Vie pratique 

Aquasports : il fait chaud, on se jette à l’eau !

actualisé le 03/09/2015 à 09h48

Le cours d’aquabodybike proposé dans les centres Planet Aqua affichent complet (Planet Aqua/DR)

Le cours d’aquabodybike proposé dans les centres Planet Aqua affichent complet (Planet Aqua/DR)

Aquabiking, aquacombat, aquarunning, aquayoga… les sports aquatiques sont en plein boom. Et pour cause : ils sont ludiques, tout en faisant fondre la cellulite et oublier l’effort, et ne provoquent pas de courbatures ! Plongée dans ces nouveaux sports très tendance.

Lassé(e) de faire la crêpe sur la plage ou des longueurs en piscine ? Marre de ne pouvoir papoter pendant l’effort ou zieuter le maître-nageur ? Prêt(e) à mouiller le maillot ? Mettez-vous aux aquasports ! Ces fameux aquabike, aquarunning, aquaZumbaet autres activités se développent dans tous les bassins de France. Il faut compter entre 15 et 40 euros environ la séance de 30 à 45 minutes.

En plein essor, ces disciplines présentent les mêmes avantages que la natation – booster le cardio et le souffle, renforcer les muscles, drainer la cellulite, favoriser la circulation sanguine sans traumatiser les articulations, tout en ayant un effet sédatif (top pour les insomniaques)… –, les dimensions ludique et relationnelle en plus.

Et elles sont accessibles à tous, même aux personnes sachant à peine nager, aux femmes enceintes (demander l’avis préalable de son gynécologue), à celles et ceux qui n’ont pas fait de sport depuis le lycée, souffrent de problèmes articulaires ou de maux de dos, ou sortent d’une blessure.

Petit tour d’horizon des aquasports les plus prisés, avec l’éclairage de Nicolas Debayles, maître-nageur sauveteur, éducateur sportif et responsable des activités aquatiques chez Aqualigne.

L’aquabike pour déloger la cellulite

En quoi ça consiste ?

Développée initialement en Italie pour rééduquer en bassin les sportifs blessés, cette discipline a fait son apparition en France il y a une petite dizaine d’années. Comme son nom l’indique, elle consiste à pédaler dans l’eau installé(e) sur un vélo immergé. Utile : des chaussons d’eau en plastique pour éviter de se blesser.

Après un court échauffement, on enchaîne des séries d’exercices plus ou moins intensifs, entraîné par un coach et une musique rythmée.

Nicolas Debayles, maître-nageur sauveteur, éducateur sportif et responsable des activités aquatiques chez Aqualigne. ©Florence Heimburger

Nicolas Debayles, maître-nageur sauveteur, éducateur sportif et responsable des activités aquatiques (FH/Rue89 Bordeaux)

L’animateur simule une course incitant chaque participant à pédaler assis ou en danseuse, sans perdre le rythme. On sent ses cuisses et fessiers picoter, signe que ça travaille, voire que les capitons commencent à régresser ! Normal :

« La résistance de l’eau augmente l’impact musculaire et le mouvement aquatique exerce un massage drainant, nous explique Nicolas Debayles, coach d’Aquabike. Et, après l’effort, pas de lendemains qui déchantent du fait de courbatures même pour les moins sportifs. »

On adore : jouer les Jeannie Longo aquatiques, surtout en cette période de Tour de France, et savoir que ce sport contribue à nous dessiner le fessier de Rihanna.

On aime moins : le côté statique, qui peut démotiver.

Où ? Dans les sept centres Aqualigne, au Swimcenter Bordeaux Pessac, à Sensation Beauté à Pessac.

L’aquaCombat pour se défouler

En quoi ça consiste ?

Nouvelle discipline, l'aquaCombat allie fitness et arts martiaux. Très efficace pour se défouler! DR

Nouvelle discipline, l’aquaCombat allie fitness et arts martiaux (DR)

Immergé(e) dans 1,25 m d’eau, on combat un adversaire imaginaire avec des gants (facultatifs) en reproduisant la chorégraphie montrée par le coach. Cette « choré » consiste à enchaîner des mouvements repris des arts martiaux (boxe, karaté, kick boxing) : les coups de pieds et de poings fusent. Le tout calé sur des musiques plus ou moins rythmées de tubes du moment.

« C’est un très bon moyen de se défouler sans risque puisqu’il n’y a ni adversaire ni choc, et de se vider la tête, souligne Nicolas Debayles. Et aussi d’améliorer sa condition physique et de brûler un maximum de calories tout en s’amusant. »

On adore : se battre sans risquer l’œil au beurre noir, réveiller le Mike Tyson qui sommeille en soi sur des musiques endiablées (et même du métal) !

On aime moins : enchaîner des chorégraphies dans l’eau, pas facile quand on a quelques soucis psychomoteurs ou de concentration !

Où ? Dans les sept centres Aqualigne.

