Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
2e tour : résultats et commentaires des élections régionales et départementales
Politique 

2e tour : résultats et commentaires des élections régionales et départementales

par La Rédaction.
Publié le 27 juin 2021.
Imprimé le 03 décembre 2021 à 17:22
565 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Suivez ici les élections pour la région Nouvelle-Aquitaine et le département de la Gironde. La rédaction de Rue89 Bordeaux est mobilisée pour transmettre un compte rendu : conditions de vote, réactions, commentaires et résultats pour ce deuxième tour exceptionnel qui réunit deux élections.

"Les écologistes progressent fortement à Bordeaux"

Pierre Hurmic, qui célèbrera ce lundi la première année de son élection à la mairie de Bordeaux, s'est réjoui des enseignements du scrutin pour sa ville : "Malgré une abstention toujours préoccupante, les écologistes progressent fortement à Bordeaux et en Nouvelle-Aquitaine, en triplant leur score de 2015", souligne l'édile dans un post sur Facebook. La liste conduite par Nicolas Thierry réalise en effet un de ses meilleurs scores dans la région à Bordeaux, avec 21,30% des voix, en 2e position derrière Alain Rousset (34,73%).

"La gauche et les écologistes sortent largement vainqueurs de ce double scrutin tandis que la droite LR confirme son déclin [NDLR : 20,37% pour Nicolas Florian], que la liste LREM enregistre une contre-performance [13,91% pour Geneviève Darrieussecq] et que le RN plafonne en-dessous des 10% à Bordeaux, comment Pierre Hurmic. "Un an après une victoire municipale historique, ce scrutin vient conforter les aspirations écologistes et sociales des Bordelaises et des Bordelais".

Le RN cherche des raisons de se réjouir

Les sondages d'avant premier tour laissaient à Edwige Diaz l'espoir de rivaliser avec Alain Rousset. Finalement, la candidate du Rassemblement national est 2e, mais 20 points derrière le président sortant, avec environ 19% des voix. Le RN parle néanmoins de "stabilité", soulignant que son candidat en 2015 avait réalisé 21% au deuxième tour. "Les sondeurs sont des rigolos et cette défaite vaut une victoire", estime Jacques Colombier, président du groupe RN au conseil régional sortant.

Il souligne que si ce dernier va perdre "1 ou 2 élus", le Rassemblement national disposera du "premier groupe d'opposition" et de la "deuxième force politique régionale". De quoi revendiquer la présidence de la commission des finances, promise par Alain Rousset à un élu d'opposition, ainsi qu'une place dans les conseils d'administration des lycées.

Les résultats de Canton de Lormont :

Les résultats de Canton de Talence :

Les résultats de Canton de Cenon :

Les résultats de Canton de Saint-Médard-en-Jalles :

Les résultats de Canton de Le Libournais-Fronsadais :

Les résultats de Saint-Loubès :

Les résultats de Coutras :

Nicolas Florian : "Les Républicains sont la première force politique du pays"

Arrivé en 3e position, avec les résultats définitives, Nicolas Florian évoque "une satisfaction collective" pour son parti Les Républicains, et ajoute que "la majorité présidentielle sort sinistrée".

"Surtout quand je vois les résultats de notre famille politique à l'échelle nationale. Je pars du principe qu'une nouvelle page peut s'écrire pour la France dans les mois qui viennent. Le duel annoncé, il y a encore quelques semaines, entre le président de la République et madame Le Pen ne se traduira pas de la même façon en 2022. Les Républicains sont la première force politique du pays. On ne perd aucune région. Tous nos présidents sortants ont été réélus brillamment."

Les résultats de Canton de Mérignac-1 :

Les résultats de Saint-André-de-Cubzac :

Les résultats de Libourne :

Les résultats de Canton de La Presqu'île :

Les résultats de Ambarès-et-Lagrave :

Nicolas Thierry, "fer de lance de l'alternative" au PS

Si les écologistes n'ont progressé que de 2 points entre les deux tours, Nicolas Thierry a salué un "score historique" pour EELV. Éjecté de la majorité du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, il voit toutefois là une "clarification" :

"Nous n'avons pas vocation à y être tant que ses options politiques ne changeront pas. Nous soutiendrons tous les projets qui serons à la hauteur de l’urgence écologique. Alain Rousset nous trouvera sur son chemin à chaque fois qu'il fera reculer l'écologie. Et je crains que les occasions ne soient nombreuses."

