Ecologie  Politique  Société 

Bordeaux fête le vin bio à Darwin et « c’est mieux que rien »

actualisé le 24/02/2016 à 17h34

L'édition 2014 de la Fête du vin à Bordeaux (WS/Rue89 Bordeaux)

L’édition 2014 de la Fête du vin à Bordeaux (WS/Rue89 Bordeaux)

Pour la prochaine édition de Bordeaux fête le vin, du 23 au 26 juin 2016, les organisateurs envisagent une journée dégustation de vins bio à Darwin. Le Syndicat des vignerons bio d’Aquitaine espérait une meilleure visibilité sur les quatre jours de la fête.

Décidément, le dernier numéro de Cash Investigation sur les pesticides n’a pas fini de hanter les esprits. Ce lundi, lors du conseil municipal de la ville de Bordeaux, Nicolas Guenro, conseiller municipal socialiste, a profité des délibérations sur la Cité du vin, pour revenir sur les chiffres de l’émission qui accablent la Gironde et qui ont mis en lumière le recours massif de la viticulture aux produits phytosanitaires.

Dans une longue intervention, il a proposé entre autres de « faire la promotion de ceux qui travaillent le mieux à travers une plus grande visibilité lors de la Fête du vin et dans cette future Cité du vin » :

« Je ne comprends pas ce qui empêche aujourd’hui la mise en avant de la filière bio lors de la Fête du vin », s’est demandé Nicolas Guenro.

Une fête rive gauche, le bio rive droite

La réponse ne s’est pas faite attendre. Stephan Delaux, adjoint au maire en charge du tourisme, de la promotion touristique du territoire, de l’animation de la ville et de la vie fluviale, a aussitôt annoncé la tenue d’une journée de dégustation du vin bio à Darwin durant la prochaine fête du vin qui aura lieu du 23 au 26 juin 2016 :

« Le vin bio, comme la viticulture raisonnée, font partie du paysage bordelais, a expliqué Stephan Delaux à Rue89 Bordeaux. Cette année, une journée dégustation aura lieu à Darwin avec au programme un concert de l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine. »

Certes, l’idée est sympathique et le nouveau place-to-be de la rive droite s’y prête parce qu’ « il est un lieu d’expression sur ces sujets », précise Stephan Delaux. Mais lors de la Fête du vin à Bordeaux, le plus gros des visiteurs déambule surtout sur les quais de la rive gauche :

« C’est la première réflexion qu’on s’était faite, avoue Anne-Lise Goujon, vigneronne et présidente du Syndicat des vignerons bio d’Aquitaine. Nous espérions une meilleure visibilité mais c’est déjà mieux que rien. »

Une journée au lieu de trois

« C’est aussi mieux que rien de n’avoir qu’une journée au lieu de quatre », répond résignée la présidente lorsque nous lui avons révélé le projet en cours. Elle ajoute :

« Nous avons demandé un stand sur les quais rive gauche où les vins bio pourraient être représentés pendant les quatre jours de la fête. Nous n’avons pas eu de réponse favorable. Les organisateurs ont toujours voulu représenter les vins bio à travers les appellations. C’est la volonté de l’interprofession et des Organismes de défense et de gestion (ODG). »

Pour Stephan Delaux, cette journée vient renforcer la promotion des vins bio puisqu’ « ils ont toujours eu leur place à la Fête du vin ». L’adjoint précise que la réflexion autour de cet événement continue et pourrait évoluer.

« Le bio bouge parce que le consommateur le réclame »

L’Aquitaine réunit 735 viticulteurs bio répartis sur 9 752 hectares de vignes, dont 1 668 hectares en conversion (chiffres de 2014). La Gironde représente le premier département de la région avec 7421 hectares (sur 117 500 hectares au total).

« Au niveau des professionnels, les choses avancent, insiste Anne-Lise Goujon. Si le bio bouge, c’est parce que le consommateur le réclame, car il présente un intérêt pour l’environnement mais aussi pour la santé. »

Sur les révélations de l’émission d’Elise Lucet, Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a cependant prévenu lors du conseil municipal de ne pas « mettre en cause, dans des déclarations précipitées, une filière économique d’une telle importance » en évoquant la viticulture conventionnelle. Il rejoint ainsi la position des députés socialistes qui avaient appelé à la création d’une mission d’information parlementaire sur les effets des pesticides s’inquiétant du « déficit commercial que [l’émission] peut provoquer ».

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Co-fondateur de Rue89 Bordeaux et directeur de la publication
En BREF

3 octobre : Une soirée pour sauver Fip Bordeaux

par Xavier Ridon. Aucun commentaire pour l'instant.

Un appel à projets lancé pour les silos des bassins à flot

par La Rédaction. 405 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vers un moratoire sur les nouveaux centres commerciaux ?

par Simon Barthélémy. 670 visites. Aucun commentaire pour l'instant.