Enquêtes et actualités gavé locales


Jusqu’à 6 ans de prison ferme pour les incendiaires de la porte de la mairie de Bordeaux

Un an après l’incendie du portail du Palais Rohan, cinq hommes comparaissaient ce lundi 11 mars devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Tous ont été reconnus coupables.

,
Édition abonnés
Jusqu’à 6 ans de prison ferme pour les incendiaires de la porte de la mairie de Bordeaux
Les sapeurs pompiers interviennent sur l’incendie de la porte le 23 mars 2023

9 minutes. C’est le temps durant lequel les flammes ont dévoré la porte en bois de la mairie de Bordeaux, avant l’intervention des pompiers. Jeudi 23 mars 2023, au terme d’une journée de mobilisation syndicale contre la réforme des retraites, le Palais Rohan se retrouve au cœur d’une « affaire qui a défrayé la chronique » selon les termes du président du tribunal correctionnel de Bordeaux, Jean-Luc Ybres.
https://twitter.com/Rue89Bordeaux/status/1638985672684982274
Ce lundi 11 mars, 5 hommes comparaissent pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences » et « détérioration du bien d’autrui par un moyen dangereux ». Deux d’entre-eux, James B. et Fabrice B., sont dans le box, déjà placés en détention provisoire. Un autre, Logan D., est absent. Il n’a pas, par ailleurs, respecté son contrôle judiciaire. Enfin, un sixième, mineur au moment des faits, est renvoyé devant le juge pour enfants.
Si les faits qui les mènent devant la barre de la première chambre ont marqué les esprits, l’audience elle se déroule de manière la plus ordinaire : pas de rassemblement devant le tribunal, rien à signaler du côté des bancs du public, ni dans la salle des pas perdus. A noter cependant quelques cris et insultes à l’énoncé du verdict.

Au commencement, une manif sauvage

« Les prévenus ne sont assurément pas les seuls responsables de la mise à feu », prévient, d’emblée, le président du tribunal. À l’appui d’images enregistrées par les caméras de vidéosurveillance et de 25 fichiers vidéo envoyés aux enquêteurs par une personne présente sur les lieux (qui souhaite garder l’anonymat), Jean-Luc Ybres retrace les faits.

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Bordeaux. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Bordeaux d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#Justice

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options