Le chef de file des Verts s'attend notamment à une accélération des dossiers des LGV et des bassines, et redoute que les ambitions de Néo Terra soient modérées notamment sur les pesticides. Les écologistes devraient disposer d'un groupe plus important que dans le conseil régional sortant, entre 20 et 22 élus contre 17 précédemment. Ils se posent en "fer de lance de l'alternative" face à un PS qui disposera d'une majorité absolue (une centaine d'élus). 

Les résultats de Floirac :

Les résultats de Canton de Le Nord-Gironde :

Les résultats de La Teste-de-Buch :

La gauche en (très) bonne voie 

Réélu dès le premier tour du scrutin, Jean-Luc Gleyze attend ce soir les autres résultats des cantons girondins, dans l'hôtel du Département. La soirée s'ouvre sous des auspices favorables pour la gauche : le Nord-Médoc, détenu par le Rassemblement national depuis les élections de 2015, bascule à gauche avec le binôme Gironde en commun formé par Michelle Saintout et Stéphane Le Bot. "Un de nos premiers objectifs est atteint, nous avons réussi à déloger le RN", confie, sourire aux lèvres, Jean-Luc Gleyze. 

D'autres cantons basculent ce soir à gauche : l'Estuaire et Gujan-Mestras. Pour l'heure, une quinzaine de résultats définitifs sont tombés. L'union des gauches est en tête et le RN est sur le point de disparaître de l'hémicycle.

Les résultats de Bègles :

Edwige Diaz : "la première fois que nous serons le premier groupe d'opposition"

Elle est passée de la première place dans les sondages à la deuxième pour les élections. Edwige Diaz se félicite tout de même de devenir le premier groupe d'opposition. Après avoir adressé ses "félicitations républicaines" à Alain Rousset, elle espère que le président socialiste saura "tenir sa promesse" :

"Le président Rousset a déclaré qu'il confierait la commission des finances à l'opposition, c'est-à-dire à nous. J'en ai profité pour lui rappelé qu'en 2015 il avait décidé de nous exclure du conseil d'administration des lycées, en prétextant que cette place était réservée au premier groupe de l'opposition. J'ai donc le plaisir de vous annoncer qu'on sera au conseil d'administration des lycées" avait déclaré la chef de file RN à son QG.

Les résultats de Le Haillan :

Les résultats de Canton de Les Portes du Médoc :

Les résultats de Eysines :

Les résultats de Cenon :

Les résultats de Canton de Le Nord-Libournais :

Les résultats de Andernos-les-Bains :

Les résultats de Canton de Le Sud-Médoc :

Les résultats de Blanquefort :

Les résultats de Le Bouscat :

Les résultats de Gradignan :

Les résultats de Canton de Andernos-les-Bains :

Les résultats de Pessac :

Les résultats de Canton de Gujan-Mestras :

Les résultats de Talence :

Les résultats de Mérignac :

Les résultats de Canton de Le Nord-Médoc :

Les résultats de Cestas :

Les résultats de Lormont :

Alain Rousset promet un conseil régional des jeunes

Réélu président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset a dit sa "fierté", saluant un "bon de 10%" par rapport au premier tour (mais un recul de 6 points par rapport à son résultat de 2015).

Il a également estimé qu'il fallait faire preuve de "responsabilité" pour "faire vivre les compétences de la Région" telles que la formation, l'emploi et la culture, s'étonnant que ses adversaires de droite aient fait campagne sur des compétences non régionales comme la sécurité.

L'élu socialiste a enfin manifesté son "humilité" en raison de la forte abstention, promettant la création d'un conseil régional des jeunes pour "intéresser à l'action publique une tranche d'âge qui s'est peu rendue aux urnes".

Assuré de la majorité absolue, Alain Rousset a cependant proposé aux écologistes un "fonctionnement à l'allemande avec celles et ceux qui veulent participer à l'action" : "c'est un gâchis qu'on ait pas pu discuter du fond" regrette le président réélu à propos de l'échec des négociations avec EELV.

Si les élus de la liste de Nicolas Thierry n'auront probablement pas de vice présidence, Alain Rousset affirme en disposer sur ces sujets dans son équipe, citant Gilles Bœuf (ex-responsable du Muséum d'histoire naturelle) et Guillaume Riou (président de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique - FNAB). 

