Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Des militants d’extrême droite interpellés et relâchés pour des violences lors d’une conférence LFI en 2022 à Bordeaux

Ce mercredi 13 mars, huit militants de l’extrême-droite ont été interpellés dans le cadre de l’enquête sur les violences qui ont perturbé l’intervention de deux députés LFI à l’Université Bordeaux-Montaigne en décembre 2022. Ce jeudi, les gardes à vue ont été levées et l’enquête se poursuit en préliminaire.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Des militants d’extrême droite interpellés et relâchés pour des violences lors d’une conférence LFI en 2022 à Bordeaux
une vingtaine de personnes cagoulées et armées de barres de fer ont perturbé la conférence LFI

Huit personnes ont été placées en garde à vue ce mercredi 13 mars dans le cadre d’une « enquête ouverte des chefs de violences volontaires aggravées avec ITT inférieur à 8 jours, violences sans ITT et participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de dégradations de biens à caractère raciste », précise un communiqué du Parquet de Bordeaux de ce jeudi.

Les suspects ont été interpellés à Bordeaux, Vierzon-La-Romaine et en Ille-et-Vilaine. Ce jeudi, leurs gardes à vue ont été levées a fait savoir Frédérique Porterie, la procureure de la Rébuplique, qui précise :

« Ils ont contesté l’ensemble des faits arguant d’une manifestation pacifiste visant à exhiber des pancartes dénonçant les prises de position des deux députés LFI. Ils ont par ailleurs soutenu avoir réagi en légitime défense en réponse aux violences initiées par le service d’ordre de LFI. »

Des confrontations et des investigations vont se poursuivre dans le cadre d’une enquête en préliminaire.

Dans ta fac

Les faits remontent au 7 décembre 2022. Une conférence était organisée à l’Université Bordeaux-Montaigne à Pessac avec la participation de deux députés LFI : Louis Boyard et Carlos Martens Bilongo. Intitulée « La LFI-NUPES débarque dans ta fac », la rencontre avait démarré vers 18h30.

Un peu avant 20h, une vingtaine de personnes cagoulées et armées de barres de fer, présumées du groupuscule d’extrême-droite La Bastide bordelaise, ont alors essayé de pénétrer dans l’amphithéâtre.

La police est intervenue pour les disperser à la demande de la direction de l’Université, sans procéder à des interpellations. La conférence, et un spectacle de théâtre qui se tenait parallèlement, ont pu se tenir comme prévu.

Le lendemain, cinq membres du service d’ordre LFI ont déposé plainte pour violences volontaires aggravées. Selon le Parquet, ils ont décrit une bande de 20 à 30 individus violents ayant proféré des insultes racistes et antisémites et effectué le salut nazi. Les deux députés avaient également déposé plainte, tout comme la direction de l’Université.


#extrême droite

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options