Enquêtes et actualités gavé locales

Bordeaux, labo des Scientifiques en rébellion pendant la COP28 à Dubaï

Du 30 novembre au 3 décembre, les Scientifiques en rébellion tiendront une COP alternative nationale à la Base sous-marine de Bordeaux, au moment où se déroulera la 28e conférence pour le climat à Dubaï. Lancé en 2020, ce mouvement fédère dans le monde des milliers de chercheurs, dont quelques bordelais, qui ont décidé de sortir de leur tour d’ivoire face à l’inaction des politiques.

,
Édition abonnés
Bordeaux, labo des Scientifiques en rébellion pendant la COP28 à Dubaï

« Sortez de vos labos, allez dans la rue. » Pour avoir interrompu une conférence de l’Union américaine de géophysique en brandissant cette banderole, le 15 décembre 2022, Rose Abramoff a été licenciée de son laboratoire.
Relectrice du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), en 2019, cette biogéochimiste avait ensuite rallié Scientist Rebellion, un groupe de scientifiques émanant du mouvement Extinction Rebellion. Elle a mené des actions de désobéissance civile, dont une tentative de blocage d’un aéroport de jets privés.
Depuis une tribune signée en 2020 par 1000 scientifiques, affirmant notamment que « l’inertie ne peut plus être tolérée » face au réchauffement climatique et à la sixième extinction massive des espèces, le mouvement s’est déployé en France, sous le nom de Scientifiques en rébellion. Il revendique 400 membres, et plusieurs milliers de sympathisants qui suivent les actions.

Avions en papier

Ceux-ci ont déjà fait parler d’eux : en novembre 2022, Sylvain Kuppel a fait 7 jours de garde à vue à Munich pour avoir perturbé un showroom de BMW. Cela n’a pas douché cet hydrologue toulousain, chercheur l’IRD (institut de recherche pour le développement) : dans la foulée, il participait à un happening visant le siège de Dassault à Paris, avec envoi sous forme d’avions en papier d’articles scientifiques sur l’impact environnemental de l’aviation.
En décembre prochain (le procès prévu en octobre a été repoussé), 7 chercheurs et activistes comparaitront devant le tribunal de Paris pour avoir tenu une « conférence-occupation » au Museum national d’histoire naturelle, en avril 2022. Cette action, totalement pacifique mais qui vaut des poursuites à leurs participants, était la première des Scientifiques en rébellion.
Les prochaines en date auront lieu à Bordeaux, sans bien sûr que les cibles ne soient révélées. Après une série de mini-COP alternatives partout en France, ces chercheurs révoltés tiendront en effet un « sommet » de leur mouvement à la Base sous-marine du 30 novembre au 2 décembre (programme sur ce lien), au moment où débutera la 28e conférence des parties (COP28) sur le changement climatique à Dubaï.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Bordeaux. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Bordeaux d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#dérèglement climatique

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Partager
Plus d'options