Média militant pour une info de proximité
Média militant pour une info de proximité
Sécurité globale : la Marche des libertés mobilise massivement à Bordeaux
Politique  Société 

Sécurité globale : la Marche des libertés mobilise massivement à Bordeaux

par Simon Barthélémy.
Publié le 29 novembre 2020.
Imprimé le 27 septembre 2021 à 03:35
3 249 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Entre 10000 et 20000 personnes ont, selon les organisateurs, marché ce samedi 28 novembre contre la loi Sécurité globale, une mobilisation rarement vue à Bordeaux. Elle a toutefois été ternie par des propos complotistes tenus par des militants anti-masque place de la Bourse, et par de la casse de vitrines (très ciblées) rue Sainte-Catherine lors de la manif sauvage qui a suivi la dispersion du cortège.

Des milliers de personnes au départ place de la Bourse, 20000 à l’arrivée selon les organisateurs : la Marche des libertés, troisième rassemblement bordelais contre la loi Sécurité globale, a été un succès.

Des syndicats – dont la totalité des organisations syndicales de journalistes, le Club de la presse de Bordeaux, des associations, l’ensemble des partis politiques de gauche étaient représentés, ainsi que plusieurs maires de la métropole, notamment celui de Bordeaux, Pierre Hurmic. Et bon nombre d’anonyme, dont Stacey, 30 ans, a fait 60 kilomètres depuis le nord Gironde pour y prendre part :

« Je le fais pour que nos enfants vivent librement, sans contrainte, et qu’ils puissent respirer. Tout sera permis sans limite pour les forces de l’ordre, y compris de nous filmer par drone, mais pas pour nous. Moi j’ai été victime d’un délit de faciès par des policiers, raconte cette jeune métisse, conductrice poids lourds, actuellement mère au foyer. Ils voulaient m’arrêter soi disant parce que je téléphonais au volant alors que mon portable n’avait plus de batterie. Ils m’ont poussé à bout et m’ont traité de menteuse pendant 20 minutes. Je suis arrivée à garder mon sang-froid, mais si cela avait mal tourné, j’aurais bien aimé que quelqu’un filme la scène. »

Place de la Bourse pour le rassemblement contre la loi Sécurité globale (SB/Rue89 Bordeaux)

Ce droit de capter puis de diffuser des images de policiers ou de gendarmes est au cœur de la lutte contre la loi Sécurité globale, adoptée en première lecture. Les orateurs qui se sont exprimés place de la Bourse ont réclamé la suppression de cet article 24 et des autres les plus contestés de ce texte, qui généralise notamment la surveillance par drone.

Des propos complotistes à la Bourse

Entre 14h, début du rassemblement place de la Bourse, et 15h, départ du cortège, plusieurs intervenants se sont exprimés. Si la sono était théoriquement réservée aux représentants des organisateurs, certain.e.s en ont profité pour faire passer de curieux messages, aussi visibles sur des tracts signés d’un certain Conseil national de la transition. Il dénonce « un génocide mondial en cours, organisé en France par les dirigeants actuels » et dont « la fausse pandémie, les mensonges, le confinement, le masque » seraient « les prémices de son exécution ». Ils appellent notamment à refuser le masque et la vaccination, et à rejoindre des forces armées pour arrêter les dirigeants « illégitime ».

« Les médias mainstream », dont l’AFP, seraient coupables de « colporter la fable du COVID-19 ». Le membre d’un « collectif citoyen », la Résistance en marche, a également dénoncé au micro un « compot médico-politique ».

Président du Club de la presse de Bordeaux, qui fait partie des organisateurs de la manifestation, Jean Berthelot de la Glétais a décidé de quitter celle-ci « en signe de protestation ».

Politique d’intimidation

Ils ont aussi réclamé le retrait du nouveau schéma national de maintien de l’ordre, à l’instar de Pierre-Antoine Cazau, de la Ligue de droits de l’Homme, qui place de la Bourse a parlé au nom des 40 organisations ayant appelé à manifester :

« Ces dispositifs visent à empêcher les journalistes et les observateurs de rendre compte de ce qui se passe en manif. Or c’est grâce à ce travail que l’on a pu recenser les 4 décès, 344 blessures à la tête, 29 éborgné-e-s, 5 mains arrachées et près de 2 448 blessés intervenus lors du mouvement des Gilets jaunes. »

Ce sont aussi leurs images qui ont permis de lancer des enquêtes de l’IGPN et que celles-ci aboutissent à des mises en examen de policiers, notamment celui auteur du tir de LBD qui, à Bordeaux, avait plongé dans le coma le pompier volontaire Olivier Beziade. La LDH demande d’ailleurs la destitution du préfet de Paris Lallement, en poste à Bordeaux à cette époque, et « inspirateur de cette politique d’intimidation » visible aujourd’hui en région parisienne.

Sur la place Pey-Berland (SB/Rue89 Bordeaux)

Malgré la gravité du sujet, la manifestation de la Bourse à Pey-Berland s’est déroulée dans une ambiance bon enfant, avec des gens visiblement heureux de sortir du confinement et de se retrouver autour d’une action collective. Dans le cortège, constitué de beaucoup de jeunes, de familles et de personnes âgées, des pancartes dénoncent le « floutage de gueule » et « Vichy 2.0 ». Des banderoles « Je suis Michel » rendent hommage au producteur de musique victime d’une agression raciste par des policiers, certains chantent « on veut des caresses pas des CRS ».

Des heurts après la manif

Vers 16h30 la foule a commencé à se disperser devant la mairie, fin de l’itinéraire déclaré en préfecture. Mais une partie a entamé une manif sauvage, taguant des devantures de boutiques rouverte ce samedi, et cassant les vitrines d’au moins trois d’entre elles rue Sainte Catherine, le MacDo, les Galeries Lafayette et l’Apple Store. La police est intervenue avec des tirs de grenades lacrymogène, et a repoussé les manifestants jusqu’à la place de la Victoire.

A l’arrivée de la marche pour les libertés (SB/Rue89 Bordeaux)

Dans un communiqué, Pierre Hurmic a « condamné fermement les dégradations provoquées par des groupuscules organisés » sur des vitrines et du mobilier urbain, et renouveler son « soutien aux commerçants victimes de ces casseurs ». Il a appelé à ne pas confondre ces « actes acharnés » avec « la manifestation pacifique citoyenne qui s’est déroulée sans heurts ».

Un nouveau rendez-vous est d’ores et déjà donné contre les lois liberticides le vendredi 4 décembre, à 18h place de la Victoire.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Covid-19 : la décrue de l’épidémie s’accélère en Gironde

par Victoria Berthet. 1 301 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La statue de l’esclave Modeste Testas ciblée par un acte de vandalisme raciste ?

par Simon Barthélémy. 1 296 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Autoroute Bordeaux-Arcachon : vers un débat public sur la mise à 2X3 voies

par Victoria Berthet. 1 136 visites. 3 commentaires.
×