Les résultats de Saint-Médard-en-Jalles :

Les résultats de Canton de Les Landes des Graves :

Canton Le Nord-Médoc aux socialistes

Alors que le premier tour avait placé Chloé Chagniat et Grégoire de Fournas, binôme du Rassemblement national, en tête avec 35,33% devant les socialistes Stéphane Le Bot et Michelle Saintout sur le canton Le Nord-Médoc, le deuxième tour fait basculer le canton entre les mains du PS avec 52,59% contre 47,41%. Une belle prise pour le camp de Jean-Luc Gleyze.

Les résultats de Le Taillan-Médoc :

Les résultats de Canton de Créon :

Les résultats de Arcachon :

Les résultats de Bruges :

Les résultats de Canton de L'Estuaire :

Majorité absolue pour Rousset

Avec sa victoire estimée à 39,3%, Alain Rousset obtiendrait la majorité absolue acquise avec 100 élus sur les 183 que compte l'hémicycle de la Nouvelle-Aquitaine. Ne pas fusionner avec les Verts et Nicolas Thierry n'a finalement pas freiné le chef de file socialiste pour remporter son 5e mandat avec une liste soutenu par le PS et le PCF.

Si Edwige Diaz, avec la liste du Rassemblement national, arrive deuxième, mais loin derrière (19%), le vote RN est marqué sur la carte de la Nouvelle-Aquitaine par une diagonale allant du Lot-et-Garonne jusqu'à l'île d'Oléron (La Braie-Les Bains) en passant par le Médoc (Lesparre, Le Verdon…). Un tir groupé est également à noter à l'extrême Deux-Sèvres (Saix, Loretz-d'Argenton…) en faveur du RN.

Les résultats de Gujan-Mestras :

Les résultats de Léognan :

Les résultats de Biganos :

Alain Rousset, largement devant

Selon France3/France bleu, Alain Rousset serait très largement en tête de ce second tour avec 39,3% des voix selon une première estimation. Il est suivi par le RN loin derrière à 18,9%. 

L’écologiste Nicolas Thierry est crédité de 14,3% des voix, légèrement mieux que le score du premier tour (12,09%). Une légère hausse également pour le républicain Nicolas Florian avec 14,3 % (contre 12,48% au premier tour). L'ancien maire de Bordeaux devancerait même la candidate LREM-MODEM. Geneviève Darrieussecq est créditée de 13,2%, en baisse par rapport au premier tour (13,71%). 

Abstention : un tout petit peu mieux

L'estimation de l'abstention révèle une légère amélioration par rapport au premier tour en Nouvelle-Aquitaine : 62,8% contre 64%. Cependant, ces élections ne semblent pas intéresser les Néo-Aquitains !

30 minutes pour voter

Alors que certains bureaux de vote ont fermé à 18h, il ne vous reste plus que 30 minutes pour voter dans les grandes villes.

Pour rappel, ce second tour devrait permettre d'élire les 66 élus du département et les 183 de la région Nouvelle-Aquitaine.

"L’abstention n’est pas qu’une question de météo..."

18h20. À côté du musée d’Aquitaine, à l’école maternelle Paul Bert, le taux de participation est similaire à celui de la semaine passée, voire même en légère baisse. Dans le premier bureau de vote, le pic des 18 heures n’est pas au rendez-vous, comme l’explique un assesseur : 

"D’habitude, les familles viennent voter en fin d’après-midi. Là, on ne peut pas dire qu’il y ait foule. On ferme à 20h, on verra bien d’ici là."

Pourtant, la journée nuageuse laissait présager une plus forte influence : 

« La semaine dernière, tout le monde était à la plage. Ce dimanche, malgré le mauvais temps, les électeurs ne sont venus plus nombreux. L’abstention n’est donc pas qu’une question de météo...  Et au-delà des électeurs, nous avons eu du mal à trouver des assesseurs. Même s’ils sont importantes, il y a un désintérêt certain pour ces élections locales", conclut le président du bureau de vote.

Les points chauds des élections départementales vus par les chefs de file en Gironde : cantons clés, sujets clivants, et bien sûr l’abstention record qui a marqué le premier tour.

Électeurs assidus

17h30. À l’Athénée municipale, la directrice du bureau de vote constate une fréquentation similaire à la semaine passée, dans la "moyenne nationale" : 

"Nous sommes situés à côté d’une résidence pour seniors. Ce sont des électeurs assidus, si l’on peut dire. Après, nous avons aussi vu des jeunes venir. Pour certains, c’était même la première fois."

