Enquêtes et actualités gavé locales

D’une relation « toxique » à des violences conjugales que l’accusé reconnaît « à demi-mot »

Au tribunal, comparaissait Abdel, accusé de violences conjugales sur sa compagne, Jenny. Ces faits n’auraient pas dû se reproduire : il était sous contrôle judiciaire et avait l’interdiction de la rencontrer. A la partie civile, se sont aussi constitués deux policiers qui l’accusent de menace de mort et d’outrage.

, ,
Édition abonnés
D’une relation « toxique » à des violences conjugales que l’accusé reconnaît « à demi-mot »

>

Cet article fait partie de l’édition abonnés. | Déjà abonné ? Connectez-vous

Abonnez-vous maintenant pour poursuivre votre lecture

Abonnez-vous
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#alcool

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options