Enquêtes et actualités gavé locales

Plusieurs milliers de féministes contre l’extrême droite dans les rues de Bordeaux

Ce dimanche 23 juin, Bordeaux a répondu à l’appel national d’une manifestation féministe contre l’extrême droite. 4500 personnes étaient présentes selon l’Assemblée Générale Féministe de Gironde, collectif organisateur, 2000 selon la préfecture.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Plusieurs milliers de féministes contre l’extrême droite dans les rues de Bordeaux
Des milliers de féministes dans la rue contre l’extrême droite à Bordeaux.

Une nouvelle manifestation contre l’extrême droite a été organisée ce dimanche 23 juin, à une semaine du premier tour des élections législatives. Cette mobilisation répondait cette fois-ci à un appel national lancé par la tribune de l’Alertes féministes, signée par plus de 200 collectifs et associations pour les droits des femmes et des minorités de genre.

À Bordeaux, le rendez-vous était fixé à 14h, place de la Victoire, d’où le cortège s’est élancé aux alentours de 14h30 en direction du cours Aristide-Briand. L’Assemblée Générale (AG) Féministe, qui coordonne le mouvement girondin, a comptabilisé 4500 personnes, chiffre revu à 2000 par la préfecture. Le cortège a rejoint la place Stalingrad aux alentours de 17h, avant de se disperser. 

De la place de la Victoire à la place StalingradPhoto : MB/Rue89 Bordeaux

« Nous sonnons les alertes féministes »

Plus de 50 rassemblements ont eu lieu dans toute la France aujourd’hui. Le mot d’ordre était clair, lutter par la rue contre la possible arrivée de l’extrême droite au pouvoir.

« L’extrême droite menace les droits et l’existence des femmes, des personnes racisées, des trans, des personnes handicapées, des LGBTQIA+, des minorités de genre » a rappelé dès le départ l’AG Féministe.

De nombreux collectifs féministes étaient présents. Marion, 33 ans, fait partie de la Fondation des Femmes. Elle commente la vidéo de Jordan Bardella postée sur les réseaux sociaux où il « s’adresse à toutes les femmes de France ».

« Bardella est un bon communicant, mais j’invite vraiment les gens à vérifier ce qu’il raconte. Il faut regarder leurs votes, leurs déclarations officielles. Ils votent systématiquement contre tous les droits, contre toutes les avancées et leurs idées sont profondément contre les femmes, leurs droits et leur émancipation. »

« Le RN est contre les femmes »

Tout le monde ici partage le même constat : « le RN est contre les femmes ». Lola, étudiante, témoigne : « le fascisme n’a jamais été un allié de nos luttes, et bien au contraire, alors ce n’est pas aujourd’hui que ça va commencer ».

« Le RN veut limiter l’immigration donc tuer encore plus de femmes. C’est aussi une politique nataliste qui est tout sauf émancipatrice », affirme Caroline, 42 ans, militante à l’AG féministe.

Dans les rues de BordeauxPhoto : MB/Rue89 Bordeaux

Stéphanie, la cinquantaine, prend part à la manifestation en tant que « simple citoyenne ». Elle essaye de lister l’ensemble des mesures du Rassemblement National contre les femmes et leurs droits. Bilan : « Il y en a beaucoup trop, j’en oublie. »

« Ils veulent dérembourser l’IVG, ne pas rembourser intégralement le traitement du cancer du sein, ils s’abstiennent ou votent contre tout ce qui permet de lutter contre les VSS que nous subissons tous les jours, enfin bref, si l’agresseur n’est pas un immigré, ils se foutent complètement de ce qu’on vit. Encore un exemple parmi tant d’autres : la volonté de couper les financements du Planning Familial. »

Le Planning Familial est une association qui vient en aide aux personnes victimes de violences conjugales, de violences sexuelles, et qui permet un accès à l’avortement, à la contraception, etc. Les bénévoles du Planning de Bordeaux sont aussi présentes à la manifestation. Elles ne cachent pas leurs inquiétudes : « On a toujours été attaquées par l’extrême droite », affirment-elles tout en se rappelant les nombreuses fois où l’association a été ciblée, que ce soit par le RN ou des militants d’extrême droite.

Lutter, toujours

Gaelle, 34 ans, est bénévole au Planning Familial :

« Le RN ne parle des femmes que quand ça peut servir leur idéologie raciste nourrie par la haine. Tout le monde sait très bien que 90% des viols et agressions sexuelles ont lieu dans le cercle proche. Nous, on lutte contre toutes les violences, d’où qu’elles viennent. »

Le char de l’AG féministe durant la manifestation du 23 juinPhoto : MB/Rue89 Bordeaux

Sur le char, Chloé, militante à l’AG féministe, confie :

« Nous ce qu’on veut dire aujourd’hui, c’est qu’on continuera à se battre dans la rue après les législatives. Elle insiste, si le Nouveau Front populaire arrive au pouvoir, ça ne voudra pas dire qu’on a tout gagné, on ne se contentera pas de ça. On continuera la lutte pour défendre nos droits et ceux des opprimés », explicite-t-elle. 

Les élections législatives approchent et suscitent des inquiétudes : dans deux semaines, un gouvernement d’extrême droite pourrait être au pouvoir et menacer de nombreux droits.


#manifestations

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Plus d'options