Enquêtes et actualités gavé locales

Crise énergétique : les élus communistes girondins contre la hausse des prix

Face à l’augmentation des prix de l’énergie, le PCF de Gironde dénonce l’impact de la spéculation et demande le rétablissement des tarifs réglementés pour les collectivités.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Crise énergétique : les élus communistes girondins contre la hausse des prix

« Prendre des mesures de sobriété ne suffira pas, il y a aussi besoin d’engager un rapport de force avec ceux qui sont les responsables de la hausse des tarifs de l’énergie », a soutenu Sébastien Laborde, élu PCF au Département.

Lundi 3 octobre, des élus communistes girondins ont tenu une conférence de presse pour présenter « l’appel des maires et élus locaux » adressé au chef de l’État.

Dans cette tribune, signée, en Gironde, par Clément Rossignol-Puech, maire de Bègles (EELV) et Alain Paigne, maire de Gours, les élus demandent notamment le rétablissement des tarifs réglementés pour toutes les collectivités et la mise en place d’un bouclier tarifaire pour ces dernières.

Propositions d’urgence

Vincent Boivinet, élu communiste à Bègles, a détaillé la situation des collectivités, en première ligne face à la hausse des prix de l’énergie :

« On se retrouve aujourd’hui dans une crise énergétique qui a deux grandes origines : la guerre en Ukraine et les mécanismes spéculatifs. Malgré un bouclier tarifaire, on annonce une hausse des tarifs de 15%. Les collectivités et les grands services publics, depuis la loi Nome, sont obligés de se fournir sur le marché privé et se retrouvent avec des coûts énergétiques indexés sur les marchés. À Bègles, la facture doit passer de 1 à 3 millions d’euros. »

Conférence de presse des élus communistes Photo : VB/Rue89 Bordeaux

Les collectivités voient en effet leurs factures prévisionnelles sur les coûts de l’énergie bondir comme la Ville de Bordeaux, où la facture passerait de 8 à 30,9 millions d’euros. Alors que Total Energies a annoncé un bénéfice record de 5,7 milliards d’euros au deuxième trimestre 2022, les élus communistes dénoncent la spéculation financière des grands groupes et demandent à ce que le « prix payé soit corrélé au réel prix de production ». Dans cette lignée, le PCF met en avant « l’urgence à travailler à la construction d’un grand service public de l’énergie ».

Motions votées à l’unanimité

Localement, des motions ont été votées à l’unanimité lors de conseils municipaux, à Saint-Médard-en-Jalles, à Floirac et à Saint-Pierre-d’Aurillac. De nouvelles motions doivent être votées, cette semaine, à Bègles et à Cenon. À Bordeaux, mardi 4 octobre, une motion sur l’énergie, à l’initiative des élus du PCF, doit être présentée en conseil municipal.

À l’instar de communes dans le Pas-de-Calais, les élus communistes souhaitent la signature d’arrêtés municipaux interdisant les coupures de gaz et d’électricité en cas d’impayés. Le PCF entend mobiliser « au-delà des couleurs politiques », arguant que « si rien n’est fait, les collectivités vont se retrouver face à des choix compliqués : augmenter les impôts ou fermer des services publics ».


#énergie

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Combat judiciaire contre le « projet dévastateur » de ligne à très haute tension entre la France et l’Espagne

Photo : VB/Rue89 Bordeaux

À Cazaux, l'entreprise Vermilion souhaite forer huit nouveaux puits de pétrole sur le territoire de La Teste-de-Buch.

Photo : RM / Rue89 Bordeaux

Plus d'options