Enquêtes et actualités gavé locales

Train Bordeaux-Lyon : un fonds d’investissement pour relancer la machine Railcoop

La coopérative ferroviaire Railcoop a indiqué ce jeudi avoir reçu une lettre d’intention d’un fonds d’investissement européen pouvant lui apporter une partie des moyens nécessaires au lancement d’une ligne voyageurs en 2024.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Train Bordeaux-Lyon : un fonds d’investissement pour relancer la machine Railcoop

« Nous sommes toujours dans une situation financière difficile », a prévenu le directeur général de Railcoop, Nicolas Debaisieux, ce jeudi lors d’une conférence de presse en ligne. L’an dernier, la SCIC (qui compte 15 000 sociétaires) a perdu 4,7 millions d’euros suite au lancement des activités de fret.

« Un échec commercial oui, mais qui a prouvé que nous étions capables de faire rouler des trains », a relativisé le directeur de la coopérative ferroviaire.

Au début de l’été, cette dernière s’estimait au bord de la cessation de paiement. C’était sans compter sur une lettre d’intention d’un fonds d’investissement, reçue en août. Le nom de ce dernier est encore confidentiel. Seule information : il s’agit d’un « fonds européen qui investit dans les infrastructures industrielles ».

Ce mécène pourrait apporter le quart des 49 millions d’euros nécessaires pour exploiter la ligne Bordeaux-Lyon. Les 37 millions restant seraient financés par un emprunt et par d’autres investisseurs.

« Appel à la mobilisation citoyenne »

Le montage financier envisagé passe par la création de deux nouvelles sociétés (qui deviendraient actionnaires minoritaires) dont le fonds évoqué serait l’actionnaire principal. Une première serait en charge du financement des rames (« Rosco ») et une seconde en supporterait le risque commercial (« Opco »).

Railcoop, elle, resterait une entreprise ferroviaire qui ferait rouler les trains. Une assemblée générale doit se tenir le 7 octobre pour valider le montage.

Document Railcoop Photo : cliquez pour agrandir

Par ailleurs, la coopérative ferroviaire, basée à Figeac dans le Lot et créée en 2019, a obtenu des sillons de SNCF Réseau. Ces derniers permettraient de lancer le service dès l’été 2024, « mais avec des trajets qui impliquent une montée en puissance très progressive ».

En clair, les sillons obtenus ne permettent qu’une ouverture partielle les premiers mois, les week-ends et les jours fériés, entre Lyon et Limoges à partir du 8 juin 2024. Il faudrait attendre le 15 décembre 2024 pour un aller-retour quotidien entre Bordeaux et Lyon.

« Il y a un risque qu’on y arrive pas », a exposé Nicolas Debaisieux, qui relance un « appel à la mobilisation citoyenne ». L’entreprise, qui compte 11 salariés, doit réunir 500 000 euros avant le 30 septembre. À ce jour, il manque encore 150 000 euros afin de disposer d’une « trésorerie nécessaire à la conduite de ces négociations ».


#transports

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Enquête publique en catimini sur les aménagements pour la LGV au sud de Bordeaux

Photo : SB/Rue89 Bordeaux

Le pont Simone-Veil déjà ouvert aux piétons et cyclistes, lundi prochain aux voitures

Photo : WS/Rue89 Bordeaux

Plus d'options