Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Hébergement d’urgence : ouverture de 142 places supplémentaires cet hiver en Gironde
Brèves  Société 

Hébergement d’urgence : ouverture de 142 places supplémentaires cet hiver en Gironde

par La Rédaction.
Publié le 2 novembre 2022.
Imprimé le 28 novembre 2022 à 16:40
301 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vendredi 28 octobre, le gouvernement a rétropédalé et a finalement renoncé à supprimer des places d’hébergement d’urgence pour les personnes sans-abri en 2023. Dans le département, 142 places supplémentaires doivent ouvrir « progressivement », cet hiver, à compter du 1er novembre.

Suite à une mobilisation de la gauche, des écologistes et d’associations, le gouvernement a finalement renoncé à supprimer 14 000 places d’hébergement d’urgence en 2022 et 2023, en France. Il y a une semaine, 11 maires, dont Pierre Hurmic, ont interpellé la Première ministre, Élisabeth Borne, via une lettre ouverte. Ils ont soulevé un « nombre croissant de demandes d’hébergement d’urgence et une augmentation des situations de grande précarité sans précédent ».

4 000 places en Gironde

En Gironde, la préfecture indique qu’au « 31 décembre la cible est fixée à 1984 places d’hébergement soit un effort de réduction de 38 places par rapport à fin 2021 ». La fermeture a ainsi concernée « 20 places d’hôtel et les 18 autres places d’hôtel ont été transformées en places d’intermédiation locative dans le cadre du principe du logement d’abord ».

La préfecture annonce l’ouverture « progressive » de 142 places d’hébergement d’urgence supplémentaires, ajoutant que « des gymnases pourront également être équipés pour accueillir des ménages en situation de vulnérabilité ». Au total, près de 4 000 places d’hébergement d’urgence sont financées par l’État, « en permanence », dans le département pour un budget de 51 millions d’euros.

« Principe d’accueil inconditionnel »

À Bordeaux, les associations, dont celles de maraudes solidaires en grève illimitée depuis le 10 octobre, demandent, elles, l’ouverture de 1 000 places d’accueil adaptées dans la métropole. Dans son premier communiqué, publié le 31 octobre, l’Observatoire girondin des expulsions de squats et bidonvilles demandait la « réouverture des places d’hébergement d’urgence » et la « rénovation des existantes » ainsi que le soutien à un « principe d’accueil inconditionnel dans l’hébergement d’urgence ».

Face à des nuitées d’hôtel et du relogement temporaire, l’Observatoire milite pour la réquisition de bâtiments vides et la signature de conventions d’occupation précaire.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Des infos d'ici de là

En BREF

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 553 visites. 1 commentaire.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.

Le député RN Grégoire de Fournas rattrapé par ses travailleurs étrangers

par Walid Salem. 1 419 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×