Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Les agressions sexuelles s’incrustent dans le milieu festif, selon une étude bordelaise
Société 

Les agressions sexuelles s’incrustent dans le milieu festif, selon une étude bordelaise

par Walid Salem.
Publié le 25 novembre 2020.
Imprimé le 06 mai 2021 à 21:43
1 450 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Une étude en cours du Planning familial 33 montre une importante proportion d’agressions sexuelles en milieu festif, rapportées notamment par des Bordelaises. En plus des injures, propos et comportements sexistes, plusieurs viols sont signalés par des victimes (13,5%) ou par des témoins directs ou indirects (38%).

Il ne fait pas toujours bon de trainer dans les bars ou discothèques quand on est bordelaise. Sur le port de la Lune comme ailleurs, le milieu festif devient le terrain favori des frotteurs, harceleurs, voire violeurs. Tout comme une étude nationale réalisée par l’association Consentis révèle que plus de la moitié des femmes affirment (60%) avoir été victimes de violences sexuelles dans des lieux festifs, une étude du Planning familial 33 le confirme à l’échelle locale. 

La fête et l’alcool exacerbent ce type d’agressions, mais il faut noter des intentions clairement malveillantes.

« Dans un bar, je suis allée chercher un verre avant de rejoindre un groupe d’amis à l’étage. Trois garçons sont venus me parler quand je commandais. Ils m’ont un peu distraite et retenue pendant que j’avais mon verre. Au bout de vingt minutes, j’ai commencé à sentir le sol flancher et la tête qui tournait. J’ai voulu rejoindre mon groupe d’amis mais j’avais du mal à tenir debout. Quand ils ont commencé à m’accompagner vers la sortie, une amie à moi est descendue de l’étage et m’a récupérée. La bande des trois mecs a vite déguerpi et moi j’ai beaucoup vomi. Puisque je n’avais rien bu en arrivant au bar, on suppose avec mes amies qu’une drogue avait été mise dans mon verre. »

Viol

Il est difficile d’affirmer que ce récit se soit déroulé à Bordeaux (beaucoup de réponses, anonymes, sont de Bordeaux et de sa métropole, d’autres viennent cependant d’autres villes comme Paris, Lyon, Nice, Montpellier…). Il a été recueilli via le questionnaire en ligne piloté par Camille Contré pour le Planning familial 33 qui mène une étude afin de « réduire les violences sexistes, sexuelles en milieu festif, et favoriser le repérage et la prise en charge des situations de violences ».

Lancé début novembre, et toujours ouvert jusqu’à fin décembre, il a recueilli 178 réponses. Quand la jeune fille se fait rattraper in extremis par son amie dans le témoignage précédent, 23 autres rapportent avoir été victimes d’un viol – défini comme un acte de pénétration sexuelle commis avec violence, contrainte, menace ou surprise.

« J’étais à l’anniversaire d’un ami dans une salle des fêtes, j’avais trop bu, je dormais dans le camion de ma meilleure amie avec elle et une autre amie, comme je ne me sentais pas bien elles m’ont aidé à aller me coucher, en prenant soin de refermer le camion derrière elles. Le lendemain je me suis réveillée avec le pantalon à l’envers, je n’ai pas fais le rapprochement sur le coup. J’avais honte, je ne comprenais pas… »

La suite détaille un viol sur une personne alcoolisée, ce qui peut être qualifié de « viol par surprise ». Un autre témoignage rapporte un fait de Stealthing, une violence sexuelle méconnue :

« J’ai vécu un retrait de préservatif sans que je ne sois prévenue. J’ai appris cette année qu’il s’agissait d’un viol. »

Frotteur

Les bars, les discothèques, les concerts et les festivals sont en haut du tableau des lieux où les violences se comptabilisent. Il y a également les soirées étudiantes ou entre amis. Certains témoignages cochent plusieurs cases et d’autres répètent avec lassitude les mécanismes d’agression.

