Enquêtes et actualités gavé locales

Amendes avec sursis pour l’intrusion sur le tarmac de l’aéroport de Mérignac, les activistes font appel

Le tribunal correctionnel a condamné les sept activistes écologistes aux peines légères requises par le Parquet : 500 euros d’amende avec sursis.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Amendes avec sursis pour l’intrusion sur le tarmac de l’aéroport de Mérignac, les activistes font appel

Le verdict est tombé ce lundi 29 mars à 14h, au tribunal correctionnel de Bordeaux. Les sept activistes écologistes qui se sont introduits sur le tarmac de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac et ont déroulé une banderole pour dénoncer l’impact du secteur aérien sur le climat le 3 octobre 2020, viennent d’être condamnés à 500 euros d’amende avec sursis chacun. Ils ont annoncé vouloir faire appel.

Pour l’avocat des activistes, Maître Sylvain Galinat, « la décision n’est pas à la hauteur de l’enjeu » :

« C’est certain, les peines sont légères, mais l’enjeu était de faire reconnaître l’état de nécessité et, a minima, une urgence climatique absolue et incontestable. »

« Danger global qui nous concerne tous »

L’action menée par ANV-COP21, Alternatiba et Extinction Rebellion lors de la journée nationale « Marchons sur les aéroports » avait été jugée à l’audience du 22 février et la peine maximale encourue était de cinq ans d’emprisonnement et 18 000 euros d’amende. Reconnaissant « la noblesse de la cause » mais reprochant une méthode qui « enfreint la loi pénale », le procureur a requis des peines plus légères.

De son côté, Maître Sylvain Galinat avait plaidé la relaxe et avait déclaré lors de l’audience :

« Nous ne comptons plus le nombre d’actions judiciaires, d’injonctions du conseil d’État, de décisions passées. Nous ne comptons plus le nombre de pétitions, de marches, de manifestations. Nous ne comptons plus le nombre de Conventions citoyennes, de plaidoyers, d’amendements. Qu’est-ce que six minutes sur un tarmac face à un danger global qui nous concerne tous et toutes ? »

Le procès de Bordeaux est le premier visant l’action nationale du 3 octobre 2020. A Paris, cinq militants sont convoqués au tribunal de Bobigny, en juin prochain pour avoir pénétré sur les pistes de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle.


#aéroport de Bordeaux-Mérignac

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options