Enquêtes et actualités gavé locales


La permanence du député Thomas Cazenave et le domicile de l’un de ses collaborateurs tagués par l’extrême-droite

La permanence du député Renaissance de la première circonscription de Gironde a été taguée, tout comme la porte du domicile de l’un de ses collaborateurs. Cette action, menées dans la nuit de mercredi à jeudi à Bordeaux, est signée ADN, « action directe nationaliste ».

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

La permanence du député Thomas Cazenave et le domicile de l’un de ses collaborateurs tagués par l’extrême-droite

L’histoire se répète. Dans la nuit de mercredi 29 au jeudi 30 mars, la permanence du député Thomas Cazenave à Bordeaux a été taguée par un groupuscule d’extrême-droite. Cette fois, ce n’est plus la signature « Action directe identitaire » qui a été apposée, comme auparavant sur les locaux du Planning familial et d’autres associations. La nouvelle variante est « ADN », comprenez « Action directe nationaliste ».

La locution latine « Delenda est » (« Cela doit être détruit ») a été écrite sous le nom du président de la République. Des croix de Lorraine, symbole gaulliste que tente de récupérer l’extrême droite (sans craindre le contresens historique), ont été peintes sur les volets. Une croix celtique, marque de l’ultra droite radicale, a été taguée sous le prénom d’un des collaborateurs du député, sur la porte de son domicile.

« Un pas a été franchi »

« En ciblant aussi le domicile de l’un de mes collaborateurs, un pas a été franchi. Nous ne céderons ni aux intimidations, ni à la violence », a réagi Thomas Cazenave ce jeudi matin.

Pierre Hurmic a apporté son soutien au député, également conseiller municipal et métropolitain de Bordeaux, condamnant « ces actes de vandalisme insupportables pour tout démocrate digne de ce nom ».

Vendredi 24 mars c’est la mairie de Talence qui a été taguée de manière similaire, croix de Lorraine et signature « Action directe nationaliste » tracées à la bombe rouge. Emmanuel Sallaberry, le maire de la commune, a déposé plainte, condamnant avec « la plus grande fermeté cet acte inadmissible qui vient s’attaquer à une institution de la République, à la maison de tous les Talençaises et les Talençais ».


#extrême droite

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options