Enquêtes et actualités gavé locales

Don du sang : les stocks sont dans le rouge

L’Etablissement français du sang (EFS) s’inquiète et appelle aux dons. Avec les week-ends prolongés et la sortie du confinement, les réserves sont insuffisantes en Gironde et dans la région. L’EFS Nouvelle-Aquitaine rappelle la nécessité d’une mobilisation régulière des donneurs.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le don du sang se fera sous un chapiteau, avec accès au buffet réalisé par le lycée hôtelier de Blanquefort à la clé.

Dans un communiqué publié lundi 31 mai, l’EFS Nouvelle-Aquitaine alerte sur une situation critique. Suite au déconfinement, aux week-ends prolongés du mois de mai et au télétravail, les donneurs se font moins nombreux. En Nouvelle-Aquitaine, il reste aujourd’hui moins de 8 000 poches en réserve. Il en faudrait 10 000. Des manques sont notamment constatés pour les groupes O et B.

Dans la région, les créneaux disponibles sont répertoriés sur le site de l’EFS. A noter qu’il est tout à fait possible de donner son sang après un vaccin contre le Covid-19, et ce, sans délai. Seul changement : une personne qui a été testée positive au Covid-19 doit attendre 14 jours après la disparition des symptômes pour pouvoir donner son sang.

D’après l’EFS, 1 000 dons quotidiens sont nécessaires pour répondre aux besoins des malades en Nouvelle-Aquitaine. En France, 10 000 dons sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients.

Le Département signe une convention avec l’EFS

Vendredi 4 juin, le Département signera une convention avec l’EFS Nouvelle-Aquitaine. L’objectif : acter un engagement commun dans la sensibilisation, le recrutement de nouveaux donneurs et l’organisation des collectes. Par la signature de cette convention, la collectivité se verra attribuer le label « Département de la Gironde, partenaire du don du sang ».

A l’occasion de la journée mondiale du don du sang, le 14 juin prochain, une banderole est déroulée sur la façade du Département.


#Confinement

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Santé mentale : « 41% des étudiants souffrent de symptômes dépressifs »

Photo : WS/Rue89 Bordeaux

A Uzeste, la boulangerie où les habitants mettent la main à la pâte
Plus d'options