afin que toute personne souffrant d’une pathologie grave, d’une affection longue durée déclarée ainsi que les femmes enceintes, soient immédiatement mises à l’abri ». Elles demandent également « de généraliser l’accès à l’eau sur tous les bidonvilles » en installant plusieurs points pour éviter les regroupements.

Les signataires de cette lettre sont de Médecins du Monde, La Cimade, la Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, le Secours Catholique, le Réseau éducation sans frontière, Association Accueil Réfugiés en Val de l’Eyre, l’Association Soutien aux Travailleurs Immigrés, le collectif Bienvenue, le collectif Egalité des droits, le Foyer Fraternel et la Maison de Marie.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

La France condamnée pour protection insuffisante des dauphins du Golfe de Gascogne

par La Rédaction. 525 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Menacé de mort en Guinée, réfugié à Bordeaux, le journaliste Marcel Tolno craint d’être expulsé

par Marie Piquet. 837 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Décrocheurs » : un militant écologiste de nouveau poursuivi en justice à Bordeaux

par Marie Piquet. 2 806 visites. Aucun commentaire pour l'instant.