 » Le fameux “je me frotte à toi par derrière en te prenant par la taille” qui m’est arrivée plusieurs fois. »

« J’ai senti quelqu’un derrière moi, un gars à peine plus âgé que moi avec son pote. Il se collait à moi pour que je sente son sexe sur ma fesse ».

« … les soit disant “dragueurs” sur la piste de danse, les frotteurs, les mecs bourrés, les relous… »

« En boîte de nuit, la main au niveau de mes fesses sans mon autorisation. »

Les agressions atteignent leur summum sur le registre du sexisme. Propos (67%), injures (55%), comportement (65%) : le panel bat des records en manière d’outrage.

« La situation qui m’est arrivée le plus souvent (en tant que victime ou témoin) concerne les agressions et harcèlement, de la part de mecs cis qui, une fois qu’on leur répondait en leur disant d’arrêter, commençaient à avoir des injures/propos sexistes. »

« Propos sexistes en discothèque ou dans les bars, rendus banals, ainsi que des regards intimidants. »

« Pute, salope… chuchoté quand tu danses en boîte hétéro. »

Les outrages sexistes sont ainsi en forte recrudescence. Deux ans après la promulgation d’une loi en 2018 créant des infractions spécifiques, ce délit désormais recensé par les forces de l’ordre enregistre depuis lors une augmentation de 74% dans l’Hexagone.

Sans relou

A travers cette étude, le Planning familial 33 entend proposer un protocole à tout le milieu festif à partir de 2021, en Gironde voire en Nouvelle-Aquitaine. Communication en amont, prévention et sensibilisation du public, formation des organisateurs et bénévoles, prise en charge, celui-ci s’inspire du plan Sacha, mis en place en Belgique depuis 2018.

Les données de l’étude locale sur la prise en charge des victimes après une agression faisant état de nombreuses lacunes, ce protocole suggère la création d’une « zone sans relou » ou « safe zone ». Selon les conclusions du questionnaire, 79% des personnes s’y rendraient en cas de violences.

« Prévenir la sécurité ou les organisateurs ne m’est pas venue à l’esprit car il s’agissait de violences qui sont malheureusement fréquentes donc banalisées, et pas considérées comme devant être remontées aux oreilles des organisateurs », détaille une victime après une agression.

A noter le travail de nombreuses associations nationales : Consentis, et son groupe Facebook BienVeillance, accompagne les acteurs de la vie festive et sensibilise sur le terrain autour du consentement. Serein.e.s travaille avec différents publics et organisateurs d’événements pour créer des espaces d’échanges et d’écoute.

Des citoyens s’organisent par ailleurs. A Bordeaux, le groupe Facebook Solidaires Jamais Solitaires propose de faire raccompagner ses membres par des personnes de confiance.

25 novembre : journée internationale de lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Le Département de la Gironde lance un outil cartographique destiné à faciliter l’accès des victimes aux associations spécialisées les plus proches. Il recense les associations de lutte contre les violences, les numéros d’urgence et toutes les informations nécessaires sur le sujet.

En 2019, le Département a aidé les structures qui soutiennent les victimes de violences et leurs enfants, et qui agissent pour la prévention des violences, du respect des droits et de l’insertion des femmes avec un budget de 862 950 €. Un plan d’action de prévention et de lutte contre les violences sera proposé à l’assemblée plénière en décembre prochain.

En Nouvelle-Aquitaine, l’État a consacré près de 1,2 M€ à la lutte contre les violences faites aux femmes en 2020, soit une hausse de près de 40% par rapport à 2019.

A Bordeaux, un rassemblement féministe est prévu à 18h ce mercredi, place Pey-Berland.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

Les très petites entreprises touchées par la crise sont attendues au « guichet unique » de Bordeaux

par Walid Salem. 482 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La mort inexpliquée d’un détenu au centre de rétention administrative de Bordeaux

par Kenza Soares El Sayed. 1 233 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Deux militants d’Extinction Rebellion blanchis après avoir « repeint » les vitrines de la Société Générale

par Victoria Berthet. 475 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×