Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
669 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Une trentaine de personnes en soutien à quatre colleuses féministes en garde à vue

A l’appel du collectif Collages Féministes Bordeaux, un rassemblement a réuni une trentaine de personnes devant l’Hôtel de police ce lundi 15 février à 10h. Elles sont venues soutenir quatre colleuses placées en garde à vue dimanche après-midi, toujours pas libérées.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Une trentaine de personnes en soutien à quatre colleuses féministes en garde à vue

« T’en as pas marre de faire pleurer des enfants Buccio », c’est la phrase qui a valu à quatre colleuses, du collectif Collages Féministes Bordeaux, d’être placées en garde à vue. Le collage fait référence à l’expulsion de 300 personnes, jeudi 11 février, du squat de la Zone Libre à Cenon.

Interpellées dimanche vers 17h, aux abords de la préfecture, les quatre jeunes femmes étaient auditionnées lundi matin. Devant l’Hôtel de police, plusieurs collectifs sont venus apporter leur soutien : Extinction Rebellion, ou encore ANV COP21 Gironde, ainsi que nombreux citoyens engagés.

Rassemblement de soutien, lundi 15 février, devant l’Hôtel de police Photo : VB/Rue89 Bordeaux

Pour les membres du collectif, le placement en garde à vue est un « pas de plus vers l’intimidation ». Sarah* (le prénom a été modifié) colle depuis septembre dernier :

« Les contrôles d’identité quand on colle, ça arrive. Souvent aussi, la police nous demande d’arracher les collages. Mais ça s’arrête là. »

La Préfecture a démenti la rumeur d’une plainte déposée contre le collectif. Le qualificatif d’outrage sur personne dépositaire de l’ordre publique a été retenu, toujours selon la Préfecture. Plus de vingt-quatre heures après leurs interpellations, les quatre jeunes femmes ont été libérées avec une convocation au tribunal fixée au 11 mars.


#colleuses-feministes-bordeaux

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options