Deux bureaux de votes ont été installés au troisième étage de l’Athénée. Dans les couloirs, l’attente n’est pas très longue avant d’aller glisser ses deux bulletins dans les urnes. Dans le bureau de vote numéro 1, les assesseurs ont recueilli quelques témoignages d’électeurs : 

"Certains n’ont pas reçu les propagandes officielles, pour les élections régionales, dans leurs boîtes aux lettres. Il y avait eu le même souci la semaine dernière." 

Paroles d'assesseur !

Légère amélioration de la participation à 17h en Gironde

28,21%, contre 25,68 % dimanche dernier à la même heure pour la participation aux élections régionales et départementales en Gironde au premier tour. C'est une légère amélioration, mais encore loin des taux de 2015 où, à la même heure, les élections régionales étaient à 49,18% et les départementales à 43,96%.

Pour mémoire, le taux de participation à 17h00 au second tour des élections municipales et communautaires 2020 en Gironde était de 28,59 %. Il était de 64,72 % au second tour de l’élection présidentielle 2017 et de 34,25 % au second tour des élections législatives 2017.

Pour information, le taux de participation est estimé depuis le référendum de 2005 sur la base de trois bureaux de vote "test" dans le département dont la participation, par comparaison avec les autres bureaux de vote, est sur un ou plusieurs scrutins la plus proche de la participation finale du département.

Couacs et ratés pour l’acheminement des professions de foi

Devant la grogne des candidats qui dénoncent un problème d’acheminement des professions de foi, et une semaine après des couacs relevés au premier tour des élections régionales et départementales, les services de l’état ont rappelé que les professions de fois des candidats sont consultables sur le site : programme-candidats.interieur.gouv.fr.

La tête de liste LR aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, Nicolas Florian, a dénoncé dans un communiqué ce samedi, veille du deuxième tour, la "faillite de l’Etat dans l’organisation du scrutin régionale". Il relève :

"Ce samedi 26 juin, des carences importantes dans l’acheminement de la propagande officielle et du matériel de vote demeurent. En Dordogne, la propagande officielle n’aurait toujours pas été postée par les services de l’État. Dans certaines communes de la Vienne, des enveloppes vides ont été acheminées chez les électeurs. À Bordeaux, la propagande officielle n’avait toujours pas été distribuée à midi. En outre, de nombreuses mairies sont toujours en attente de la livraison des bulletins de vote.

Nicolas Florian espère que la représentation nationale va "dès lundi matin, tout mettre en œuvre pour faire la lumière sur les conditions d’organisation de ce scrutin".

Sur Twitter, le hashtag #DarmaninDemission dénonce ces ratés des services de l'État.

https://twitter.com/KarinFischerFI/status/1408895459989524480

"Je ne vais pas voter pour des personnes que je ne connais pas"

16h, quai Richelieu. À l’instar des bureaux de vote, les terrasses des bars sont, elles aussi, désertées cet après-midi. Au Brixton, deux étudiants de 25 ans sont attablés autour d’un café. Comme la semaine passée, ils n’iront pas voter. Une abstention assumée, explique l’un d’eux : 

"Je ne sais même pas qui sont les candidats. J’ai appris récemment qu’il y avait deux scrutins. Je ne vais pas voter pour des personnes que je ne connais pas. On vote par connaissance de cause, ce n’est pas un geste banal."

Pour lui, l’abstention doit être perçu comme un message de la jeunesse : 

"Si on ne vote pas, ce n’est pas forcément lié à un désintérêt pour la politique. Je pense que les jeunes ne se retrouvent plus dans les personnalités politiques actuelles, trop éloignées de nos préoccupations. Il faudrait aussi que le vote blanc soit reconnu car il manifeste aussi un symbole."

Quinquangulaire inédite en Nouvelle-Aquitaine

Avec les 10% nécessaires à un maintien, de nombreux cas de figure s'offraient pour le deuxième tour des élections régionales. Outre le maintien en solitaire d'Edwige Diaz pour le RN (2e position), la ministre Geneviève Darrieussecq (3e position) repart avec la même liste MoDem-LREM et le républicain Nicolas Florian (4e position) également en solitaire malgré des discussions avec Eddy Puyjalon (Mouvement de la ruralité) qui n'ont pas abouti.

