Enquêtes et actualités gavé locales

Le Saint-Emilion grand cru d’un oligarque rouge épargné par le gel des avoirs russes

Un chai à la gloire d’un héros de l’ère soviétique, des bouteilles de vin affichant faucille et marteau, cachetées sous le logo de l’Union Soviétique, nous sommes bien dans le bordelais mais au château La Grâce-Dieu des Prieurs. C’est la propriété d’Andrei Filatov, une des cent premières fortunes de Russie, influent dans son pays mais dont les biens ne sont pas menacés d’être saisis par l’Union européenne et la France.

Édition abonnés
Le Saint-Emilion grand cru d’un oligarque rouge épargné par le gel des avoirs russes

>

Abonnez-vous

Cet article fait partie de l’édition abonnés. Pour lire la suite, profitez d’une offre découverte à 1€.

Contribuez à consolider un média indépendant à Bordeaux, en capacité d’enquêter sur les enjeux locaux.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#enquête

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Plongée au sein de la Nouvelle Acropole, l’association qui veut édifier un « homme nouveau »
Le patrimoine, ennemi de l’écologie à Bordeaux ?

Photo : Google

Partager
Plus d'options