Les quais de Bordeaux en mode dynamique jusqu’à (au moins) début juin
Brèves 

Les quais de Bordeaux en mode dynamique jusqu’à (au moins) début juin

Le maire de Bordeaux Nicolas Florian, inquiet de la forte concentration de population des derniers jours sur les quais, a annoncé ce mardi que leur usage sera « dynamique » à l’image des plages du littoral girondin, en attendant la deuxième phase de déconfinement début juin.

« C’est un sujet d’alerte » a déclaré Nicolas Florian lors d’une conférence de presse. Si l’élu s’est félicité du bon déroulement de la première semaine de déconfinement, notamment dans l’espace public où le masque est obligatoire – comme la rue Sainte-Catherine ou la rue Porte Dijeaux – l’importante fréquentation des quais pour ce premier week-end de déconfinement l’a conduit à revoir son utilisation.

En accord avec la préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, l’arrêté du 7 mai encadrant la réouverture des quais va être modifié pour une utilisation « dynamique », comme le sont les plages girondines. 

Le déjeuner sur l’herbe interdit

« Il ne sera plus possible de pique-niquer ni de boire un coup. Pendant ce déconfinement progressif, on respecte ces prescriptions » a expliqué Nicolas Florian.

Ce week-end du 16 mai, marqué par le grand retour du temps printanier, les Bordelais ont été nombreux à se retrouver entre amis sur cet espace avec vue imprenable sur la Garonne. Ce sera désormais interdit. Il faudra attendre la seconde phase de déconfinement, prévue début juin, pour espérer pouvoir à nouveau s’y installer.

Course à pied et promenade seront alors à l’ordre du jour, tandis que les cyclistes sont invités à n’utiliser que la piste cyclable, pour respecter le marquage au sol positionné pour l’ouverture des quais le 11 mai.

Jusqu’à nouvel ordre, « Il ne sera plus possible de pique-niquer ni de boire un coup » (cc Loïc Graniczny / Pixabay)

Les parcs et jardins, également fréquentés ce week-end, n’ont pas soulevé d’inquiétude pour l’édile bordelais qui a conclu que « tout se passe bien ».

Nicolas Florian a ajouté qu’il mettait sur pied un conseil scientifique qui réunira des professionnels du secteur comme le Professeur Denis Malvy, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Pellegrin ; le professeur Philippe Morlat, chef du service de médecine interne et maladies infectieuses à Saint-André ; ou encore des sociologues, anthropologues et représentants de l’ordre des pharmaciens, pour s’appuyer « sur leur expertise pour nos politiques publiques » notamment sur ces questions de l’utilisation de l’espace public.

L'AUTEUR
Claire Mayer
Claire Mayer
Journaliste pigiste web et presse écrite, passionnée d'actualité

En BREF

Coronavirus : inquiétude et dépistage aux Chartrons et au Grand Parc à Bordeaux

par Walid Salem. 34 618 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les élus évoquent des « craintes » pour Getrag Ford Transmissions à Blanquefort

par Walid Salem. 812 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des affiches anti-Ceta sur les bureaux des députés Marcheurs à Bordeaux

par Théo Uhart. 696 visites. 2 commentaires.