Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Rue Bordelaise : la bande à Nicolas Florian claque la porte du conseil municipal
Politique 

Rue Bordelaise : la bande à Nicolas Florian claque la porte du conseil municipal

par Walid Salem.
Publié le 26 janvier 2021.
Imprimé le 11 mai 2021 à 19:04
2 524 visites. 2 commentaires.

Mécontent de s’être vu couper le micro pour dépassement de son temps de parole, Nicolas Florian a quitté le conseil municipal en pleine séance, suivi par l’ensemble de son groupe, issu en partie de l’ancienne majorité municipale.

Le sujet n’était même pas à l’ordre du jour. La question de Thomas Cazenave ne le concernait pas directement. Nicolas Florian dit n’avoir pas prévu d’intervenir dessus… et pourtant le feu a pris. Ce qui a allumé la mèche est une remarque globale de l’élu marcheur sur ce qu’il considère un manque de débats :

« Quand vous prenez des décisions qui engagent des quartiers de la ville, qu’on en débatte ici. […] Or les sujets les plus fondamentaux nous échappent et le conseil municipal donne l’impression de devenir une coquille vide. »

Thomas Cazenave donne quelques exemples : le nom de Marie-Curie donné à un groupe scolaire aux Chartrons, les accords sur la Rue Bordelaise

Réponse

Quand Pierre Hurmic reprend la parole, il a bien l’intention d’en découdre sur ce dernier sujet. Il interpelle Thomas Cazenave, qui s’était avant le deuxième tour des municipales allié au maire sortant, Nicolas Florian :

« Vous évoquez le sujet de la Rue Bordelaise en des termes désobligeants. Vous m’auriez appelé, je vous aurais donné les infos. […] Sur ce sujet, mes prédécesseurs n’ont jamais eu le souci d’organiser un débat municipal et encore moins public. Selon Nicolas Florian, j’aurais caché des choses et j’aurais menti aux bordelais. »

Le maire de Bordeaux rappelle que le conseil d’administration de l’établissement public Euratlantique a validé la troisième phase lors d’une réunion le 19 décembre 2019.

« Je n’y étais pas, parce que je n’étais pas membre de ce conseil, poursuit Pierre Hurmic. Le 9 mars 2020, à 8 jours des élections municipales, vos collègues ont pris la décision de rendre définitif l’engagement d’Euratlantique avec Apsys. Si je ne connaissais pas la décision du conseil d’administration, alors que ma promesse était engagée, c’est parce qu’elle n’était pas publique. Seuls vos alliés la connaissaient. Le hiatus est que Nicolas Florian n’était pas présent. Mais je pense qu’il était au courant et à ce moment-là, il aurait dû vous dire que c’était trop tard. Est-ce qu’il vous l’a dit ? Je n’en suis pas persuadé. »

« Mieux que Le Baron Noir »

Silencieux jusqu’ici –, Nicolas Florian accuse Pierre Hurmic d’occulter une partie de la réalité :

« Je vous rappelle qu’il y a eu une enquête publique officielle par l’État. Parce que ce projet implique une mise en compatibilité du PLU. Vous ne le saviez pas, mais il me semble qu’un de vos amis, Clément Puech-Rossignol [le maire de Bègles, qui siège au CA d’Euratlantique, NDLR] le savait. Vu votre proximité, j’imagine qu’il vous en a pas parlé. Par ailleurs, un maire ne doit pas se demander si je peux ou je ne peux pas, il doit dire si je veux ou je veux pas. Tous les permis de construire n’ont pas été signés et vous aviez le moyen de stopper l’instruction de deux permis sur trois. Vos propos sont des balivernes. »

Rappelé à l’ordre à plusieurs reprises quant au respect de son temps de parole, Nicolas Florian se voit finalement couper le micro. Il décide alors de quitter la salle, avec l’ensemble de son groupe – Marik Fetouh, Béatrice Sabouret, Fabien Robert, Nathalie Delattre, Alexandra Siarri, Nicolas Pereira, Géraldine Amouroux, et Guillaume Chaban-Delmas.

L’occasion pour Philippe Poutou de placer un bon mot :

« C’est encore mieux que la série Le Baron Noir. On a un maire qui a permis le projet qui explique à celui qui l’a remplacé comment il peut l’annuler !! »

Ce trait d’humour, et les applaudissements qui ont suivi, n’ont pas détendu l’ambiance. Bien au contraire.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

Marcher et danser encore pour une vraie loi Climat ce dimanche à Bordeaux

par Kenza Soares El Sayed. 1 431 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Condamnée à 250000 euros d’amende, Pena Métaux va faire appel

par Simon Barthélémy. 333 visites. 1 commentaire.

Bordeaux, Bègles et Floirac solidaires de SOS Méditerranée

par Kenza Soares El Sayed. 588 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×