Ecologie  Société 

Les Bordelais en marche pour la COP21

actualisé le 20/11/2015 à 10h06

L'avenir de la terre se joue à la COP21 (WS/Rue89 Bordeaux)

L’avenir de la planète se joue à la COP21 (WS/Rue89 Bordeaux)

La 21e Conférence des Parties sur les changements climatiques (COP21) aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris. En marge de ce sommet international, les ONG veulent attirer l’attention des États participants et du grand public. A Bordeaux, plusieurs rendez-vous sont donnés, de Place to B Bordeaux à Végé pour la COP, en passant par la Marche pour le Climat.

L’occasion est à ne pas manquer pour toutes les organisations militantes. D’ici deux semaines, le monde entier aura le regard posé sur la 21e Conférence des Parties sur les changements climatiques (COP21) que va accueillir Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. C’est l’opportunité rêvée pour mettre la pression sur les États et les inciter à prendre les mesures nécessaires face au réchauffement climatique.

Ce sommet international, qui se tient au Parc des expositions de Paris-Le Bourget, doit aboutir à un accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de limiter le réchauffement mondial à 2 °C d’ici 2100.

Certes les activistes et les militants comptent interpeller les décideurs, mais pas que. Ils voudraient également sensibiliser le grand public sur les enjeux de cette conférence d’une part, et de l’urgence d’agir d’autre part. Ainsi, plusieurs manifestations sont prévus : des débats, des ateliers, des colloques…

Bordeaux n’est pas en reste. Plusieurs rendez-vous sont déjà connus et d’autres sont à venir, cette liste sera de ce fait mise à jour régulièrement.

La péniche Le Tourmente après son chargement à Bordeaux (NaviguerEnAquitaine.com)

La péniche Le Tourmente après son chargement à Bordeaux (NaviguerEnAquitaine.com)

« Bordeaux-Paris » : Une idée « barge » pour un transport responsable

Tout le monde en convient, les transports sont les premiers responsables des émissions de gaz à effet de serre et le transport de marchandises y est pour beaucoup. Cependant, des alternatives existent ; Jean-Marc Samuel et Raphaël Sauzéat tiennent à le faire savoir.

Avec leur opération « Bordeaux-Paris », labellisée COP21, ces bateliers veulent mettre la lumière sur le transport de marchandises par voie d’eau qui « représente à peine 3% du transport intérieur alors que la France possède le réseau le plus grand d’Europe avec 8500 km ». Avec la coordination de l’association Vivre le Canal, ils se sont lancés sur les voies navigables pour relier Bordeaux à Paris.

Fin septembre, 1800 bouteilles du domaine Emile Grelier, exploitation bio tenue par Benoît et Delphine Vinet à Lapouyade (33), sont chargées à bord de la péniche Le Tourmente. Pilotée par Jean-Marc Samuel, Le Tourmente rejoint à Avignon l’Alizarine, une autre péniche pilotée par Raphaël Sauzéat. Les deux embarcations, d’environ 30 mètres, peuvent accueillir chacune jusqu’à 200 tonnes de marchandises.

Arrivées à Saint-Jean-de-Losne le 10 novembre, l’Alizarine repartira sans Le Tourmente. En traversant la Champagne, elle arrivera à Paris le 28 novembre, au bassin de la Villette, pour l’ouverture de la Cop 21.

Au total, plus de 1 500 km seront parcourus. Par cette action, les deux bateliers, installés en Midi-Pyrénées, espèrent attirer l’attention sur leur mode de transport, plus sûr que celui de la route et surtout moins polluant, sachant que, selon la capacité qui peut aller jusqu’à transporter 4000 tonnes, « un voyage permet de transporter l’équivalent de 200 camions ».