A gauche, alors qu'un accord était logiquement attendu entre Alain Rousset et Nicolas Thierry, leurs équipes respectives ne sont pas parvenues à s'entendre, se rejetant la responsabilité de l’échec des négociations. Les écologistes et les socialistes repartent chacun de son côté faisant de ce deuxième tour pour les élections régionales une quinquangulaire inédite dans la Région.

La tête de liste LFI-NPA Clémence Guetté s'est refusée à toute consigne de vote, tout comme Guillaume Perchet de Lutte ouvrière.

Ce que les pourcentages du premier tour nous révèlent

Hormis la surprise d'une abstention record, au niveau local et national, le premier tour a livré de nombreux résultats inattendus. La participation, passant de 50,97% en 2015 à 35,91% en 2021, a révélé le désintérêt de 612 759 électeurs aquitains. Malgré l'arrivée en tête d'Alain Rousset (28,84%), il faut noter que c'est grâce à seulement 430 156 voix. Nous sommes loin du score de 2015 où le socialiste avait fédéré 628 657 voix.

Côté Rassemblement national aussi, on peut noter des voix en moins pour Edwige Diaz. Arrivée en seconde position avec 18,21 % (271 545 voix), elle ne signe pas le succès de Jacques Colombier en 2015 qui avait récolté 23,23 % (soit 480 545 voix).

Le gagnant de ce scrutin est Nicolas Thierry. La tête de liste Europe Ecologie Les Verts obtient 12,08 % des suffrages et augmente de 64 427 voix le score de 2015. Eddie Puyjalon, tête de liste du Mouvement de la Ruralité, fait également partie des bonnes progressions avec un score de 7,30 % (contre les 2 % des sondages).

Les déceptions sont à chercher du côté de la majorité présidentielle avec Geneviève Darrieussecq, la candidate MoDem-LREM qui récolte 13,71 %. Et du côté des Républicains avec Nicolas Florian qui comptabilise 12,46% des voix. La candidate de La France Insoumise, Clémence Guetté, obtient 5,67% et Guillaume Perchet de Lutte Ouvrière 1,74%.

https://twitter.com/Bordeaux/status/1409107054636244992

Les racines de l'abstention

Tout a été dit sur l'abstention du premier tour des deux élections dimanche dernier : "Échec collectif", "crise profonde", "danger pour la démocratie"… Comment expliquer ce triste record ? Il conforte en tout cas la tendance déjà observée aux municipales 2020.

Pour certains, ce phénomène serait issu d’un désintérêt assumé des électeurs. Pour d'autres, il y a une confusion sur l'intérêt de ces élections. Effectivement, les départements souffrent d’une mauvaise publicité sur l’intérêt de la collectivité. Emmanuel Macron avait notamment prévu, dans son programme, de "supprimer au moins un quart des départements, là où ils peuvent être rapprochés de l’une de nos grandes métropoles". De l’autre, la réforme adoptée sous François Hollande en 2014 pour 13 grandes régions n’a pas amélioré la lisibilité des compétences.

Cependant, à regarder de plus prêt, nous avons assisté à une campagne contrainte par la crise sanitaire et qui, pour marquer les esprits, a brouillé les pistes avec des thèmes qui ne relèvent d'aucune collectivité en jeu : "le fait d’évoquer des hors-sujets comme l’immigration ou la délinquance, qui ne sont pas des compétences des collectivités concernées, c’est de l’espace pris sur les vrais sujets comme les inégalités…" souligne Vincent Tiberj. L'analyse de ce chercheur en matière de sociologie électorale est à retrouver sur ce lien. Elle complète les nombreuses théories avancées sur la faible participation.

11,76% : La participation à 12h pire qu'au premier tour

Faible mobilisation pour le deuxième tour des élections régionales et départementales en Gironde. Les taux de participation est de 11,76% à midi selon un communiqué de la préfecture, contre 12,84% à la même heure dimanche dernier. En 2015, à la même heure, les élections régionales étaient à 16,14% et les départementales à 18,24%.Pour mémoire, le taux de participation à 12h au second tour des élections municipales et communautaires 2020 en Gironde était de 12,60%. Il était de 28,63% au deuxième tour de l’élection présidentielle 2017 et de 16,52% au deuxième tour des élections législatives 2017.

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré au second tour des élections régionales et départementales.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Des infos d'ici de là

En BREF

Le port du masque à l’école redevient obligatoire dans toute la Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 544 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

140 événements pour l’égalité et la diversité à Bordeaux Métropole

par Victoria Berthet. 501 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 1 008 visites. 2 commentaires.
×