Média militant pour une info de proximité
Média militant pour une info de proximité
Le Secours populaire adapte à la crise les vacances d’été des plus démunis
Société 

Le Secours populaire adapte à la crise les vacances d’été des plus démunis

par Walid Salem.
Publié le 26 mai 2021.
Imprimé le 02 août 2021 à 20:21
328 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après une année chamboulée par la pandémie, le Secours populaire propose de nouvelles formules en 2021 pour les Girondins privés de vacances. Le nombre de personnes reçues dans les structures locales de l’association a bondi de 20% en un an.

« Les vacances sont un droit inscrit dans nos valeurs » affirme le Secours populaire girondin. Après une année 2020 « particulière », selon son secrétaire départemental en charge des campagnes, Alain Haneuse, l’association caritative lance ses vacances d’été 2021 pour les plus démunis. Ce samedi 29 mai, son programme sera présenté lors d’une journée au Parc de Mussonville à Bègles, une « nouveauté » qui entend rassurer le public :

« Publié en septembre 2020, le baromètre Ipsos-Secours populaire mettait en avant une évidence : un Français sur trois n’était plus en mesure de partir en vacances. Ces moments sont des respirations importantes qui apportent aux enfants des ressources pour affronter les épreuves de la vie », détaille Alain Haneuse.

Pauvreté : +20% en Gironde

Ce baromètre dressait un constat amère : les 1219€ du Smic, pour un temps plein mensualisé, ne permettent plus d’échapper à la pauvreté dont le seuil est de 1228€ net pour une personne seule. Ce seuil subjectif de pauvreté, exprimé par les personnes interrogées chaque année, est désormais de 165€ au-dessus du seuil officiel de pauvreté (défini par l’Insee à 60% du revenu médian).

Déjà constatée sur les années 2017 et 2018, l’explosion de la précarité et la pauvreté continue en Gironde. En 2020, les 1500 bénévoles des 34 structures locales du Secours populaire ont reçu près de 21000 personnes, dont 41% de mineurs, contre 18000 en 2019. Ce qui représente une augmentation de 20% du nombre de bénéficiaires.  

« Certains sont très loin de l’idée de partir en vacances » abonde Pauline de Bortoli de la fédération nationale venue présenter cette campagne de 2021 en insistant sur un chiffre : « 1 enfant sur 3 privé de vacances. »

« Véritable clé de voûte de l’éducation populaire, les vacances offrent à l’individu la possibilité de s’émanciper, de se construire et d’ouvrir de nouvelles perspectives » souligne le Secours populaire qui mène de nombreuses actions pour accompagner les enfants, les jeunes, les familles, les seniors, les personnes en situation de handicap, les personnes isolées et les migrants-réfugiés dans des projets de départ. 

Des projets version Covid

Grâce à différents partenaires, et pour faire face aux contraintes de la crise sanitaire, le Secours populaire propose « plus de sorties avec moins de monde par sortie ». Ainsi, 25 journées Bonheur, concept imaginé depuis le premier confinement, sont programmées, contre 18 l’année dernière.

« Nous avons des partenariats avec l’Opéra national de Bordeaux, les Bassins de lumière, le Frac Aquitaine, pour multiplier les propositions culturelles. Mais aussi avec le Stade bordelais et Drop de Béton pour des propositions sportives. Toutes s’adressent à des groupes allant de 10 à 50 personnes », détaille Pauline de Bortoli.

Fini donc « les sorties massives » (750 personnes pour la Journée des oubliés des vacances en 2020). Ce nouveau concept basé sur un partenariat plus développé pourrait être adopté définitivement comme « héritage positif du Covid ». 9 journées à la plage, 8 en pleine nature, 8 à la découverte du patrimoine bordelais, 8 sportives, 5 de pratique artistique, 9 de découverte artistique, et une journée pour réunir les familles, sont annoncées. Tout comme les traditionnelles propositions d’aides financières sur les séjours et colonies de vacances, moins prisées en 2021 « ou par crainte du virus ou pour le restant à charge que les familles auraient du mal à supporter ».

« Notre solidarité n’a jamais été confinée »

Le confinement de Cathy Bordas a marqué l’Hexagone par une histoire de solidarité exemplaire. Lorsque cette Girondine a perdu son mari en février 2020, elle accueille Adam, un réfugié tchadien de 21 ans, sous son toit à Bègles pour être à l’abri de la pandémie de la Covid-19.

De cette émouvante cohabitation entre « la veuve et le réfugié » naît un petit livret, avec la complicité de Vincent, fils de Cathy et bénévole au Secours populaire. Sorti en mars 2021, il a bénéficié de la participation de nombreux artistes dessinateurs et illustrateurs. En vente 9€ au profit du Secours populaire.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

Vladimir Petković, nouveau coach des Girondins et ex-sélectionneur suisse

par La Rédaction. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : Port du masque obligatoire dans les zones touristiques en Gironde

par La Rédaction. 786 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Covid-19 : La Gironde en alerte maximale

par La Rédaction. 4 311 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×