Enquêtes et actualités gavé locales


En difficulté financières, le Planning familial de Gironde lance un appel aux dons

Vendredi 12 novembre, le Planning familial de Gironde a lancé une campagne de dons. En difficultés financières, l’association fait face à un déficit depuis la crise sanitaire. Elle espère récolter 20000 euros grâce à un appel au financement participatif, tout juste mis en ligne.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

En difficulté financières, le Planning familial de Gironde lance un appel aux dons

C’est la première fois, depuis sa création, que le Planning familial de Gironde fait appel aux dons via une plateforme de dons en ligne dans l’espoir de récolter 20 000 euros. Dans un communiqué publié vendredi 12 novembre, la structure associative fait part de difficultés financières, notamment dues à des subventions insuffisantes :

« Les subventions des institutions n’ont pas été à la hauteur de cette nécessité et nous nous retrouvons en grande difficulté alors que la situation impose de réagir au quotidien sur la question des droits des femmes et les réponses à y apporter. »

Visuel de l’appel aux dons Photo : DR

Des milliers de personnes aidées

En 2020, lors de la crise sanitaire, l’association a poursuivi ses activités. Les quatre permanences dans le département (Bordeaux, Langon, Bazas et Blanquefort) ont été maintenues, tout comme les lignes téléphoniques. Au total, ce sont 575 personnes qui ont été reçues dans les différentes permanences en 2020 et ce sont 6 014 personnes qui ont été orientées ou par téléphone ou par mail.

Seulement, les répercussions sur l’année 2021 se font sentir. Monique Nicolas est trésorière du Planning familial de Gironde :

« Des difficultés financière sont attendues avec un déficit important. Ces difficultés sont conjoncturelles, mais il y a aussi la question de la trésorerie. Il nous faut retrouver l’équilibre. Des discussions avec le Département et la Ville, notamment, sont en cours pour percevoir des subventions plus élevées en 2022 [la ville de Bordeaux a voté un modificatif dans son budget qui intègre une subvention exceptionnelle lors du dernier conseil municipal, NDLR]. »

Demandes en hausse

Lors du premier confinement, les violences conjugales ont augmenté de 40% en France. Quelques mois après, pendant le second confinement, ces violences ont augmenté de 60%. En Gironde, le Planning Familial a vu les demandes s’accroître. Annie Carraretto est vice-présidente de l’antenne girondine :

« Suite à la crise sanitaire, les demandes provenant des professionnels de santé ou des femmes ont augmenté. Il nous faut plus de moyens pour répondre aux besoins. Au centre, à Bordeaux, nous aurions besoin d’une animatrice supplémentaire. »

D’autres projets sont dans les cartons comme celui d’un programme, dans les écoles, d’écoute et d’accompagnement sur le sujet les violences intrafamiliales. « Mais pour ça, précise Annie Carraretto, il faut des moyens à la hauteur. »


#droits des femmes

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options