Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Mémoire de la Shoah : Bordeaux pose un pavé en hommage au « médecin des pauvres »
Société 

Mémoire de la Shoah : Bordeaux pose un pavé en hommage au « médecin des pauvres »

par Victoria Berthet.
Publié le 29 septembre 2022.
Imprimé le 05 décembre 2022 à 19:16
942 visites. 1 commentaire.

Un nouveau Stolpersteine, ou « pavé de la mémoire », va être posé devant le domicile du docteur Sabatino Schinazi, rue Achard à Bordeaux. Malgré la mobilisation des habitants de Bacalan, ce médecin a été enfermé dans les camps de Mérignac et de Drancy avant d’être déporté à Auschwitz en 1943, puis à Dachau où il est mort en 1945. À l’occasion de cet hommage, l’association Santé un Droit pour Tous, interpelle toujours le Conseil de l’Ordre des médecins sur son rôle dans l’exclusion des médecins juifs et étrangers sous Vichy.

Son nom est évoqué lors du procès Papon, en janvier 1998. À la barre, son fils, Samuel Schinazi, témoigne du professionnalisme de son père, prêt à « toutes les interventions ». De 1921 à 1942, Sabatino Schinazi a exercé comme médecin dans le quartier Bacalan, au 199 rue Achard. C’est ici, jeudi 29 septembre, que le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, dévoilera un nouveau « pavé de la mémoire », dit Stolpersteine (voir encadré en bas de page), en souvenir de Sabatino Schinazi.

Depuis 2017, à l’initiative d’un projet de l’Université Bordeaux-Montaigne, huit « pavés » de la mémoire ont été posés à Bordeaux : sur le parvis des Droits de l’Homme où trois résistants autrichiens avaient été arrêtés, et au 4 place Saint-Pierre, où vivait la famille Baumgart.

Dans un communiqué, la mairie annonce, d’ici la fin de l’année, le scellement de sept nouveaux Stolpersteine devant les derniers lieux de vie de victimes du nazisme. Après Sabatino Schinazi, la Ville rendra successivement hommage à Berthe et André Murrate, à Ginette et Marcelle Borruel, et à Martin et Berthe Katz. Elle rappelle qu’au moins « 295 familles, dont 95 enfants » ont été déportés de Bordeaux vers les camps de la mort.

1883-1945

Sabatino Schinazi est né en Egypte le 18 juin 1883. De nationalité française, il est scolarisé à l’École française des missions africaines, étudie la médecine à Beyrouth. Passé par Marseille, il arrive à Bordeaux en 1916. À l’hôpital Pellegrin, il soigne les blessés de la Grande Guerre.

Brillant, il passe sa thèse en 1919, reçu avec les félicitations du jury. Quelques années plus tard, le jeune médecin fait le choix de s’installer à Bacalan, alors zone industrielle et quartier pauvre du nord de la ville. Père de dix enfants, il exerce souvent gratuitement, se rend disponible de jour comme de nuit. Une bienveillance et une générosité qui lui vaudront son surnom de « médecin des pauvres ».

Le docteur Schinazi, entouré de sa femme et de ses enfants (DR)

Le 3 octobre 1940, la loi sur le statut des juifs est promulguée par le régime de Vichy, marquant le début de la collaboration de la France à l’extermination des juifs d’Europe. Le port de l’étoile jaune est imposé ainsi que le recensement. Le « fichier juif » est constitué. Le nom du docteur Sabatino Schinazi y figure malgré son mariage à une « non-juive » et « fils d’une mère catholique ».

Le médecin bordelais est arrêté en juin 1942 et emprisonné au camp de Beaudésert à Mérignac. Dans un courrier adressé à son cabinet et signé par Maurice Papon, la préfecture lui signifie l’interdiction d’exercer « en France ». Sa femme et des habitants du quartier, aux travers de pétitions et de lettres, tentent de faire plier les autorités. Sans succès.

Après 17 mois d’enfermement à Mérignac, Sabatino Schinazi est intégré au convoi numéro 64 qui prend d’abord la direction de Drancy, puis d’Auschwitz le 7 décembre 1943. À l’aune de la débâcle nazie, alors que des prisonniers sont déportés vers d’autres camps, Sabatino Schinazi décède près de Dachau, le 25 février 1945. Son corps repose au charnier de Kaufering, à l’est de Munich. À Bordeaux, aujourd’hui, une rue porte le nom du médecin. Une stèle, rue Achard, honore également sa mémoire.

L’ombre de l’Ordre des médecins

Plus de 80 ans plus tard, l’association Santé un Droit pour Tous, menée par Bernard Coadou, continue d’interpeller l’Ordre des médecins, fondé sous Vichy. Dans un communiqué, l’association salue l’hommage de la Ville au docteur Sabatino Schinazi, tout en souhaitant « témoigner de la co-responsabilité de l’Ordre des médecins dans ce destin funeste ».

En 1972, déjà, dans son ouvrage de référence, La France de Vichy, l’historien Robert Paxton soutenait la thèse d’une instrumentalisation par l’État français du Conseil de l’Ordre dans ses politiques d’exclusion ethniques et religieuses.

(cliquer pour agrandir)

À Bordeaux, une motion adoptée en février 1941 par le Conseil départemental de l’Ordre donnait ainsi un avis défavorable à la poursuite de l’exercice de Sabatino Schinazi sur le sol français. Le médecin avait tenté des recours auprès du Conseil national de l’Ordre sans que l’instance ne change d’avis. En 1942, il était exclu de la liste envoyée par le Conseil départemental de l’Ordre au préfet (voir document ci-dessus) demandant la libre circulation des médecins cités.

Selon Santé un Droit pour Tous, le Conseil de l’Ordre « ne s’est jamais excusé publiquement pour sa participation à cet assassinat », face un « travail de mémoire indispensable ».

L'AUTEUR
Victoria Berthet
Journaliste, diplômée de l'IJBA. Du terrain, des faits et de la nuance.

En BREF

Une nouvelle brigade de police dédiée aux transports en commun va patrouiller à Bordeaux

par La Rédaction. 437 visites. 2 commentaires.

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 609 visites. 1 commentaire.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.
×