A l'aquarunning, on court dans l'eau mais on se muscle aussi les bras! ©Florence Heimburger

A l’aquarunning, on court dans l’eau mais on se muscle aussi les bras ! (FH/Rue89 Bordeaux)

L’aquaRunning pour ménager sa monture

En quoi ça consiste ?

Coureurs à pied blessés : cet aquasport est fait pour vous ! Il existe sous différentes formes : course dans le petit bain, sur un tapis de marche. Ou à enchaîner montées de genoux et talons-fesses avec des haltères ou des chevillères lestées. Ou encore dans le grand bain, sans avoir pied, en mimant le mouvement de la course, avec une ceinture de flottaison…

On adore : se donner à fond et en musique, sentir le palpitant monter en fréquence, les mouvements moins traumatisants pour les articulations qu’en course à pied classique, la résistance de l’eau qui attaque la peau d’orange, l’immense sensation de légèreté et l’absence de courbatures.

On aime moins : risquer de se vautrer sur le tapis de marche du fait de la position légèrement inclinée vers l’avant, et l’absence de sudation qui nous fait croire, à tort, qu’on n’a pas fait d’effort. Petite parenthèse : l’absence de courbatures et de transpiration seraient d’ailleurs les raisons pour lesquelles ces sports sont un peu délaissés par la gente masculine, qui les perçoit comme des sous-sports, réservés aux filles. Grossière erreur, testez, Messieurs, et vous verrez !

Où ? A Sensation Beauté à Pessac.

L’aquadouce pour se relaxer

En quoi ça consiste ?

Après un bref échauffement de l’ensemble du corps, on travaille une partie après l’autre : d’abord les jambes suivies des bras, sur une musique douce. Ça n’a l’air de rien, mais on peut tonifier sa silhouette et gagner en souplesse après quelques séances seulement.

« Adaptée à tous, y compris aux séniors et femmes enceintes, cette gym douce aquatique améliore la condition physique et la souplesse, et tonifie en douceur, précise le MNS et éducateur sportif. Et quel que soit l’aquasport pratiqué, ce n’est pas parce qu’on est dans l’eau qu’il faut oublier de s’hydrater ! »

On adore : Renforcer ses muscles sans fournir un effort insurmontable.

On aime moins : l’absence de challenge, le côté « cardio » qui manque (mais ce n’est pas le but de cette discipline).

Où ? Dans les sept centres Aqualigne.

L’aquabody pour sculpter sa musculature

En quoi ça consiste ?

Activité beaucoup plus dynamique que l’aquagym traditionnelle, ce sport fait appel à différents accessoires (haltères, chevillères lestées…) et consiste à répéter des séries de mouvements (sauts, levers de bras, écart des bras ou des jambes…) avec une force et une rapidité maximales sur une sono d’enfer. Les abdos, fessiers et cuisses ne sont pas épargnés et l’épuisement est garanti !

On adore : se donner à fond, évacuer le stress de la journée et se sculpter un corps de sylphide, raffermir cuisses, fesses et mollets.

On aime moins : sentir ces petits amas graisseux rebondir à chaque mouvement (mais là, c’est pas la faute de l’activité…), sinon, rien à redire !

Où ? Dans les sept centres Aqualigne (www.aqualigne.com/), et à B’Sport Le Bouscat.

Alors convaincu(e) ? Nous, on y retourne : il nous reste à tester l’AquaZumba, l’Aquapower, l’Aquapalming, l’Aquastep ou encore l’Aquasuspension et l’Aquayoga….

Le Waterbike : une parenthèse pour soi

Comme pour l’aquabike, il s’agit de pédaler dans l’eau, mais cette fois dans une cabine individuelle. L’idéal pour les misanthropes, ceux victimes de phobie sociale, les plus réticents à se montrer en maillot de bain ou rétifs aux horaires fixes des cours. Les séances durent au choix 30 à 45 minutes.

En maillot, dans la cabine su un vélo fixé, on programme sur un petit tableau de bord son poids, son âge et la durée de la séance. La cabine commence ensuite à se remplir d’eau jusqu’au niveau des hanches. Puis, durant tout les temps de pédalage (dont on peut choisir l’intensité), 16 jets s’activent pour mieux drainer le corps. C’est l’hydromassage. Le top pour les personnes qui souhaitent perdre de la cellulite, se raffermir les jambes, se galber les fesses, se rééduquer, améliorer la circulation sanguine, ou pratiquer une activité en douceur. Une parenthèse pour soi.

Où ? Le centre Waterbike de Mérignac.

Combien ça coûte ? Entre 15 et 30 € la séance de 30 à 45 minutes selon la formule d’abonnement retenue.

L'AUTEUR
Florence Heimburger
Florence Heimburger
Journaliste indépendante
En BREF

Le Bordelais Marc Large dément avoir fait cette caricature après la mort de Johnny Hallyday

par La Rédaction. 3 163 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Philippe Poutou décroche le Prix de l’encouragement de l’humour politique…

par Walid Salem. 579 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole fait-elle cadeau d’1,2 million d’euros à Hermès ?

par Simon Barthélémy. 1 837 visites. 3 commentaires.