Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Féminicide de Mérignac : les parents de Chahinez obtiennent la garde de leurs petits-enfants
Brèves 

Féminicide de Mérignac : les parents de Chahinez obtiennent la garde de leurs petits-enfants

par Victoria Berthet.
Publié le 30 décembre 2021.
Imprimé le 29 janvier 2022 à 07:34
487 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Arrivés d’Algérie en juillet dernier, Kamel et Djohar Daoud ont obtenu le placement de leurs trois petits-enfants dans leur nouveau domicile, à Cenon.

Plus de sept mois après la mort de leur fille, Chahinez Daoud, tuée par son ex-conjoint le 4 mai dernier à Mérignac, Kamel et Djohar Daoud ont la garde de leurs trois petits-enfants, chez eux, à Cenon. Arrivés en juillet dernier d’Algérie, ils ont obtenu des papiers et emménagé dans un appartement. Leurs petits enfants, âgés de 5, 8 et 13 ans, étaient jusqu’ici placés dans des familles d’accueil.

Cette décision de placement a été ordonnée à la mi-décembre, comme le précise Maître Julien Plouton, l’avocat des parents de Chahinez :

« Les enfants ont pu rejoindre leurs grands-parents depuis les vacances scolaires de Noël. Les grands-parents sont arrivés en France à la mi-juillet. Des rapports d’enquête ont confirmé qu’ils étaient en capacité de s’occuper des enfants, ce qui explique le temps de la décision. »

Six policiers convoqués devant un conseil de discipline

Âgés respectivement de 64 ans et 61 ans, Kamel et Djohar Daoud ont emménagé dans un appartement à Cenon, après avoir obtenu des papiers pour rester en France :

« Le grand-père fait des démarches pour essayer de trouver un emploi pour subvenir aux besoins de la famille. Ils prennent leurs marques dans l’appartement. Une mesure d’assistance éducative a été ordonnée pour le suivi des enfants », poursuit Maître Plouton.

Alors que des dysfonctionnements dans le suivi judiciaire de Mounir Boutaa, l’ex-conjoint, avaient été mis au jour dans un rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) à la suite du féminicide, six policiers sont convoqués, mardi 4 janvier, devant un conseil de discipline. Une convocation que suivra de près l’avocat des parents de Chahinez :

« La saisine permet d’envisager des mesures autres que de simples mesures symboliques. Pour autant, il ne s’agit pas d’une procédure contradictoire. À ce stade, je n’ai pas encore accès au rapport d’enquête de l’IGPN. Une demande a été formulée par le biais de l’instruction, ce qui permettra apprécier les niveaux de responsabilités et de manquements qui ont pu être caractérisés. »

Abonnez-vous ou offrez un abonnement pour permettre à Rue89 Bordeaux d’étoffer sa rédaction !

L'AUTEUR
Victoria Berthet
Journaliste, diplômée de l'IJBA. Du terrain, des faits et de la nuance.

En BREF

Arrêtés à Lyon pour avoir piraté le compte d’une infirmière girondine et édité de faux passes sanitaires

par Victoria Berthet. 2 commentaires.

A Bordeaux, le portrait officiel d’Emmanuel Macron plongé dans du (faux) pétrole par des militants écologistes

par Elias Insa. 343 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des associations demandent l’activation du plan grand froid, pas justifié répond la Préfecture

par La Rédaction. 396 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×