Place to B Cop21 (DR)

Place to B Cop21 (DR)

« Place to B » : « Mobiliser les gens qui s’en foutent »

Sarah du Vinage ne ménage pas sa peine. Depuis quelques mois, elle se démène pour se faire le relais bordelais d’Anne-Sophie Novel, madame alternatives durables et consommation locale, installée à Paris après une enfance en Bourgogne et un passage à Bordeaux.

« Place to B » (en anglais dans le texte) est un courant national qui trouve ses sources à Paris, au pied de la COP21, et dont les affluents coulent aussi bien à Nantes, Lyon, Toulouse, ou Bordeaux. Au total, cette « auberge de jeunesse qui affiche un caractère de laboratoire, dixit le directeur de production, Nicolas Bienvenu, réunira 1000 narrateurs, 20000 participants, 20 médias et formes d’expression… tous venus de 50 pays des 5 continents pour se retrouver autour des solutions de transition écologiques ».

Sa version locale s’intitulera Place to B Bordeaux. Aux côtés de partenaires institutionnels (Mairie de Bordeaux, Conseil départemental de la Gironde…), des associations (Surfrider, Naviguer en Aquitaine, Les Vivres des Arts, Colibris…) et des entreprises (Enercoop, Darwin, La Ruche…), des étudiants planchent eux aussi sur la question, pleins de bonnes volontés (Efap, Sciences Po, Isic, Iseg et Iut Bordeaux Montaigne).

Mais le quidam bénévole a aussi son mot à dire. A la présentation du projet, Marie est venue illustrer « la force du citoyen en plus des actions des pays » :

« Entre la sphère privée, où chacun fait ce qu’il peut, et la sphère politique, où on ne peut pas vraiment participer aux décisions, il y a un entre-deux, celle de tous, où il y a la capacité d’entreprendre et agir. »

Avec des rendez-vous quotidien : une newsroom (17h-18h), une transmission de l’émission quotidienne web TV d’Anne-Sophie Novel en direct à Darwin (18h-20h), et le bouquet final aux Vivres des Arts avec un Slow Fest (11 et 12 décembre), Bordeaux joue le jeu de Place to B devant un public acquis à la cause. Pas sûr du coup, comme le prétend l’équipe, de « mobiliser les gens qui s’en foutent ».

Le duo Darwin, Philippe Barre et Jean-Marc Gancille, autour de Paul Watson (DR)

Le duo Darwin, Philippe Barre et Jean-Marc Gancille, autour de Paul Watson (DR)

Darwin : Paul Watson à la barre

Au rendez-vous de la COP21, ce n’est pas Darwin qui va manquer à l’appel. Après son Ocean Climax Festival, l’éco-système de la Caserne Niel frappe fort, dès l’ouverture de la COP21, le 30 novembre à 19h, avec une conférence événement sur un thème tabou « Démographie et climat : sommes-nous trop nombreux ? » (en partenariat avec Rue89 Bordeaux).

Le joli coup s’appelle Paul Watson. L’insaisissable militant écologiste canadien et fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society sera autour de la table avec Lamya Essemlali (Sea Sheperd France), Yves Paccalet (ancien collaborateur du commandant Cousteau), Didier Barthès (économiste et porte-parole de l’association « Démographie Responsable ») et Michel Sourrouille (coordinateur de l’ouvrage collectif « Moins nombreux, Plus heureux ? »).

Le sujet de la rencontre est explosif : la « bombe P » comme l’écrit Michel Sourrouille.

« La croissance démographique indéfinie étant physiquement impossible, elle doit s’arrêter à un moment donné : soit tôt par la réduction du nombre de naissances via la contraception et une politique démographique humaine ; soit plus tard par plus de morts par la famine, la maladie, la guerre et l’effondrement de l’environnement ; ou par une combinaison de ces deux perspectives. »

Tout au long de la COP21, Darwin propose les retransmission en live de 18h à 20h des debriefings et débats organisés à Paris par Place To B Cop21 (voir plus haut), des animations avec le Bordeaux Geek Festival (2/12), des ateliers pédagogiques autour de l’agriculture urbaine (3/12), une soirée débat avec Pierre Hurmic : « Y a-t-il une alternative crédible à l’écologie punitive ? » (4/12) et une animation pédagogique sur l’économie circulaire avec Surfrider Foundation Europe (9/12).

