Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Jérôme Masco : « Le métier de musicien est déjà difficile, il va devenir un combat »
Boîte à idées  Forum des acteurs culturels de Bordeaux 

Jérôme Masco : « Le métier de musicien est déjà difficile, il va devenir un combat »

par Jérôme Masco, musicien.
Publié le 9 octobre 2020.
Imprimé le 26 octobre 2021 à 11:59
1 493 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le musicien Jérôme Masco livre son témoignage et ses propositions à l’appel de Rue89 Bordeaux en vue du Forum des acteurs culturels à Bordeaux. Cette initiative indépendante vise à fournir une synthèse des contributions pour les débats et les réflexions sur la politique culturelle locale.

Le 5 mars 2020 j’étais à Pessac pour réaliser mon dernier contrat intermittent avant le confinement et le déluge d’annulations qui a suivi. J’avais quitté un peu plus tôt le travail qui me fournissait un revenu décent le temps que mon activité de musicien prenne le pas.

Autant dire que la période que l’on vit m’éloigne toujours plus de mon projet de vie/rêve de gosse. Pourtant – j’ai 34 ans – c’est le moment ou jamais !

Alors pendant le confinement, j’ai composé, arrangé, enregistré. En terme créatif, ça n’a pas eu que des mauvais côtés. Mais pendant ce temps-là, je n’ai pas pu vivre de la musique, démarcher des lieux, créer du réseau, rencontrer d’autres musicien.ne.s et organisateurs… Je n’ai pas pu préparer ma saison, encore moins l’avenir. Et comme les programmations poursuivent leurs reports, c’est probablement les deux saisons à venir qui vont en souffrir.

Le métier de musicien.ne est déjà difficile, et il va devenir un combat.

Les quelques collègues qui ont pu reprendre le travail l’ont fait grâce à des tournées déjà calées avant le confinement, des lieux qui ont choisi de maintenir leur offre culturelle, des événements privés qui parviennent à se faufiler au milieu des restrictions sanitaires, ou une bonne dose de débrouille.

Celles et ceux dans ma situation, avec des projets de création freinés, une activité en développement, un travail de démarchage stoppé, ont le choix entre multiplier les concerts dans des lieux qui profitent de l’année blanche des intermittent.e.s pour embaucher les artistes au noir, ou bien chercher un autre métier…

Pourtant, malgré les peurs, le virus qui circule, les restrictions, le public a besoin de sortir, de partager et profiter de ce que le spectacle peut offrir. Et les musicien.ne.s ont besoin de jouer.

Un groupement d’intérêt public Cafés Cultures

Des solutions existent ! La plus simple et directe s’appelle le Groupement d’intérêt public Cafés Cultures. Ce GIP, initié entre autres par le Ministère de la Culture, l’Union des Métiers de l’Industrie et de l’Hôtellerie, le collectif Culture Bar-Bars, le Syndicat National des Artistes Musicien.ne.s et Pôle Emploi Spectacle, permettrait aux cafés, hôtels et restaurants de bénéficier d’aides conséquentes s’ils programment des spectacles musicaux ET s’ils déclarent les artistes. Le fonds d’aide est alimenté par les collectivités territoriales.

Il faut absolument que les collectivités y abondent à la hauteur de leurs moyens (communes, communautés de communes et d’agglomération, départements, régions) pour bénéficier d’une stabilité de l’aide toute l’année, et qu’il y ait une adhésion de tous les lieux concernés.

Il y a aussi besoin de dépasser les problématiques de saisonnalité des programmations qui ferment la porte à la création locale et vivante. On ne peut pas toujours s’appuyer sur des logiques de projets élaborées sur le long terme. Il faut s’ouvrir à des artistes locaux, oser programmer des groupes qui n’ont pas encore sorti d’album. Il faut venir à leur rencontre, dans les lieux où se trouve la création, sur leurs réseaux. Pour proposer une culture vivante à tous les publics, il faut vivre avec la culture.

L'AUTEUR
Jérôme Masco, musicien

En BREF

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 494 visites. 2 commentaires.

Inauguration de la place Gambetta : nouvelle polémique entre la mairie et l’opposition

par La Rédaction. 3 162 visites. 2 commentaires.

Rado, le nouveau tiers-lieu Wanted en projet aux Bassins à Flot

par Victoria Berthet. 3 105 visites. 1 commentaire.
×