Une soixantaine d’élus, dont le maire de Bordeaux, veulent un moratoire sur la 5G
Brèves  Société 

Une soixantaine d’élus, dont le maire de Bordeaux, veulent un moratoire sur la 5G

actualisé le 14/09/2020 à 19h54 : Avec annonce par Alain Anziani d'un moratoire des expérimentations de 5G à Bordeaux

Dans une tribune publiée ce dimanche par le JDD, une soixantaine d’élus de gauche et écologistes exhortent le gouvernement à reporter le déploiement de la 5G, dont les fréquences doivent être vendues à la fin du mois aux enchères, et qui doit être expérimentée à Bordeaux.

Les signataires, parmi lesquels figurent Pierre Hurmic et les maires de 11 grandes villes de France, mais aussi des parlementaires, dont Loïc Prud’homme, député de la Gironde, réclament des études d’impact environnemental et sanitaire (effet des ondes, notamment), inexistantes à date. Ils veulent en outre un « débat démocratique décentralisé » sur cette technologie.

La tribune évoque notamment l’impact environnemental de ce réseau, alors que la 5G, « conçue pour permettre des débits dix fois supérieurs à la 4G sur les smartphones, (…) aboutira à un “effet rebond” par la hausse de la consommation de données et d’usage des télécommunications, synonyme d’une très forte consommation d’énergie par la sollicitation des antennes et des serveurs ».

« A l’heure actuelle, un très faible nombre de téléphones mobiles en circulation et en vente sont compatibles avec la 5G. Le déploiement de ce réseau mobile va donc impliquer un renouvellement d’une large part du matériel, augmentant encore l’empreinte écologique et le poids des déchets, et cela pour tenter de bénéficier d’une nouveauté technologique dont l’utilité reste à démontrer. »

Antenne 5G en Allemagne (Wikimedia Commons)

La 5G sur les quais

Rappelant que le moratoire sur la 5G était une des propositions de la convention citoyenne pour le climat, que le président de la République s’était engagé à étudier, les élus demandent à Emmanuel Macron et au gouvernement de respecter cet engagement. Ils veulent en outre « pour les communes le droit à la subsidiarité concernant l’application du principe de précaution ».

Lors de la précédente mandature, Bordeaux Métropole s’était portée candidate à l’expérimentation de la 5G, avec Bouygues Télécom. Après avoir reçu le feu vert de l’Arcep, trois réseaux devaient se déployer à compter de ce mois de septembre, notamment sur les quais, via des antennes placées sur les lampadaires. « L’idée était d’engager l’expérimentation pour voir le degré de nocivité et la performance que ce réseau pouvait apporter », justifiait en juin la métropole à Rue89 Bordeaux. 

Conformément à leur programme, les nouvelles équipes à la métropole et à la mairie devraient faire machine arrière. Interrogé ce lundi par Rue89 Bordeaux, Alain Anziani confirme sa volonté d’un moratoire sur ces expérimentations. Il fera des annonces en ce sens ce mardi.

Ce lundi, le ministre de l’économie a balayé les arguments des 70 élus :

« C’est indispensable que nous déployions la 5G. On ne va pas faire ce cadeau à nos adversaires ou à nos rivaux économiques de prendre du retard sur le déploiement de la 5G, a déclaré Bruno Le Maire sur France 2. Ce serait une erreur dramatique pour le pays. Ça nous priverait d’avancées en matière médicale, de gestion des flux d’énergie, de gestion des transports ».

Pour le ministre, « ce serait un retour en arrière pour la France et moi je préfère la France en avant, conquérante, qui réussit économiquement, que la France fossilisée qui ne bouge pas (…), cette France qui vous dit qu’il ne faut plus de sapin de Noël parce que ça fait un sapin mort dans la mairie ».

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Condamnés en appel, les décrocheurs de Macron ne raccrochent pas

par Simon Barthélémy. 551 visites. 1 commentaire.

L’affaire du sapin portée au conseil municipal de Bordeaux sous conditions

par Walid Salem. 1 170 visites. 1 commentaire.

Une soixantaine d’élus, dont le maire de Bordeaux, veulent un moratoire sur la 5G

par Simon Barthélémy. 1 059 visites. 1 commentaire.