Végé pour la COP : une dent contre la viande

Attention défi. A l’occasion du sommet climatique COP21, les Jeunes Ecologistes Bordeaux-Aquitaine et Europe Ecologie Les Verts Bordeaux proposent aux citoyens de renoncer à la consommation de viande et poisson pendant un mois et jusqu’à la fin du sommet le 11 décembre. Ne prenez pas le temps d’y réfléchir, le challenge est déjà en route depuis… ce mardi 10 novembre.

De plus, au local EELV Aquitaine, situé au 13 rue du Chai-des-Farines à Bordeaux, les no-viandards vous proposent tout au long du mois des ateliers cuisine végétarienne et des informations sur les conséquences climatiques liées à l’agriculture intensive. Il sera alors vachement difficile de trouver des excuses, sinon vous êtes grillés.

Quand la Maison écocitoyenne tourne rond

Rien ne se perd dans l’économie circulaire, et l’exposition « Faut qu’ça tourne » à la Maison écocitoyenne le démontre.

Du 13 octobre 2015 au 13 mars 2016, une sélection d’initiatives locales met en avant des entrepreneurs aquitains engagés dans les différents piliers de l’économie circulaire ; des histoires qui racontent les aventures industrielles, associatives et citoyennes ; des illustrations concrètes avec des objets de notre quotidien ; et des transformations étonnantes d’objets en œuvres d’art ou autres accessoires.

Forcément, la COP21 y trouve sa place : Les petits Débrouillards d’Aquitaine animent un jeu de rôles, « Paye ton climat », avec une mise en situation des négociations de la conférence le dimanche 6 décembre à 15h (sur inscription).

Battre le pavé pour le climat

Deux manifestations sont d’ores et déjà à l’agenda pour la fin du mois, en amont de la COP21. D’abord, le samedi 28 novembre à 11h, « Pour un climat sans nucléaire » appelle à sortir à la fois du carbone de l’atome. A l’initiative de ce rassemblement, l’association Tchernoblaye, estime que la COP21, « sponsorisée par EDF, se veut aussi une tentative de sauvetage pour une industrie nucléaire en pleine déconfiture ».

Le lendemain, dimanche 29 novembre, c’est la Marche mondiale pour le climat, qui démarrera à 14h de la place de la Victoire. Des millions de citoyens sont appelés à descendre dans la rue pour faire pression sur les dirigeants des 196 pays rassemblés à l’occasion de la COP21 :

« Exigeons qu’ils aboutissent enfin à un accord universel engageant l’humanité dans une véritable transition écologique capable de contenir le dérèglement climatique en cours. »

Les entreprises marquent aussi le coup pour la COP

Média économique local, « Objectif Aquitaine » organise le 17 novembre son Forum Climat COP21. 500 personnes sont attendues au Stade Matmut Atlantique pour débattre d’enjeux tels que les secteurs menacés par le changement climatique (et les nouvelles opportunités qu’il représente), la transition énergétique et l’urbanisme de demain.

Les candidats aux régionales Virginie Calmels et Alain Rousset sont annoncés pour cet évènement très business et institutionnel, dont certains déplorent qu’il soit sponsorisé par Suez ou Ciments Calcia, pas spécialement les entreprises les plus écolos de la place.

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

L’exposition « Sauvages » pour libérer les animaux des spectacles

par Margaux Deuley. Aucun commentaire pour l'instant.

Le programme définitif du Festival Solidaire Causette

par La Rédaction. 356 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Gironde : mais pourquoi manque-t-il des professions de foi de candidats ?

par Xavier Ridon. 743 visites. Aucun commentaire pour l'instant.