Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Pantxoa, surveillant avec des rêves de cinéma pour 1200 euros par mois
Société 

Pantxoa, surveillant avec des rêves de cinéma pour 1200 euros par mois

par EFJ.
Publié le 8 novembre 2021.
Imprimé le 06 février 2023 à 16:33
1 349 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pantxoa Gibert est surveillant au collège de Créon. Son salaire de 1200 euros lui permet de traverser la crise du Covid-19, qui a toutefois entravé son rêve de devenir comédien. Il a accepté de passer son « porte-monnaie au rayon X », la rubrique relancée par les étudiants de l’EFJ, l’école du nouveau journalisme de Bordeaux, pour Rue89 Bordeaux.

La sonnerie de 15 heures retentit dans l’enceinte du collège François Mitterrand. En l’espace de quelques secondes, la cour de récréation se remplit. Parmi les 994 personnes, une silhouette deux fois plus grande que celle des collégiens les observe d’un œil attentif. Depuis décembre 2020, Pantxoa est surveillant dans cet établissement de Créon.

« Le collège a eu des aides de l’état à cause du Covid pour embaucher une personne en plus. J’ai saisi l’opportunité, et en quelque sorte, j’ai envie de dire merci le Covid » ironise l’assistant d’éducation.

Car l’épidémie ne l’a pas épargné. Après l’obtention de son baccalauréat ES, il entame des études d’acteur aux Cours Florent de Bordeaux :

« J’ai appris tout ce que j’ai toujours rêvé d’apprendre : jouer un rôle, improviser, mettre en scène… Et pour la première fois de ma vie, j’ai rencontré des étudiants qui avaient la même passion que moi ».

Carrière contrariée

Trois ans après, l’épidémie de Covid-19 contrarie ses rêves de cinéma. Hormis les répétitions de spectacles sans représentation en perspective, le quotidien des acteurs devient de plus en plus difficile : les productions de films se font plus rares et limitent ainsi les castings et les tournages, les candidatures sont refusées, et les projets personnels de chacun tombent à l’eau à cause des restrictions sanitaires. 

« Ça a été terrible parce que c’est tombé à la toute fin de ma formation d’acteur, au moment où j’avais le plus de projets en tête », déclare le jeune homme.

Pantxoa, assistant d’éducation et acteur pendant son temps libre (Bryan Nardelli/Rue89 Bordeaux)

Pantxoa arbore un sourire quasi-permanent et une facilité à tourner à la dérision chaque situation, même les moments les plus difficiles.

« Mes parents ont déménagé à Mayotte lorsque je suis sorti du lycée, donc j’ai un peu l’habitude de me débrouiller tout seul », raconte le surveillant.

Une double vie

S’il est déçu de n’avoir pas pu se concentrer pleinement à sa carrière de comédien, il s’estime chanceux d’avoir pu trouver un contrat en CDD qui lui permet de payer son loyer, dans une période où 144 millions de salariés ont perdu leur emploi dans le monde.

« J’ai vu beaucoup de gens abandonner et partir dans d’autres branches, certains avoir des problèmes d’argent parce qu’ils voulaient vivre de ce métier […] un de mes collègues est également comédien, ça nous permet d’avoir des revenus stables le temps de passer cette crise » confie l’apprenti acteur.

Il garde toujours dans un coin de sa tête l’espoir de pouvoir un jour, suivre les traces de ses idoles : « Quand je vois Léonardo DiCaprio jouer, je comprends pourquoi c’est ce métier que je veux faire quoi qu’il arrive ».

Pendant son temps libre, Pantxoa multiplie donc les apparitions dans des clips, des courts-métrages ou même des séries. Fin 2021, il fait ses premiers pas dans une troupe de théâtre appelée Blacklouve avec laquelle il prépare un spectacle pour 2022 :

« Il me tarde qu’une seule chose, c’est de pouvoir remonter sur scène et enlever ces masques pour revoir le sourire sur le visage du public ».

Pantxoa a pour l’instant renouvelé son CDD pour une nouvelle année, jusqu’au 31 août 2022.

Bryan Nardelli

Le porte-monnaie de Pantxoa

Revenus : 1400€ par mois

  • Salaire : 1200€ nets

« Je suis payé au SMIC, mais je vais réduire mon temps de travail pour travailler 28 heures par semaine environ. Mon salaire va diminuer mais ça va me permettre de me libérer du temps pour mes projets d’acteur. »

  • CAF : 200€ (80€ d’APL et 120€ de prime d’activité)

Dépenses fixes : 647€ par mois

  • Loyer (eau, électricité, gaz et internet compris) : 535€

« Je suis colocataire avec 3 autres personnes, ça nous permet d’avoir un grand appartement tout compris à Bordeaux pour pas très cher. »

  • Abonnement téléphonique : 20€
  • Transport (abonnement TBM + tickets de bus Modalis) : 36€

« Le gros inconvénient de ce travail, c’est le trajet, avec le bus 407. Je dois me lever à 5h50 du matin pour arriver à l’heure au collège et j’ai 1h de trajet ».

  • Loisirs (abonnement Spotify, Playstation Plus) : 60€
  • Icloud : 3€
  • Frais bancaire : 9€
  • Mutuelle : 0€ (elle est payée par ses parents)
  • Impôts : 0€ (Pantxoa ne commencera à les payer qu’à la fin de l’année 2021)

Dépenses variables : 370€ par mois

  • Repas : 170€

« Quand je travaille au collège, je mange à la cantine donc c’est 3 euros et quelques par repas. C’est toujours ça à acheter en moins quand je fais les courses. »

  • Budget alloué aux spectacles et à ses productions (costumes, maquillage…) : 50€ par mois

« Quand on organise un spectacle ou un court-métrage, on met en place une cagnotte, et tous les membres de la troupe participent. On s’autofinance. »

  • Vêtements et petits achats : 50€
  • Sorties : 100€

« Je m’achète rarement de vêtements, je préfère mettre mon argent dans le cinéma et les sorties culturelles. »

Épargne : 200€ par mois

« Je profite de mon salaire pour mettre le plus d’argent de côté possible. »

L'AUTEUR
EFJ
EFJ
Les articles des étudiants de l'EFJ Bordeaux, l'école française de journalisme, en immersion à Rue89 Bordeaux.

En BREF

« Il faudra nous passer dessus », prévient un front d’élus anti-LGV réunis à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 729 visites. 3 commentaires.

Bègles se propose pour expérimenter la légalisation du cannabis en France

par La Rédaction. 1 162 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le musée de la Création Franche à Bègles, fermé pour rénovation, devient « Musée de France »  

par La Rédaction. 364 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×