Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Jean-Jacques Sempé, le dessinateur du Petit Nicolas, est mort
Culture  Hommage 

Jean-Jacques Sempé, le dessinateur du Petit Nicolas, est mort

par Walid Salem.
Publié le 11 août 2022.
Imprimé le 27 septembre 2022 à 14:25
997 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Jean-Jacques Sempé vient de mourir à l’âge de 89 ans. Il était le père du « Petit Nicolas » avec René Goscinny et auteur notamment de plus de 110 couvertures du prestigieux New Yorker. Une rétrospective du dessinateur pessacais avait été montrée au musée Mer Marine en 2019 à Bordeaux.

Sempé n’est plus. Celui qui avait marqué le dessin de presse avec un trait unique a tiré sa révérence à l’âge de 89 ans. Le dessinateur natif de Pessac « est décédé paisiblement [ce jeudi] soir 11 août dans sa résidence de vacances, entouré de sa femme et de ses amis proches », a déclaré Marc Lecarpentier, son biographe et ami, à l’AFP.

Après avoir été livreur à vélo, vendeur de dentifrice, et employé d’un courtier en vins cours de Verdun à Bordeaux, il laisse derrière lui une œuvre phénoménale. Il a signé de nombreux albums : « Saint Tropez », « Tout se complique », et surtout le « Petit Nicolas », vendu à 15 millions d’exemplaires et diffusé dans une quarantaine de pays.

Sempé à l’exposition Petit Nicolas à Paris en 2014 (cc/ActuaLitté/Wikipedia)

Dessinateur à succès

L’enfance de Sempé à Pessac a été difficile. Enfant naturel, battu et bègue, il commence à dessiner à l’âge de 12 ans et quitte l’école à 14. A 18 ans, en 1950, il vend ses premières planches au journal Sud Ouest Dimanche. Ses dessins sont signés « DRO » (de « to draw », dessiner en anglais). En 1951, il quitte le port de la Lune pour la capitale française.

« Quand je suis arrivé à Paris, j’ai trouvé les Parisiens très gais. Je venais de Bordeaux où les gens n’étaient pas naturellement souriants. J’ai été tout de suite enchanté par le métro, les autobus, la fièvre de la ville. Et surtout j’ai fait beaucoup de vélo. Pendant trente ans, je suis allé partout à bicyclette », raconte-t-il dans le catalogue de la grande rétrospective qui lui a été consacrée à Paris en 2011.

Dans le bouillonnement de la capitale il fréquente des dessinateurs comme Chaval et, en 1954, Sempé rencontre son « premier ami », René Goscinny. La rencontre avec le scénariste (entre autres) d’Astérix est décisive et aboutit à une collaboration : « Le Petit Nicolas », histoire de Goscinny illustrée par Sempé, parait dans Le Moustique, un hebdomadaire belge. Ensuite, Jean-Jacques Sempé publie ses dessins dans France Dimanche, Paris Match, Pilote, Figaro, Télérama, Le Nouvel Observateur… sans oublier la consécration en 1978, le New Yorker.

En 2014, il réalise une série de pièces pour la Monnaie de Paris pour la série les Valeurs de la République, évoquant la liberté, l’égalité et la fraternité. Un parcours parfait, exception faite de la révélation par le journal Le Monde de l’apparition de Sempé dans les Panama Papers, en tant que détenteur d’une société offshore.

Sempé (assis) en 2019 à Bordeaux (WS/Rue89 Bordeaux)

« Sempé en liberté » à Bordeaux

Jean-Jacques Sempé retrouve sa région natale en 2019. Le Musée Mer Marine à Bordeaux lui consacre une exposition d’envergure pour les 60 ans du Petit Nicolas. 300 œuvres y sont exposées. L’ensemble est le fruit d’un travail minutieux des commissaires qui ont fouillé les archives du dessinateur et déniché des dessins inédits.

« Il faut imaginer Sempé toujours au travail, du matin au soir, un crayon dans une main, une cigarette dans l’autre – électronique depuis un certain temps –, face à une feuille blanche. Il attend que l’inspiration lui vienne. Il a toujours travaillé et toujours fait ce qu’il aime : le dessin d’humour », raconte Marc Lecarpentier, ami du dessinateur.

Ces dessins originaux révélaient, au-delà de la caricature, des facettes de la société et ses rapports à la politique, à l’industrialisation, et au progrès. Jean-Jacques Sempé marquera son époque non seulement par la légèreté de son dessin, mais aussi par la pertinence des sujets qu’il y glissait.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 538 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Succès de la tarification solidaire chez TBM, qui retrouve sa fréquentation d’avant-crise

par Simon Barthélémy. 455 visites. 5 commentaires.

Philippe Poutou retrouve un emploi dans le cinéma

par La Rédaction. 597 visites. 3 commentaires.
×