Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Une trentaine de personnes en soutien à quatre colleuses féministes en garde à vue
Brèves 

Une trentaine de personnes en soutien à quatre colleuses féministes en garde à vue

par Victoria Berthet.
Publié le 15 février 2021.
Imprimé le 29 novembre 2022 à 12:35
1 906 visites. 1 commentaire.

A l’appel du collectif Collages Féministes Bordeaux, un rassemblement a réuni une trentaine de personnes devant l’Hôtel de police ce lundi 15 février à 10h. Elles sont venues soutenir quatre colleuses placées en garde à vue dimanche après-midi, toujours pas libérées.

« T’en as pas marre de faire pleurer des enfants Buccio », c’est la phrase qui a valu à quatre colleuses, du collectif Collages Féministes Bordeaux, d’être placées en garde à vue. Le collage fait référence à l’expulsion de 300 personnes, jeudi 11 février, du squat de la Zone Libre à Cenon.

Interpellées dimanche vers 17h, aux abords de la préfecture, les quatre jeunes femmes étaient auditionnées lundi matin. Devant l’Hôtel de police, plusieurs collectifs sont venus apporter leur soutien : Extinction Rebellion, ou encore ANV COP21 Gironde, ainsi que nombreux citoyens engagés.

Rassemblement de soutien, lundi 15 février, devant l’Hôtel de police (VB/Rue89 Bordeaux)

Pour les membres du collectif, le placement en garde à vue est un « pas de plus vers l’intimidation ». Sarah* (le prénom a été modifié) colle depuis septembre dernier :

« Les contrôles d’identité quand on colle, ça arrive. Souvent aussi, la police nous demande d’arracher les collages. Mais ça s’arrête là. »

La Préfecture a démenti la rumeur d’une plainte déposée contre le collectif. Le qualificatif d’outrage sur personne dépositaire de l’ordre publique a été retenu, toujours selon la Préfecture. Plus de vingt-quatre heures après leurs interpellations, les quatre jeunes femmes ont été libérées avec une convocation au tribunal fixée au 11 mars.

Article actualisé le 15/02/2021 à 19h03 : Les colleuses féministes libérées
L'AUTEUR
Victoria Berthet
Journaliste, diplômée de l'IJBA. Du terrain, des faits et de la nuance.

En BREF

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 565 visites. 1 commentaire.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.

Le député RN Grégoire de Fournas rattrapé par ses travailleurs étrangers

par Walid Salem. 1 429 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×