Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Face à l’érosion, Lacanau pas sauvée des eaux

10 ans après la tempête qui a dévasté son front de mer, Lacanau va délocaliser certains équipements menacés par l’érosion et la submersion marine. Mais la station balnéaire n’envisage pas le repli stratégique de toutes les habitations et commerces exposés, pariant plutôt sur le renforcement de sa digue. Qu’en pensent ses habitants et usagers ?

,
Édition abonnés
Face à l’érosion, Lacanau pas sauvée des eaux
La plage centrale de Lacanau sous les eaux

« Il y a près de 10 ans, le front de mer ressemblait à un territoire de guerre », se remémore Laurent Peyrondet, avec les enrochements dispersés façon puzzle, et la plage centrale de Lacanau jonchée de déchets. « Ces tempêtes centennales de l’hiver 2013-2014 ont déclenché une prise de conscience générale ; elles vont se répéter avec le dérèglement climatique et il va falloir s’adapter », estime le maire de la station balnéaire.
Ce mercredi 27 mars, celle-ci accueillait un séminaire sur la question de l’érosion des côtes et de la submersion marine en Nouvelle-Aquitaine. Initiée par le GIP Littoral (groupement d’intérêt public), cette rencontre entre élus, chercheurs et acteurs de la lutte contre l’érosion entendait faire l’état des lieux des avancées en la matière.
De 2013 à 2014, le trait de côte avait reculé entre 15 et 20 mètres à Lacanau, grignotant un peu plus la plage centrale de la station balnéaire. Rebelote cette année, où la succession de quatre tempêtes hivernales majeures a fait perdre 13 mètres à la côte sableuse du Médoc, selon des résultats présentés mercredi.

Le labo Lacanau

Lacanau, une des rares communes de Gironde dont le front de mer est très urbanisé, fait figure de laboratoire. Elle a en effet étudié une relocalisation des habitations et activités à l’intérieur des terres. Ce projet, qui concernerait 1200 logements et une centaine de commerces situés dans son « périmètre de vulnérabilité », est estimé à plus de 500 millions d’euros… Il n’est pas (encore) d’actualité.

Abonnez-vous

Cet article fait partie de l’édition abonnés. Pour lire la suite, profitez d’une offre découverte à 1€.

Contribuez à consolider un média indépendant à Bordeaux, en capacité d’enquêter sur les enjeux locaux.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#dérèglement climatique

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options