Des associations anti-pesticides dénoncent la consultation « bidon » sur la Charte de voisinage
Ecologie 

Des associations anti-pesticides dénoncent la consultation « bidon » sur la Charte de voisinage

Alerte Pesticides Haute Gironde et Générations Futures Bordeaux demandent à la préfecture de ne pas valider la « Charte du bien vivre ensemble » soumise à concertation jusqu’au 30 avril par la Chambre d’Agriculture de la Gironde. Ces deux ONG lancent une « contre-consultation ».

La charte de bon voisinage, que la Chambre d’agriculture de Gironde a soumis le 30 mars à la consultation, doit régir les relations de voisinage entre les agriculteurs et les riverains, en fixer des règles d’épandage des pesticides.

Or, alors que l’arrêté du 27 décembre 2019 prévoit une zone de non traitement autour des habitations allant, pour la viticulture, de 10 à 20 mètres (pour les produits les plus dangereux), cette charte permettrait de réduire cette distance à 3m pour traiter la vigne.

Seules conditions : la présence de dispositifs végétalisés, de murs ou de filets antidérive, le traitement avec les diffuseurs fermés du côté des riverains, et l’utilisation de buses antidérive. Deux ONG, Alerte Pesticides Haute Gironde et Générations Futures Bordeaux, s’en indignent ce mercredi :

« Nulle part le citoyen ne peut donner son avis sur le fait, qu’une fois la charte validée par la préfecture, les viticulteurs qui l’auront signée, chacun dans leur coin, pourront déroger aux distances déjà ridicules de l’arrêté national du 27 décembre 2019. Ainsi ils pulvériseront à trois mètres des limites de la propriété voisine, sans que le riverain ne puisse savoir si même les ridicules conditions de la charte sont ou non respectées. »

Contre-consultation

Les deux associations rappellent qu’elles ont participé à la concertation sur la charte en janvier et mars. Mais elles « sont en désaccord avec le texte final et dénoncent les termes de la consultation publique qui en découle », qu’elles qualifient de « bidon ».

« Seuls sont mis en avant les quelques points positifs comme l’avertissement préalable par SMS (…). La consultation n’interroge pas non plus sur les propositions comme l’abandon des CMR (cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques, les produits les plus dangereux, NDLR), – on parle du bout des lèvres d’évitement -, l’information sur les produits épandus, la mise en place de manche à air qui ont été faites par les associations mais non retenues. En revanche elle sollicite l’avis du consulté sur le rôle des associations, ce qui est un comble ! »

Les ONG antipesticides lancent donc une « contre-consultation » « qui se veut pédagogique et pointe les réels enjeux démocratiques, environnementaux et de santé publique ».

Cette charte a jusqu’à présent été signée par la Chambre d’agriculture, neuf organisations professionnelles, notamment de la viticulture girondine, ainsi que par la CFDT et l’Association des maires de Gironde. La Confédération paysanne, les syndicats du bio et les associations environnementales ont en revanche refusé d’approuver un texte « ne reprenant pas leurs revendications notamment de réduction de l’usage des pesticides de synthèse, voire de leur interdiction auprès des écoles et établissements sensibles ». Alerte Pesticides et Générations futures demandent à la préfète, Fabienne Buccio de ne pas valider cette charte.

Rien avant la rentrée

Contactée par Rue89 Bordeaux, la préfecture souligne que la démarche n’est qu’à son début – elle a démarré le 30 mars, et ne devrait pas aboutir avant le mois de septembre :

« Dans les 2 mois suivants la clôture de la concertation (le 30 avril, NDLR), la charte doit être transmise à la préfète qui disposera de 2 mois pour se prononcer sur le caractère conforme et adapté des engagements que la charte prévoit », notamment la conformité des mesures de protection avec l’arrêté du 27/12/19 et « le caractère fonctionnel, y compris dans la durée, des modalités de dialogue et de conciliation entre les utilisateurs et les habitants ».

La Charte prévoit notamment « une cellule de dialogue et de médiation, animée par l’Etat et l’Agence régionale de la santé, à laquelle seront associées les parties prenantes » afin de résoudre les conflits non résolus par la médiation locale.

Ceux-ci ne devraient pas cesser pendant le confinement et l’épidémie. Alerte Pesticides Haute Gironde et Générations Futures Bordeaux demandent par exemple à la préfecture « de revenir sur sa décision de permettre les épandages de tous les produits de synthèses quelle que soit leur dangerosité pour la santé, notamment ceux qui sont reconnus comme nocifs ou irritants pour les voies respiratoires ».

Une option écartée par Fabienne Buccio, malgré les alertes de plusieurs médecins et scientifiques : en attentant au système immunitaire, la pollution de l’air, notamment par les perturbateurs endocriniens contenus dans les pesticides de synthèse, accroit la vulnérabilité aux virus.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Revue Far Ouest en quête de 1000 souscriptions pour « continuer à exister »

par La Rédaction. Aucun commentaire pour l'instant.

Mort de Daniel Cordier, Bordelais, grand résistant et secrétaire de Jean Moulin

par Simon Barthélémy. 258 visites. 3 commentaires.

Vers la mise en examen de quatre ados pour apologie du terrorisme après les tags au Bouscat

par Simon Barthélémy. 1 148 visites. 1 commentaire.