Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
L’équipe féminine des Girondins de Bordeaux, victime collatérale de la descente du club ?
Sport 

L’équipe féminine des Girondins de Bordeaux, victime collatérale de la descente du club ?

par Simon Barthélémy.
Publié le 4 juillet 2022.
Imprimé le 27 novembre 2022 à 02:54
1 303 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Quatre clubs professionnels et de haut niveau féminins de Bordeaux et de la Métropole – Mérignac Handball, Les Lionnes (rugby), les Burdis (volley) et l’USB water polo – apportent leur soutien aux Féminines du FCGB. Malgré ses excellentes performances, l’équipe voit en effet son budget rogné du fait de la rétrogradation des Girondins, et ses meilleures joueuses partir, dont quatre internationales françaises qui s’apprêtent à disputer l’Euro.

« La première division du football à Bordeaux, ce sont elles ! », clament ce lundi 4 juillet dans un communiqué de presse commun quatre clubs professionnels et de haut niveau féminins de Bordeaux et de la Métropole – Mérignac Handball, Les Lionnes du Stade bordelais (rugby), les Burdis Bordeaux Mérignac (volley) et l’Union Saint-Bruno water-polo.

« L’équipe féminine du FC Girondins de Bordeaux incarne désormais à elle seule le plus haut niveau du football à Bordeaux et en Gironde », rappellent ces formations. Elles entendent ainsi « affirmer leur soutien et leur solidarité à toutes les joueuses, au staff et à l’ensemble des salarié.e.s du club, collectivement menacés dans leur avenir professionnel », et protester particulièrement contre « le silence assourdissant qui entoure le FCGB Féminin ».

L’équipe féminine des Girondins, qui « s’est, elle, maintenue en Division 1 en terminant à la 6e place du championnat de France et qui a, pour la première fois de son histoire, évolué en Ligue des Champions », pâtit déjà de la descente des Girondins en L2, et la réduction de la masse salariale :

« Avec un budget de 2,3 millions d’euros en 2021/2022 (contre 112 M€ pour l’équipe masculine…), le budget des féminines descendrait à 1,9 million d’euros pour la saison 2022/2023 (contre un budget prévisionnel de 40 millions d’euros pour la Ligue 2 masculine). Cet écart déjà abyssal entre les sections, mais aussi une baisse significative compromettent évidemment le recrutement et les performances de l’équipe lors de la saison prochaine. »

Les Bleues sur le départ

Aujourd’hui, « 8 joueuses majeures ont dû quitter le club, dont 4 sélectionnées en Équipe de France pour l’UEFA Euro 2022 (du 6 au 31 juillet) ». En fait, les Girondines sont quatre appelées chez les Bleues, dont deux ont officialisé leur départ : la capitaine Charlotte Bilbault et Eve Périsset. Deux autres internationales, la néerlandaise Katja Snoeijs et la brésilienne Tainara De Souza Da Silva, sont également partantes de Bordeaux. Et la fuite des talents pourrait s’aggraver, rappellent les quatre sections féminines de haut niveau :

« A ce jour, le FCGB est suspendu à l’échéance de la décision de la DNCG, le 5 juillet, pour assurer la place de l’équipe masculine en Ligue 2, mais aussi la survie pure et simple du club et de l’ensemble de ses effectifs, sportifs mais aussi salariés, soit 260 personnes. »

L’équipe féminine du FCGB (DR)

Sollicité par Rue89 Bordeaux pour savoir à quel point l’équipe féminine pourrait être impacté par une rétrogradation en National, qui pourrait être synonyme de dissolution de la structure professionnelle, le FCGB n’a, à cette heure, pas donné suite. Les clubs de la métropole qui apportent aujourd’hui leur soutien précisent qu’ils ne parlent « pas de sport féminin », mais « de sport professionnel et d’inégalité de traitement financier, moral et médiatique ».

« L’équipe féminine du FCGB a fait preuve, tout au long de la saison, d’un professionnalisme, d’un courage et d’un investissement qui ne s’est jamais démenti. Les joueuses portent les couleurs d’un club dont la dérive de l’équipe masculine emporte tout sur son passage, dont l’engagement et les performances de l’équipe féminine. »

Abonnez-vous ou offrez un abonnement pour permettre à Rue89 Bordeaux d’étoffer sa rédaction

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 546 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.

Le député RN Grégoire de Fournas rattrapé par ses travailleurs étrangers

par Walid Salem. 1 411 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×